Compte-rendu de colloque : « La formule au Moyen Âge » (Université de Perpignan Via Domitia, 19-21 juin 2014)

La troisième édition du colloque international et interdisciplinaire sur le thème de « La formule au Moyen Âge » (GRENDEL – IDEA) s’est tenu à l’université de Perpignan Via Domitia (CRHiSM, VECT- Mare Nostrum et l’Institut Des Méditerranées) du 19 au 21 juin dernier et fait partie d’un cycle inauguré en 20081. http://calenda.org/255780 Les réflexions menées autour de cette notion complexe de « formule » au fil des éditions de ce cycle de colloques permettent de dépasser les frontières spatiales, temporelles et disciplinaires de l’étude souvent cloisonnée du Moyen Age2.

L’interdisciplinarité de cette rencontre a permis cette année encore d’apporter de nombreuses pistes de réflexion quant à la (re)définition d’une « formule » dans la pensée médiévale et à ses différentes applications dans la pratique de l’écrit et du visuel mais aussi dans le champ sonore et musical. http://calenda.org/291922 La mise en place d’ateliers de travail simultanés en littérature, musicologie, histoire de l’art et diplomatique a contribué à élargir l’horizon du débat. Ces journées ont été ponctuées par trois conférences plénières et accompagnées d’un concert à l’église La Réal de Perpignan et de deux visites de hauts lieux du Moyen Age catalan.

Des réflexions sur la subversion de la formule chez les dissidents cathares (Anne Brenon) jusqu’aux formules littéraires autour de la forêt (Matous Turek) ou bien autour de l’emploi d’animaux exemplifiants ou exemplifiés pour désigner les cathares (Viola Mariotti), en passant par les citations et emprunts dans la musique médiévale (Anne Ibos-Augé ; Anne-Zoé Rillon) ou bien encore par les formules juridiques devenues épigraphiques fixant dans le lieu et dans la mémoire les actes de fondations (Marie Charbonnel), les champs abordés et les thèmes des communications ont été aussi diversifiés que les définitions possibles du terme « formula(e)» au Moyen Age suivant les disciplines concernées. Les trois conférences plénières vinrent approfondir l’approche en se concentrant d’une part, sur l’idée d’une subversion de la formule dans le cas des dissidences cathares (Anne Brenon) ; puis sur l’emploi des formules dans le chant médiéval (Anne Ibos-Augé), le tout illustré de manière sonore par les démonstrations de la formation Josep Cabré ; et enfin autour de saint Vincent Ferrier dans la construction de son personnage de prédicateur (Philip Daileader). Durant la dernière journée, la table ronde conclusive a permis de faire le point sur les réflexions et de prolonger la remise en question de cette notion en tentant d’en démontrer les apports et les limites pour étudier la société médiévale. La formule a ainsi été discutée dans son rapport à la tradition, mais aussi pour son efficacité, pour les rapports entretenus entre son contenu et sa forme autant comme unité de composition que comme support sujet à variations. Cette table-ronde fut également l’occasion de revenir sur les possibles définitions de la formule selon les disciplines et sur son utilisation.

Parmi les nombreuses interventions ainsi que les différents points de vue et définitions données à la notion de formule, des récurrences ont pu être aperçues entre l’observation de l’emploi des mots, d’un plan textuel à un plan visuel en allant jusqu’aux images suggérées et/ou représentées, et même jusqu’aux sons à la fois en tant que mélodie tout autant que texte chanté. Ainsi, la mise en réseau de ces interventions – interdisciplinaires à l’image des présidences d’atelier alternées entre Michel Adroher, Anne Brenon, Caroline De Barrau, Vincent Debiais, Anne Ibos-Augé, Elise Louviot, Olivier Simonin et Lluis To Figueras – a permis de mettre en relation le textuel, le visuel et le sonore. L’agencement récurrent de mots, d’images ou de sons précis renvoie à une démarche compositionnelle qui relève d’un rapport à la tradition tout en ouvrant bien souvent vers une innovation. Dès lors, les formules sont efficaces dans leur rapport à l’autorité mais elles introduisent aussi du changement qui peut être un outil rhétorique, une réorientation idéologique, mais qui peut aussi être utilisé par l’historien comme un instrument de datation. La notion de formule permet aussi de discuter les rapports d’influences sensibles notamment en histoire de l’art ainsi qu’en musique et en littérature, qui peuvent être autant des interactions, notamment dans le cas du processus d’élaboration d’un répertoire ornemental (Maritchu Etcheverry) ou bien encore des variations avec l’utilisation d’« allégories dynamiques » et non pas statiques dans la littérature (Matous Turek). Ces « allégories dynamiques » par exemple autour du motif poétique de la forêt renouvellent les images ainsi suggérées tout en révélant la construction de la pensée et la conception de l’espace à l’intérieur de la narration comme l’a montré Matous Turek. L’efficacité de la formule réside dans la séquence de mots, d’images, de sons employés mais sa dynamique interne constitue sa richesse sémantique. Bien souvent, la formule relève d’une mise en système de la mémoire jouant sur des effets de répétitions et de variations et est utilisée comme un repère textuel, visuel ou sonore. Ces repères tout en constituant un élément normé, parfois peu réceptif au changement, « résistant » à la variation pour le cas précis des inscriptions types « Me fecit » désignées comme signatures dans l’épigraphie médiévale (Émilie Mineo) peuvent également induire une rupture. C’est le cas notamment dans le champ de la littérature – ici le Livre de Regnart – où des formules didactiques jouent alors le rôle d’un signal pour le lecteur en marquant la transition entre le narratif et le commentaire (Stéphanie Buthlé). La formule fut également questionnée sous l’angle de la métamorphose, de l’hybridité et des confusions de nature et de forme autour de la figure du loup-garou afin de montrer l’impact des marqueurs textuels, descriptifs, suggestifs sur la perception de cet être situé dans un entre-deux (Quentin Vincenot). La formule dite « magique » liée au loup-garou ici étudiée a une dimension performative qui fonctionne grâce à une séquence énonciative évoquant des images renforçant l’efficacité du rituel. L’efficacité sonore, visuelle, textuelle de la formule a de fait été maintes fois travaillées au cours de ces ateliers. En tant qu’indication, la formule fut aussi abordée dans le domaine de la technique picturale comme somme d’informations quant aux mélanges nécessaires pour obtenir une teinte mais aussi quant aux termes employés pour désigner les effets de lumière, de chatoiement obtenus grâce à tel ou tel mélange, ou encore à propos des effets, teintes et rehauts adaptés au traitement des carnations ou des tissus (Anne Leturque). Toujours en histoire de l’art, la question de la formule iconographique fut observée à travers le prisme d’une crucifixion dans le manuscrit d’Amiens (B.M., L’Escalopier 2) (Marie-Bénédicte Dary). Autour des formules se dessinent également des rapports de force, d’altérité qui furent notamment discutées à travers les prologues des textes religieux roumains introduisant un changement de paradigme culturel tout en se situant vis à vis de la tradition (Laura Lazar Zavaleanu), mais aussi à travers l’exemple cathare (Anne Brenon ; Viola Mariotti) en interrogeant la marginalité et les normes afin de montrer les mouvements cathares non pas comme de simples hérésies tronquées mais bien de les situer davantage comme des dissidences jouant sur des motifs de subversion, de retournement dans l’usage de la formule changeant selon les points de vue et les contextes. D’ailleurs, la formule est étroitement liée à son contexte – textuel, spatial, sonore – sur lequel elle influe tout autant qu’elle est influencée. Nous nous arrêterons là dans les remarques à propos des différentes interventions au sein de ce colloque malgré la non-exhaustivité de ce panorama.

En somme, ce colloque qui fera l’objet d’une publication aux éditions Brepols dans la collection Artem tout comme les autres sessions de ce cycle, offre un ensemble de réflexions riches tout en démontrant encore la nécessité de tels questionnements autour de la notion de « formule ».

1La formule dans la littérature et la civilisation d’Angleterre médiévale, Colette Stévanovitch, Elise Louviot, Philippe Mahoux et Dominique Hascöet, Presses Universitaires de Nancy, 2011. http://idea-udl.org/conferences/past-conferences/formulas-1/la-formule/.

2La formule au Moyen Age, actes du colloque international et interdisciplinaire, Nancy, novembre 2010, Elise Louviot (dir.), Turnhout, Brepols, 2012 http://laetusdiaconus.hypotheses.org/427 ; http://idea-udl.org/conferences/past-conferences/formulas-2/la-formule-2/ ; http://drd.hypotheses.org/47


Une réflexion au sujet de « Compte-rendu de colloque : « La formule au Moyen Âge » (Université de Perpignan Via Domitia, 19-21 juin 2014) »

  1. Merci pour ce compte-rendu détaillé et pour avoir su cerner les notions et les enjeux de ce colloque. Très intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *