Chartae Burgundiae Medii Aevi. CBMA VIII. Les signes et les mots.

 CBMA_petit_01MiniatureBlog
CBMA. Chartae Burgundiae Medii Aevi.
VIII. Les signes et les mots. Journée d’étude.
Vendredi, le 26 septembre 2014 -10h-17h30,
Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 8 rue Jeannin.

Depuis les travaux de Peter Rück [1943-2004] et la diffusion de la notion de « rhétorique visuelle » l’historiographie a intégré le fait que le document écrit est, au-delà de son contenu, un artefact visible global, compris, manipulé et utilisé en tant que tel. Pour sa huitième journée d’études, le programme des Chartae Burgundiae Medii Aevi souhaite s’interroger sur cette approche en l’élargissant également aux recueils de documents et aux pratiques graphiques liées à la production des codex. Il s’agira aussi d’articuler les enquêtes sur les signes avec celles sur les mots et les syntagmes pour signifier les signes, et de faire ainsi interagir les deux versants principaux de la plateforme documentaire des CBMA, les manuscrits numérisés conservés aux Archives départementales de la Côte d’Or et les textes des actes bourguignons interrogeables avec le logiciel Philologic.

Les propositions de communication de 1500 signes environ, doivent être envoyées par courriel à cbmacontact@gmail.com avant le 10 juin 2014.
Pour en savoir plus : http://calenda.org/279769.

Liens utiles :
Serveur CBMA : http://philologic.cbma-project.eu
Page documentaire CBMA : http://www.artehis-cnrs.fr/CBMA-Chartae-Burgundiae-Medii-Aevi,964
Archives départementales de la Côte-d’Or : http://www.archives.cotedor.fr/cms/home.html

Journée d’étude CBMA VII – Le « vocabulaire courant » en diplomatique : techniques et approches comparées

Vendredi 25 janvier 2013, Maison des Sciences de l’Homme de Dijon (salle R02), Université de Bourgogne, 10h-17h.

 

Tandis que les bases de données de documents diplomatiques tendent à se multiplier, les chartes bourguignonnes réunies au sein du corpus des CBMA offrent, à ce jour, le schéma d’interrogation en ligne le plus flexible pour une base de cette taille : plus de 13 000 actes, désormais accessibles viaun serveur hébergé par le TGE Adonis (http://www.artehis-cbma.eu/). La journée d’étude de janvier 2011 avait permis de souligner l’intérêt de cet outil et de partager des expériences en cours, en insistant sur la prise en main – de plus en plus sensible – du logiciel par les chercheurs. Grâce à cette base et à cet outil émerge la possibilité de réaliser une diplomatique comparée, thème ancien, mais largement délaissé dans les dernières décennies au profit d’études ciblées. Cette approche, s’appuyant sur une lecture renouvelée du matériau, renforce la mise en cause du « mythe de l’anarchie documentaire », en montrant que les usages de termes ou de formules souvent considérés comme allant de soi sont en fait typiques d’un moment, d’un espace, d’une écriture.

Cette journée d’étude sera consacrée aux expériences dans le domaine des termes ou des formules considérés comme évidents/courants, c’est-à-dire dont la forte récurrence pourrait faire penser a priori (et peut-être à tort ?) à des habitudes ou à des emplois globalement partagés. Seront notamment envisagés les outils et les techniques employés pour faire ressortir ces spécificités, aussi bien au plan fréquentiel qu’au niveau des cooccurrents (traitements statistiques / data mining). De la même manière, on s’intéressera à la sémantique de ces termes, justement fortement corrélée à leur présence/absence dans des zones à la structuration sociale sans doute différente. L’objectif est de mettre en lumière quelle part du vocabulaire “commun” répond à ce paradigme d’une écriture s’inscrivant dans un moment mais surtout dans un espace.

Programme de la journée :

10h-10h30 Bilan CBMA 2011-2012

10h30-11h15 Didier Panfili – User du mot dominus dans les scriptoria méridionaux du VIIIe au début du XIIIe siècle

11h15-12h Nicolas Perreaux – Vocabulaire courant, vocabulaire fréquent, vocabulaire endémique ? Lecture spatiale d’un phénomène fréquentiel.

14h-14h45 Alain Guerreau – L’observation et l’analyse statistique de la fréquence et de la répartition d’un groupe de n tokens

14h45-15h30 Eliana Magnani – Le genre d’Ego : la désignation des disposants dans les documents diplomatiques bourguignons

15h30-15h45 Pause

15h45-16h30 Coraline Rey – Le vocabulaire de l’écriture et du livre à Cîteaux. Pour une approche comparée : chartes, comptes et catalogue de bibliothèque

Pour tout renseignement, vous pouvez joindre Nicolas Perreaux (nicolas.perreaux@orange.fr) et Coraline Rey (coraline.rey@live.fr).

Si vous souhaitez participer à cette journée, et pour des questions d’organisation, n’hésitez pas à nous faire part de votre participation et de votre présence (ou non) au repas du midi qui sera offert.

Vous trouverez l’affiche et le programme sur le site de l’UMR ARTeHIS : http://www.artehis-cnrs.fr/Le-projet-CBMA.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

« Il faut chroniquer ses productions ».

Journée d’étude INSHS Professionnels BAP F
16 octobre 2012, Paris CNRS/INSHS, 3 rue Michel-Ange

J’ai assisté à une journée d’étude de la BAP F du CNRS qui a priori ne m’était pas destinée, et j’ai beaucoup appris. Je ne ferai pas un nouveau compte rendu puisque deux compte rendus sont disponibles à ces adresses http://mediatec.hypotheses.org/703 et http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/bapf2012.htm. Je souhaite simplement souligner combien ce type de journée est extrêmement intéressant à plusieurs points de vue.

Par l’exposé de choses simples et pleines d’enthousiasme comme une formation à la prise en main d’outils comme wikipedia pour les chercheurs, ou l’utilité d’une Mind Map pour concevoir un nouveau projet collaboratif.

Une idée récurrente tout au long de cette journée fut : « il faut chroniquer ses productions », « relayer sa documentation », « donner de la valeur ajoutée », « créer un lien social » via les sites web, Hypothèses, HAL, Facebook, Academia, Twitter, Flickr…

Surtout il a été beaucoup question des blogs : comme compléments aux sites institutionnels, comme relais rapides de l’information, pour leur rôle fédérateur et de mise en synergie de compétences internes qui souvent s’ignorent, comme espaces de publication au ton plus direct et au style hybride entre science et communication, comme moyens de cibler de nouvelles communautés d’utilisateurs, comme une activité de publication à part entière (avec programme, relecture collective, travail collaboratif …) qui a besoin d’un soutien fort.

Plusieurs retours d’expériences ont concerné des plateformes collaboratives générées pour gérer un projet de recherche, un espace d’écriture collective, l’utilisation d’outils ou plus simplement un agenda.

Avec des recommandations et conclusions largement partagées : tout cela demande beaucoup de temps (le compte facebook de Gallica occupe par exemple deux personnes à temps plein). Ensuite l’outil ne fait pas tout, le management de groupe est indispensable. Et il faut toujours privilégier la sobriété, la précision et l’efficacité (un clic = une information).