La restauration des chartes de l’abbaye du Miroir (Saône-et-Loire)

L’abbaye du Miroir fut fille de Cîteaux, située dans l’actuel département de la Saône-et-Loire, près de Louhans (canton de Cuiseaux). Ce monastère fut fondé en 1131 par le seigneur Humbert de Coligny, puis réunifié à la mense de Cîteaux en 1610.

Son chartrier, bien qu’ayant subi un certain nombre de pertes (pillages, ventes des Biens nationaux, éparpillement des liasses au XIXe siècle), se trouve en grande partie conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire, sous les cotes H 81 à H 114.

L’état de plusieurs de ces chartes est frappant voire consternant : l’humidité a parfois rongé les parchemins, notamment ceux des XIIIe et XIVe siècles, qui sont illisibles et/ou amputés, en lambeaux. L’archiviste de Dijon Jean-Baptiste Lemort a entrepris, entre 1742 et 1744 de classer ce fonds (inventaire, ADSL, 11 H 114). Cet archiviste est par ailleurs connu pour avoir classé le fonds des archives de Cîteaux, celui de la ville de Louhans ou encore celui de la ville de Dijon dans les années 1760. Son travail a consisté, comme pour les autres fonds dont il a eu la charge, en trois missions principales :

-         donner une analyse des actes, copiée sur leurs versos ;

-         classer et coter les chartes par cartables puis par liasses ;

-         rédiger un inventaire de ce fonds.

Jean-Baptiste Lemort a sans doute été affligé par le mauvais état des chartes puisqu’il les a restaurées, soignées pourrait-on presque dire. Il a collé sur leur verso des morceaux de papier, recollant parfois délicatement les lambeaux de parchemin. Quand l’occasion se présentait, il complétait le texte manquant. La photographie présentée ici est sans doute la restauration la plus impressionnante que l’archiviste ait eu à réaliser.

Malgré un travail remarquable et salvateur, reste à déplorer que les successeurs de M. Lemort n’aient pas pris autant de soin dans la conservation des actes, qui ont de nouveau été maltraités aux XIXe et XXesiècles, en témoignent les cotes récentes déchirées, les multiples estampillages effacés par l’humidité

ADSL, H 82 / 16. 1318

.

 


coralinerey

Doctorante, UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">