L’avenir de la Philologie

IRHTAlors que Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), Sébastien Barret (CNRS-IRHT), Matthieu Cassin (CNRS-IRHT), Aurélien Berra (Université de Paris-Ouest) et Maïeul Rouquette (Université de Lausanne) viennent d’organiser à l’IRHT deux importantes journées consacrées au(x) droit(s) autour des textes anciens et des enjeux qui en découlent (« L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique », 2 et 3 février 2015, IRHT, http://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/l-editeur-de-textes-est-il-un-auteur), signalons une publication-manifeste d’Alain Guerreau sur la question :

« L’avenir de la Philologie. Textes anciens et domaine public » (2 février 2015, texte dans le Domaine public), https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01112213v1

Nous y souscrivons pleinement, et avec d’autant plus d’énergie que nous réalisons actuellement une édition de texte (les chartes de l’abbaye de La Bussière, en Côte-d’Or).

Rappelons par ailleurs l’existence d’un PiratePad pour les journées des 2 et 3 février, disponible à cette adresse : https://www.piratepad.ca/p/irht2-3fevrier.

Enfin, l’excellente note de Lionel Maurel (blog S.I.Lex), au moment du désormais fameux jugement Droz-Garnier, rendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris le 27 mars 2014 : http://scinfolex.com/2014/04/13/une-victoire-pour-le-domaine-public-un-cas-de-copyfraud-reconnu-par-un-juge-francais/ ; ainsi que la réaction de Maïeul Rouquette à ce même jugement, le 14 avril 2014 : http://apocryphes.hypotheses.org/389

Bonne lecture !

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814)

SiteÀ la suite des essais réalisés ces dernières années par Johan Åhlfeldt via son site Regnum Francorum Online (http://www.francia.ahlfeldt.se/index.php), vient de paraître (le 4 décembre 2014) la base de données The Making of Charlemagne’s Europe (768-814), qui concerne quant à elle le contenu des actes issus du règne de Charlemagne. À la fois prosopographique, lexicale et diplomatique, celle-ci a été conçue par le King’s College de Londres (Department of History / Department of Digital HumanitiesArts and Humanities Research Council pour le financement), sous la direction d’Alice Rio, avec le support conjoint de Janet L. Nelson et John Bradley.

Disons-le d’emblée : cette base de données relationnelle nous semble être une très belle réussite, et si l’on regrette un peu l’absence des chartes en mode texte, ainsi que l’impossibilité de télécharger l’intégralité de son contenu au format SQL (par exemple en vue de réaliser des manipulations statistiques), on trouvera sans doute dans celle-ci de quoi fonder une approche renouvelée des réseaux et des structures du haut Moyen Âge carolingien. Chaque acte a en effet été décomposé en de multiples champs ou critères, tous reliés à des coordonnées géographiques – et c’est, nous semble-t-il, le premier intérêt de la base. Le système relationnel ainsi mis en place permet d’observer des répartitions saisissantes et l’interface du projet, plutôt intuitive, nous semble pouvoir convenir tant aux recherches ponctuelles qu’aux enquêtes systématiques.

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : interrogation par les lieux.

L’interrogation peut d’ailleurs être effectuée par acte, agent ou lieu ; chaque filtre – chronologique, géographique, typologique, prosopographique – pouvant d’ailleurs se combiner avec d’autres. Le site s’accompagne enfin de notices, portant aussi bien sur les actes eux-mêmes (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/blog/types-of-charters-4-confirmations-and-disputes/) que sur la base et sa structure (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/database-construction/), ainsi que d’une  bibliographie (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/bibliography/), d’une webographie, et d’une liste d’éditions à jour (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/charter-collection-short-references/).

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : fiche pour l’acte BER 5.

En attendant de voir apparaître les premiers résultats issus de cette entreprise remarquable – et qui ne se contente pas d’être un simple enrobage numérique sur un matériau traditionnel -, nous pouvons d’ores et déjà nous réjouir de sa mise en ligne, sans restriction de consultation ou limitations autres que celles précisées ci-dessus.

Un outil pour l’Histoire des concepts (en médiévistique) ?

« Au commencement, diraient-ils volontiers, sont les documents. L’historien les rassemble, les lit, s’efforce d’en peser l’authenticité et la véracité. Après quoi, et après quoi seulement, il les met en œuvre. Il n’y qu’un malheur : aucun historien, jamais n’a procédé ainsi. Même lorsque d’aventure il s’imagine le faire. »

(Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire ou métier d’historien.)

Encore peu employé dans nos disciplines, et plus globalement en SHS, l’outil mis en ligne depuis quelques années par Google (2010), Google N-Grams, mériterait pourtant d’être mieux connu. En permettant d’obtenir des courbes de fréquences pour un mot ou une expression donnée, par décennies, dans la totalité de la base Google-Books, le script offre une formidable porte d’entrée pour l’exploration des concepts que nous employons au quotidien et qui forment l’armature abstraite, invisible et trop souvent considérée comme transparente, de nos disciplines.  Mieux encore, le logiciel propose de superposer plusieurs demandes simultanées, permettant ainsi des comparaisons multiples et rapides. Un exemple parmi tant d’autres, à partir de concepts évoqués dans une importante discussion, justement sur la problématique des concepts employés en médiévistique (A. Guerreau, « Fief, féodalité, féodalisme. Enjeux sociaux et réflexion historienne », Annales ESC, vol. 45, 1990, p. 137-166) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=fief%2Cf%C3%A9odalit%C3%A9%2Cf%C3%A9odalisme&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=5&share=

 

De rapides interrogations mènent souvent – pour ne pas dire toujours – à des résultats éloquents sur la variabilité des emplois, des contextes, des idéologies et enjeux qui se trament derrière tel ou tel terme (dans l’ordre : structure, structuralisme, structurel, structural ; cf. François Dosse, Histoire du structuralisme, 2 volumes, La Découverte, Paris, 1991-1992) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structure&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structuralisme&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structurel&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structural&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

 

L’intérêt est d’autant plus réel que le moteur permet, à partir de ces simples courbes, de faire apparaître immédiatement les ouvrages et le contexte dans lesquels se trouvent ces occurrences. Pour finir, l’existence de bases multiples, par langues, permet de réaliser des explorations géographiques – évidemment très précieuses dans le cadre d’une archéologie comparée des discours.

Plus qu’un outil de bibliométrie, ce Google N-Grams nous semble être – répétons-le – une porte d’entrée remarquable pour toute recherche sur les concepts, leur émergence, leur fin aussi, au sein des traditions multiples. Après les ouvrages et articles de Reinhart Koselleck [1923-2006] sur la question de la Begriffgeschichte (Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Editions de l’EHESS, 1990 ; Begriffsgeschichten: Studien zur Semantik und Pragmatik der politischen und sozialen Sprache, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2006), de nombreux et stimulants débats montrent que cet effort est non seulement utile, enrichissant, mais aussi et surtout salvateur (en France, outre les travaux de François Dosse déjà mentionnés – et qui relèvent autant d’une Histoire des concepts au sens propre que de l’Histoire des idées dans un sens plus classique -, voir par exemple les travaux de Joseph Morsel sur la  question : « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel : la construction du  Geschlecht par l’archive en Haute-Allemagne à partir de la fin Moyen Âge », Revue de synthèse, 125, 2004 ;  aussi : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1551&lang=fr ; de la même manière, voir Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007 – http://www.journaldumauss.net/spip.php?article213 ; voir enfin : Bernard Lacroix, Xavier Landrin, « La Begriffsgeschichte », communication à la journée d’études du LAMOP, en collaboration avec Ménestrel, Les usages conceptuels du médiéviste, Université Paris I, 04/11/2011, sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/93/85/PDF/begriffsgeschichte.pdf).

En mêlant étude du discours et digital humanities, il semble que Google N-Grams offre un champ d’investigation formidable, aux implications encore largement insoupçonnées. Gageons (et espérons) que l’outil ne tardera pas à être plus largement employé en SHS.