The Making of Charlemagne’s Europe (768-814)

SiteÀ la suite des essais réalisés ces dernières années par Johan Åhlfeldt via son site Regnum Francorum Online (http://www.francia.ahlfeldt.se/index.php), vient de paraître (le 4 décembre 2014) la base de données The Making of Charlemagne’s Europe (768-814), qui concerne quant à elle le contenu des actes issus du règne de Charlemagne. À la fois prosopographique, lexicale et diplomatique, celle-ci a été conçue par le King’s College de Londres (Department of History / Department of Digital Humanities - Arts and Humanities Research Council pour le financement), sous la direction d’Alice Rio, avec le support conjoint de Janet L. Nelson et John Bradley.

Disons-le d'emblée : cette base de données relationnelle nous semble être une très belle réussite, et si l’on regrette un peu l’absence des chartes en mode texte, ainsi que l’impossibilité de télécharger l’intégralité de son contenu au format SQL (par exemple en vue de réaliser des manipulations statistiques), on trouvera sans doute dans celle-ci de quoi fonder une approche renouvelée des réseaux et des structures du haut Moyen Âge carolingien. Chaque acte a en effet été décomposé en de multiples champs ou critères, tous reliés à des coordonnées géographiques – et c’est, nous semble-t-il, le premier intérêt de la base. Le système relationnel ainsi mis en place permet d’observer des répartitions saisissantes et l’interface du projet, plutôt intuitive, nous semble pouvoir convenir tant aux recherches ponctuelles qu’aux enquêtes systématiques.

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : interrogation par les lieux.

L’interrogation peut d’ailleurs être effectuée par acte, agent ou lieu ; chaque filtre – chronologique, géographique, typologique, prosopographique - pouvant d’ailleurs se combiner avec d'autres. Le site s’accompagne enfin de notices, portant aussi bien sur les actes eux-mêmes (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/blog/types-of-charters-4-confirmations-and-disputes/) que sur la base et sa structure (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/database-construction/), ainsi que d’une  bibliographie (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/bibliography/), d’une webographie, et d’une liste d’éditions à jour (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/charter-collection-short-references/).

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : fiche pour l'acte BER 5.

En attendant de voir apparaître les premiers résultats issus de cette entreprise remarquable – et qui ne se contente pas d’être un simple enrobage numérique sur un matériau traditionnel -, nous pouvons d’ores et déjà nous réjouir de sa mise en ligne, sans restriction de consultation ou limitations autres que celles précisées ci-dessus.

Mise en ligne des communications de la journée d'étude "Outils, méthodes, corpus : la modélisation des données en SHS"

Les communications de la journée d'étude proposée par l'INHA le 17 novembre 2014, "Outils, méthodes, corpus : la modélisation des données en SHS", ont été mises en ligne à l'adresse suivante : http://invisu.inha.fr/lundi-17-novembre-2014-Outils. Vous trouverez sur cette page un rappel du programme de la journée, les communications ainsi qu'une brève présentation des intervenants.

coralinerey

Doctorante, UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne

More Posts

Compte-rendu des journées d'étude « Géolocalisation de sources anciennes », Dijon, 13 et 14 Novembre 2014

Ces journées d'étude se sont ouvertes sur une courte introduction des organisatrices, Marie-José Gasse-Grandjean et Laure Saligny, afin de nous faire part de la genèse de ce projet. L'idée de départ était de proposer un atelier pratique animé par Alain Guerreau afin de partager une expérience de géoréférencement. Connaissant l'existence de nombreux projets en histoire et archéologie, projets testant des outils divers, il a été décidé d'élargir cette idée de départ en créant des journées d'études en deux parties : la première journée était consacrée aux communications d'historiens, d'archéologues  et de géomaticiens, faisant part de leurs expériences ; la seconde journée a été animée par Alain Guerreau.

Laure Saligny, géomaticienne, a rappelé la définition stricte de la géolocalisation, et son acceptation plus large, qui propose alors d'étudier les phénomènes historiques, d'interroger les sources anciennes en terme de documentation, de les rendre comparables. Elle a rappelé qu'au début de chaque projet, les bonnes questions devaient être posées : pourquoi localise-t-on ? Et qu'est-ce qu'on localise ?

Enfin, Claude Mordant est intervenu pour nous expliquer l'implication du CTHS dans ces journées. Le CTHS, à la tête du projet de mise en ligne des dictionnaires topographiques de la France, souhaiterait créer un réseau en informatique spatiale et historique.

Claire-Charlotte Butez  et Marie Delcourte nous ont proposé une communication en duo : « Appréhender les évolutions spatiales et temporelles d’un territoire forestier (Avesnois, Nord) : Apports de la méthode SYMOGIH ». À la base de ce projet, un constat : le Nord-Pas-de-Calais possède un faible taux de boisement (9% contre 30% en moyenne pour les départements). Une politique de reboisement a commencé depuis 2010. C'est dans ce cadre que Marie Delcourte a débuté sa thèse sur les espaces forestiers et les sociétés en Avesnois du XIVe au XVIIe siècle. Dans cette thèse d'histoire environnementale, elle a étudié les ruptures et les continuités paysagères, ainsi que les interactions entre les hommes et leurs milieux, sur un temps long. Ces sources se constituant d'archives écrites et de sources planimétriques, il a fallu croiser les outils et les analyses des historiens et des géomaticiens : constitution d'une base de toponymes anciens, numérisation, vectorisation et géoréférencement. Face à ces données provenant de sources de natures et d'époques diverses, plusieurs problèmes se sont posés : l'identification des toponymes, leur localisation (seuls 83 % des toponymes sont localisables), la précision des données (problème de projection). Claire-Charlotte Butez nous a ensuite expliqué le projet SYMOGIH (Système de modélisation et de gestion de l’information historique) actuellement développé au Larhra, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes. C’est une méthode créée pour la modélisation de l’information et de la structuration des données. Une plateforme collaborative de travail pour le stockage, l’analyse et le traitement des données a été créée[1]. La méthode SYMOGIH propose une solution pour la gestion des données géohistoriques avec un modèle qui s’articule autour de l’identification du lieu, des informations historiques dans lesquelles le lieu apparaît, de ses différentes formes dans le temps (décrites par les cartes ou les archives), d’une ou plusieurs géométries qui matérialisent les formes. L’information est donc cumulative, chaque objet est documenté et sourcé.

La deuxième communication, présentée par Catherine Fruchart, a été l’occasion de nous montrer une utilisation possible des plans forestiers des XVIIIe et XIXe siècles dans une étude archéologique des paysages, ici ceux de la forêt de Chailluz (Besançon). Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Catherine Fruchart a utilisé les cartes d’une manière aussi fiable que possible, afin d’en tirer les informations scientifiques nécessaires à l’établissement de la structuration ancienne du territoire. Les plans géométriques ont permis de géoréférencer assez précisément le territoire (soixante points de géoréférencement pour les parcellaires donnant une erreur quadratique de moins de 12m, soit moins d’1,5 mm sur une carte). Elle a fait un très gros travail sur ces plans : numérisation, dessin vectoriel, superposition des différentes cartes obtenues. À travers l’exemple des chemins et routes, elle nous a montré l’évolution de la structuration du territoire, notamment dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Hugues Labarthe a ensuite présenté une communication intitulée « S'engager vers 1400 au défi du Grand Schisme d'Occident : l'enjeu d'une modélisation HBDS ». En prenant l’exemple de la Gascogne pendant le Schisme, il a modélisé les différentes obédiences aux deux papes, afin de situer les transformations de la société dans l’espace, de modéliser le phénomène de l’engagement des clercs. Son travail repose sur l’exploitation d’une base de données groupant 3 500 clercs avec leurs bénéfices ou expectatives. La cartographie historique des obédiences en Gascogne créée, il a reconstitué les itinéraires des personnages. Comme la majorité des intervenants de ces journées, Hugues Labarthe a été confronté à la difficulté de représenter cartographiquement les phénomènes. Pour le XIVe siècle par exemple, les limites restent souvent matérialisées par un archipel de points, et non par de réelles limites telles qu’on les connait aujourd’hui. D’autre part, si 5 000 établissements ecclésiastiques ont été trouvés, 3 à 5 % nous échappent complètement, notamment à cause des problèmes d’identification des toponymes. Hugues Labarthe a bien souligné la nécessité de parler d’ « espaces frontières » plutôt que de limites ou frontières, puisque les espaces, les principautés, les territoires, se remodèlent constamment. Selon lui, la géolocalisation est une étape qui peut se réaliser très en amont dans le processus de dépouillement des sources. Modéliser ses données lui a permis d’en créer de nouvelles, et de découvrir des phénomènes restés dans l’ombre. Par exemple, en reconstituant les carrières individuelles des clercs, il a trouvé une quarantaine de clercs qui ont changé d’obédiences, bien qu’ils n’aient jamais été mentionnés comme déguerpisseurs dans les sources.

Avec la présentation suivante, nous avons fait un bond dans le temps, et surtout, il ne s’agissait plus de localiser des données, mais de relocaliser des sources anciennes provenant du fonds d’archives d’un érudit[2]. Guillaume Grillon nous a d’abord présenté le fonds d’archives d’André Lagrange, conservé aux Archives Municipales de Beaune (Côte-d’Or) : ce fonds se compose de fiches métiers ou outils pré-phylloxériques, de dessins techniques, de photographies, d’histoires, de chansons folkloriques, de cartes, en lien avec l’exploitation de la vigne au XIXe  et au XXe siècle. Les fiches du fonds Lagrange ont été intégrées au sein d’une base de données, et les données ont été modélisées (par exemple des cartes modélisant les aires d’utilisation d’outils). Guillaume Grillon a comparé les cartes ainsi obtenues avec des cartes actuellement exposées au Musée des Vins de Bourgogne dont l’auteur passe pour être Lagrange. Si la remodélisation des données a permis de démontrer que les cartes du musée ne sont pas de Lagrange, elle a aussi montré l’existence d’aires culturelles. Une autre étape consistera à prendre en compte et comparer ces aires culturelles avec des aires linguistiques, sociales, etc.

En début d’après-midi, Samuel Leturcq a proposé sa communication intitulée « Les graphes pour étudier les dynamiques spatiales à partir des séries fiscales médiévales et modernes. État des lieux de l'expérience Modelespace ». De nombreuses sources anciennes ont été réunies pour le projet Modelespace : terriers, compoix, cadastres. Comme la reconstruction manuelle d’un cadastre s’est révélée irréalisable (question de temps essentiellement), l’objectif était de fonder une méthode d’analyse pour analyser les dynamiques d’occupation du sol dans le temps. L’idée d’exploiter des graphes a alors été reprise (voir les articles pionniers d’Alain Guerreau, et de Georges Montpied et Jacques Rouault dans Le médiéviste et l’ordinateur[3]). Du point de vue méthodologique, les parcelles sont réduites à un point, et les points concomitants sont liés entre eux par des lignes. Lorsque le géoréférencement n’est pas possible, le graphe obtenu est aspatial. Il faut donc mettre en place une méthodologie pour pouvoir comparer les différents graphes : repérer les points stables (parcelles ne subissant pas d’évolution, cas rare), créer des graphes intermédiaires montrant les résultats après divisions ou fusions des parcelles, fragmenter les grands graphes en travaillant sur les quartiers par exemple (méthode de Louvain, algorithme de détection des communautés qui ont un sens[4]), analyser les distorsions entre l’édition de deux graphes (calcul des coûts).

Florent Hautefeuille a enchaîné avec sa présentation sur la géolocalisation des sources fiscales pré-révolutionnaires, toujours dans le cadre de l’ANR Modelespace. L’idée de départ était d’améliorer les possibilités d’utilisation des sources fiscales pré-révolutionnaires dans le cadre de recherches sur les dynamiques spatiales et temporelles. Il fallait donc identifier, localiser et rendre exploitables les sources (compoix, terriers, documents planimétriques). Deux constats ont suivi : le système de conservation et d’indexation actuel des sources ne permet pas de disposer facilement d’un corpus documentaire ; les cadres administratifs actuels ne correspondent pas aux territoires anciens. La première solution envisagée était de développer un outil Web permettant de rendre disponible la documentation, résolvant les problèmes liés à l’archivage français. Les sources dépourvus de plans ont été modélisées sous forme de graphes. Cependant, la localisation des confronts reste souvent indispensable à une exploitation des données créées.

Albane Rossi nous a ensuite livré une communication intitulée « Un espace agraire en pays d’Openfield : occupation du sol et pratiques spatiales à Blandy-les-Tours (Seine-et-Marne) du XVIe au XIXe siècle ». Elle a volontairement choisi une échelle micro-historique et un temps long afin de saisir les acteurs et les évolutions de cet espace rural. Les documents de son corpus sont textuels et planimétriques, et assez bien distribués dans le temps. Elle a focalisé sa communication sur une présentation de sa méthodologie, qui, dans un premier temps, a consisté à homogénéiser les données pour qu’elles soient comparables : numérisation, géoréférencement. Elle a choisi d’utiliser les centroïdes des territoires (comme la majorité des intervenants de ces journées) afin de pouvoir replacer environ 70 % des parcelles pour le terrier du XVIe siècle. La deuxième partie de sa communication a porté sur une étude de cas : les redevances en argent dues aux XVIe-XVIIIe siècles. Elle a notamment comparé des cartes de répartition des types de terres avec des cartes des redevances. Cette étude en cours apportera sans doute de bons résultats dans les mois à venir.

En fin de journée, Nicolas Perreaux nous a présenté une partie de ses travaux de doctorat portant sur la distribution comparée des textes médiévaux et des édifices romans. Ses réflexions portent entre autres sur la corrélation spatiale des processus socio-historiques. Il s’est posé la question de la représentativité de l’héritage parvenu jusqu’à nous (destructions, pertes). En effet, l’historien pense souvent que ce qui est parvenu jusqu’à nous est dû au hasard, et a donc un fort sentiment de structures perdues. Alain Guerreau avait déjà évoqué l’existence de ce lien entre textes et édifices. Nicolas Perreaux, après un retour nécessaire sur l’historiographie (Geary, McKitterick, Barthélémy…), nous a présenté la modélisation de ses données, sa méthodologie et ses résultats, à trois échelles différentes : au niveau régional avec la Bourgogne, au niveau national, puis au niveau européen. Pour résumer sommairement, et dans le désordre, il a créé des tableaux de contingence, des graphes, il a géolocalisé une centaine de cartes, il a appliqué des analyses factorielles et des algorithmes de clustering afin de faire apparaître des zonations des phénomènes. Pourquoi rapprocher ces deux ensembles : chartes et bâtiments ? Nicolas Perreaux précise bien que les zonations dégagées ne sont pas autosuffisantes et qu’il s’avère nécessaire de connaître la représentativité historique de cette répartition. Ses résultats prouvent qu’il y a une adéquation entre les différentes structures ainsi mises en lumière.

La dernière communication a porté sur une expérience de localisation de mentions textuelles afin de restituer les dynamiques de la construction de l’espace. Nicolas Poirier a choisi une micro-localité à étudier dans le temps long (du néolithique au XIXe siècle) afin de pouvoir archéologiquement arpenter le territoire et croiser les sources plus facilement. Il a regroupé ses sources (sources sérielles comme des terriers, ou sources « ponctuelles » comme des donations, des baux) dans une base de données. Pour géoréférencer les plus de 800 toponymes trouvés, il a lui aussi choisi de travailler sur les centroïdes, car les sources anciennes ne permettent pas de représenter l’emprise surfacique des territoires. Pour ses analyses, il a procédé par maillage du territoire, afin de comparer des mentions distantes dans le temps et dans l’espace en les rapportant à un même secteur géographique (la maille). Il a ensuite exposé l’exemple particulier de la propagation du son des cloches sur un territoire.

La journée du vendredi a été consacrée à la toponymie. Alain Guerreau nous a d’abord introduit la toponymie en Bourgogne au travers d'un bilan historiographique (André Déléage, Gérard Taverdet). Puis il a évoqué une expérience de géotoponymie historique portant sur le territoire de Broyes (Saône-et-Loire). Enfin, il a présenté les possibilités du fichier national Fantoir des voies et lieux-dits.

Ces journées, volontairement pluridisciplinaires, ont été, et seront, l'occasion d'échanges fructueux. Espérons que la volonté des organisatrices soit respectée, et que naissent un véritable réseau en informatique spatiale. Nous attendons (im)patiemment la parution de ces communications.

Affiche et programme disponibles : http://goutergeo.hypotheses.org/358.


[1] Présentation du projet SYMOGIH sur le site du Larhra : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/projet-symogih. Site Internet du projet : http://www.symogih.org/ (consultés le 25/11/2014).

[2] Communication de Guillaume Grillon et de Jean-Pierre Garcia (absent).

[3] Le médiéviste et l’ordinateur, n° 8, automne 1982 : Alain Guerreau, « Une méthode de représentation graphique d’un ensemble de parcelles seulement repérées par leurs confronts », p. 9-10 ; Jacques Rouault, Georges Montpied, « Reconstitution et cartographie d’un parcellaire à partir de cadastres textuels du XVe siècle », p. 11-13 (numéro disponible en téléchargement : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique667, consulté le 25/11/2014).

[4] Méthode de Louvain : http://en.wikipedia.org/wiki/Louvain_Modularity (consulté le 25/11/2014).

coralinerey

Doctorante, UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne

More Posts