Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

 

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

 

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

 

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Pour un corpus de textes latins en ligne / Projekt : ein Korpus lateinischer Texte open access on line

L’histoire ancienne et médiévale ne peuvent se renouveler sans mettre sur pied des méthodes spécifiques nouvelles pour faire naître une sémantique historique débarrassée des présupposés du sens commun qui obstruent la connaissance de ces époques. Ces nouvelles méthodes sont en grande partie fondées sur l’emploi ad hoc de procédures statistiques, adaptées à la forme non-standard des distributions lexicales.

Ces méthodes n’ont de sens que si elles peuvent s’appliquer à des « textes » en quantité suffisante, et en format numérique. Le rassemblement de corpus importants est donc un passage obligé.

C’est aux possibilités et aux problèmes liées à ce rassemblement qu’est consacré le présent papier. On prendra garde à ne pas oublier cette perspective, qui seule donne son sens à une telle entreprise.

Toutes les manipulations formalisées potentiellement utilisables (statistiques classiques ou text mining notamment) nécessitent que le texte revête une certaine forme et, le cas échéant, inclue des indications particulières ; pour obtenir cette forme, on procède à ce que l’on appelle un prétraitement. De ce point de vue, des progrès significatifs ont été réalisés : le groupe de latinistes baptisé OMNIA a mené à bonne fin la constitution des outils nécessaires à la tokenisation, au postagging et à la lemmatisation du latin (principalement Bruno Bon, Renaud Alexandre, Anita Guerreau-Jalabert [IRHT-CNRS], Eliana Magnani, Marie-José Gasse-Grandjean, Nicolas Perreaux [ARTEHIS-CNRS], Olivier Canteaut, Frédéric Glorieux [École des Chartes] et moi-même [CRH-CNRS]). Il est donc bien temps de se préoccuper de la disponibilité d’un corpus approprié à la recherche.

  • Le contexte
  • Le droit d’auteur
  • Les ressources en open access
  • Les CDROMS
  • L’OCR propre et le dirty OCR
  • Les lacunes
  • L’indexation
  • Remarque brève sur la non-fixation des textes
  • Quelques considérations sur l’organisation pratique d’une base de données textuelles latines
  • Conclusion

Télécharger le pdf