Une charte lacérée par un singe

Dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux, série 11 H des Archives départementales de Côte-d’Or, nous trouvons une charte lacérée dans sa partie basse, comme si le sceau avait été arraché.

Cette charte d’Eudes III, duc de Bourgogne (1192-1218), a été datée de 1206-1216 par Jean Richard[1].  C’est dans l’inventaire de la série 11 H que nous trouvons une explication quant à la lacération de la charte : « charte d’Eudes III relative à cet accord (s.d. : 1206/7-1216 ; cette charte a été lacérée en 1287/8 par le singe du duc Robert II ; vidimus de 1230/1 et 1287/8) »[2].

Nous avons donc été voir le « vidimus » daté de 1287-1288. Cette charte du duc Robert II (1272-1306) est datée de l’année 1287, le jeudi avant la résurrection du Christ, soit le 25 mars 1287 (a. st.)[3]. Il s’agit bien d’une copie vidimée puisqu’elle reproduit l’acte d’Eudes III sans modification du texte. La majorité des vidimus accordés à l’abbaye de Cîteaux, sont des confirmations. Dans notre cas, la raison est tout autre, et est clairement signifiée : « quas quidem litteras quidam simius noster anno et die predictis in presencia nostra laceravit »[4]. Donc, en ce 25 mars 1288 (n. st.), l’acte d’Eudes III a été lacéré en présence du duc de Bourgogne, au château de Rouvres-en-Plaine : « apud Rovram »[5].

Comment une charte a-t-elle pu être déchirée par un singe ?

Si ce fait est étonnant, une autre question se pose : que faisait cette charte accordée à l’abbaye de Cîteaux dans le château ducal ?

Nous savons que cette charte était conservée à l’abbaye de Cîteaux puisqu’elle porte sur son verso les cotes inscrites lors d’une réorganisation du chartrier effectuée vers 1236-1240. Le vidimus de 1288, 25 mars (n. st.) ne portant pas d’explications supplémentaires ni de mentions de témoins, nous pensons que des moines de Cîteaux étaient venus au château de Rouvres-en-Plaine, à la rencontre du duc, sans doute afin de faire authentifier des actes anciens, dont celui qui a été lacéré. Dans l’état actuel de nos recherches, nous n’avons pas trouvé d’autres vidimus portant cette même date de rédaction, ce qui pourrait confirmer notre hypothèse[6].

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


[1] Richard Jean, Répertoire numérique des Archives départementales antérieures à 1790, Côte-d’Or, série H – Clergé régulier, 11 H – Abbaye de Cîteaux, Dijon, 1950.

[2] Richard Jean, Répertoire numérique, op. cit., p. 11, 11 H 256.

[3] Cette charte est donc datée de 1288, 25 mars (n. st.). En 1288, Pâques tombait le dimanche 28 mars.

[4] « De plus, notre singe a lacéré ces chartes l’année et le jour dessus dit, en notre présence », Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H 256.

[5] Rouvres-en-Plaine, département de Côte-d’Or, arrondissement de Dijon, canton de Genlis. Situé à moins de 20 km à vol d’oiseau de Dijon, le duc possédait un château à Rouvres-en-Plaine.

[6] À ce jour, nous avons vu un peu moins de 600 actes des XIIe et XIIIe siècles. Nous estimons qu’il nous reste à peu près la même quantité d’actes à voir.


coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

4 réflexions au sujet de « Une charte lacérée par un singe »

  1. Ping : Une charte lacérée par un singe | Armaria

  2. Ping : Preventing “Monkey Business”. Fettered Apes in the Middle Ages | Medieval Animal Data-Network

  3. J’ai eu l’occasion d’évoquer brièvement cet épisode sur http://mad.hypotheses.org/37. Voir aussi un point de vue de chartiste : Guyotjeannin, Olivier, ed. 2001. Conseils pour l’édition des textes médiévaux. II. Actes et documents d’archives. Orientations et Méthodes. Paris: Comité des travaux historiques et scientifiques, École nationale des chartes; p. 211–219.
    Merci pour ce beau billet !
    Thierry Buquet

    • J’ai lu avec un grand intérêt votre article, étonnant ! Merci pour les références.
      Coraline Rey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *