Compte-rendu de colloque : « La formule au Moyen Âge » (Université de Perpignan Via Domitia, 19-21 juin 2014)

La troisième édition du colloque international et interdisciplinaire sur le thème de « La formule au Moyen Âge » (GRENDEL – IDEA) s’est tenu à l’université de Perpignan Via Domitia (CRHiSM, VECT- Mare Nostrum et l’Institut Des Méditerranées) du 19 au 21 juin dernier et fait partie d’un cycle inauguré en 20081. http://calenda.org/255780 Les réflexions menées autour de cette notion complexe de « formule » au fil des éditions de ce cycle de colloques permettent de dépasser les frontières spatiales, temporelles et disciplinaires de l’étude souvent cloisonnée du Moyen Age2. Lire la suite

Notarum figura : L’écriture musicale et le monde des signes au IXe siècle

Quand l’auteur (ou les auteurs) du traité De musica disciplina employèrent l’expression notarum figura pour parler de l’écriture musicale au milieu du IXe siècle, il a placé la notation dans le domaine d’une pluralité de marques écrites qui étaient aussi nommées notae : les signes prosodiques, les signes de ponctuation, parmi plusieurs autres. En faisant appel au mot figura dans la même expression – et aussi à forma – le champ a été élargi davantage et l’écriture musicale a ainsi été potentiellement rapprochée de tout le domaine des formes devenues visibles.
Ces rapports ont été fréquemment reconnus par les spécialistes, mais ils ont aussi donné naissance à des explications problématiques – par exemple, les théories sur l’origine de la notation neumatique qui ont fait l’hypothèse d’une dépendance stricte de la notation vis‐à‐vis d’autres sortes de notae comme les accents ou les signes de ponctuation. Le défi est celui de rendre compte des rapports sans simplement réduire l’écriture musicale à d’autres notae et/ou figurae.
Le propos de cet atelier est d’investiguer ces rapports (dialectiques) dans le corpus le plus ancien de l’écriture musicale en Occident, les sources notées du IXe et du début du Xe siècle, ainsi que dans les textes et les images contemporains qui puissent aider à les expliquer. L’écriture musicale sera conçue comme étant en rapport à ce qu’on pourrait nommer « le monde des signes » au IXe et au début du Xe siècle, l’ensemble des différentes marques visuelles qui gagnent sens dans le rapport qu’elles entretiennent les unes avec les autres dans le cadre d’une compréhension spécifique et historique de ce qui est un signe (qu’il s’agisse de l’ensemble plus restreint des notae ou du champ encore plus large des figurae).

PROGRAMME

VENDREDI 17 JUIN 2011
9 h 30 Accueil
10 h 00 – 10 h 20 Introduction (Eduardo Henrik AUBERT)
I – Notae
10 h 20 – 11 h 10 Conférence de Charles ATKINSON « The Vatican Anonymous in speculo »
11 h 10 – 11 h 30 Pause
11 h 30 – 12 h 10 Jeremy LLEWELLYN « Alphabets, Letters, and Significative Letters in Ninth‐Century St. Gallen »
12 h 10 – 12 h 50 Susana ZAPKE « Coexistence de signes dans la culture visigotique écrite, ou comment réécrire l’histoire de la notation visigotique à partir des marginalia »
12 h 50 – 14 h 20 Déjeuner
14 h 20 – 15 h 00 Daniela SADGORSKI « The chicken and the egg – Music theory and the genesis of musical notation »
II – Figurae
15 h 00 – 15 h 50 Conférence de Fabrizio CRIVELLO « Manuscrits de luxe et notation neumatique à l’époque carolingienne »
15 h 50 – 16 h 30 Daniel RUSSO « Initiales peintes et culture visuelle dans l’art du manuscrit à l’époque carolingienne. »
16 h 30 – 16 h 50 Pause
16 h 50 – 17 h 30 Maria Cristina C. L. PEREIRA « L’ornementalité graphique des neumes à l’époque carolingienne (IXe‐Xe siècles) »
17 h 30 – 18 h 10 Matteo NANNI « Fragen und Perspektiven der Schriftbildlichkeit von Neumen »
19 h 30 Concert dans la crypte carolingienne de l’abbaye Saint‐ Germain d’Auxerre « Clamavit Ihesus magna voce: Lost Voices of the Passion », pour trois voix d’hommes (par Nils Holger PETERSEN, composé pour le colloque et chanté par Eduardo Henrik AUBERT, Christopher HODKINSON et Matthew WARD)

SAMEDI 18 JUIN 2011
III – Varietas/Unitas
9 h 00 – 9 h 50 Conférence de Susan RANKIN « titre à préciser »
9 h 50 – 10 h 40 Conférence de David GANZ « Diversity and uniformity in Carolingian scriptoria »
10 h 40 – 11 h 20 Jean‐François Goudesenne « Aux marches du royaume (880‐ 950) : quelques points de contacts entre notations au temps d’Hucbald »
11 h 20 – 11 h 40 Pause
11 h 40 – 12 h 20 Nicolas BELL « Added Notes: problems in the identification of sources by notational type »
12 h 20 – 13 h 00 Giovanni VARELLI « ‘Notae aut figurae’: A newly‐discovered organum for St Boniface »
13 h 00 – 14 h 20 Déjeuner
IV – Notae musicae
14 h 20 – 15 h 10 Conférence de Marie‐Noël COLETTE « Comment apprend‐on à noter les neumes ? Remarques sur quelques témoignages manuscrits de cet apprentissage »
15 h 10 – 15 h 50 Sam BARRETT « Towards an Understanding of the Earliest Medieval Song Notations »
15 h 50 – 16 h 30 Helen DEEMING « Contemporary theories of written communication and their application to the earliest musical notations »
16 h 30 – 16 h 50 Pause
16 h 50 – 17 h 30 Eduardo Henrik AUBERT « Sacramentary to Gradual. Evolving Musical Notations in Ninth‐Century Tours and Werden »
17 h 30 – 18 h 10 Daniel SAULNIER « Nouvelles perspectives sur le concept de coupure neumatique »
18 h 10 Conclusions et clôture

Le Jongleur

Le Jongleur, Mémoire de l’Image au Moyen Âge. Figures, figurations et musicalité dans les manuscrits enluminés (1200-1330), Berne, Berlin, Francfort-am-Main, Oxford, New York, Peter Lang, 2011, 390 p., par Martine Clouzot.

L’auteure ayant été encouragée à publier elle-même la publicité de son dernier livre, elle se livre à ce curieux exercice par la présentation d’un résumé très général.
En couleur et en mouvement, le jongleur joue de la musique parmi les oiseaux, les animaux et les rinceaux fleuris des livres enluminés du Moyen Âge. Jamais loin du roi David, il accroche l’œil et éveille l’esprit par son caractère incongru et étonnant. C’est à ses figurations dans les psautiers, les ouvrages de philosophie naturelle et de métaphysique d’Aristote, destinés aux laïcs, dans les royaumes de France et d’Angleterre, entre 1200 et 1330, que ce livre est consacré. Il étudie la transformation de la figure depuis l’Antiquité jusqu’à sa réinvention par les nouveaux intellectuels du XIIIe siècle que sont les Dominicains, les Franciscains et les maîtres séculiers de l’Université, ainsi que les poètes et les ménestrels dans les cours et les villes, tous soucieux de se distinguer du jongleur. Savamment, auteurs et concepteurs d’images ont forgé une figure en mouvement de la Physis, du son et de l’ouïe, axée sur la théorie de la connaissance aristotélicienne. Et, à partir des arts de la mémoire des orateurs romains, ils ont transformé le jongleur en image de mémoire et en mémoire de l’image, celle du Christ et de l’homme créé à l’image de Dieu.

Présentation : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.datasheet&id=58563&concordeid=430536

Table des matières : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.toc&id=58563&concordeid=430536

Echantillon de lecture : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.extract&id=58563&concordeid=430536