De Bibliotheca, Umberto Eco

De Bibliotheca, conférence prononcée le 10 mars 1981, mais toujours – malheureusement ? – d’actualité.

Partant de la description de la bibliothèque que donne Jorge Luis Borges dans La Bibliothèque de Babel, Umberto Eco se demande si l’on peut « parler du présent et de l’avenir des bibliothèques existantes en élaborant des modèles purement fantastiques ». Il répond à sa propre question par l’affirmative. Cette introduction l’amène à se questionner sur la fonction des bibliothèques, des origines à nos jours : rassembler des oeuvres, thésauriser, transcrire, faire lire.

Mais là s’arrêtent ses réflexions, dirions-nous, sérieuses. Avec humour, il dresse un « modèle négatif » de la bibliothèque : une mauvaise bibliothèque décrite en 21 points. Et là, il n’est plus possible de ne pas s’associer à ses réflexions, de ne pas imaginer toutes ces bibliothèques que l’on a arpentées. Et 30 ans plus tard, à l’ère du numérique, certaines choses n’ont pas changé.

« A) les catalogues doivent être subdivisés au maximum et contenir des différences orthographiques ». Aujourd’hui on pourrait ajouter : certains catalogues doivent être en ligne, d’autres dactylographiés, et d’autres encore manuscrits ou microfilmés.

« D) le temps entre demande et réception des livres sera très long ».

« G) on évitera autant que possible l’existence de tout photocopieur », ou bien l’on n’autorisera pas la prise de photographies.

A vous de découvrir cette liste ! Et Umberto Eco de conclure par une exigence Z) : « dans l’idéal, l’utilisateur ne devrait pas pouvoir entrer à la bibliothèque ». Qui n’a pas déjà eu affaire à un(e) bibliothécaire lui faisant bien comprendre qu’il ne devrait pas être là ?

Enfin, à travers deux exemples de bibliothèque qui lui plaisent particulièrement – la Sterling Library de Yale et la nouvelle bibliothèque de l’Université de Toronto – Umberto Eco soulève LE problème, sans doute celui qui est, ou qui devrait être, à la base de toute réflexion : il faut faire un choix entre protéger les livres ou les faire lire, finalement un choix entre des revenus culturels, des avantages sociaux et des revenus financiers, une économie.

 

De Bibliotheca, une conférence à lire et à relire !

 

[De Bibliotheca, traduit de l’italien par Eliane Deschamps-Pria, L’Echoppe, Caen, 1986, 31 p.]


coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *