Le Bucema 18.1 est en ligne.

Couverture BUCEMA 18.1

Couverture BUCEMA 18.1

Le BUCEMA 18.1 est en ligne depuis quelques jours sur la plate-forme Revues.org à l’adresse suivante http://cem.revues.org/

Ce dernier numéro contient trois articles de « Recherche active » :

    • Raphaël DEMES, « Espace et art de la formule visuelle à Rome sous le pontificat de Pascal Ier (817-824) : l’exemple de la basilique Sainte-Praxède ».

    • Véronique ROUCHON MOUILLERON, « Quelle couleur pour les frères ? Regard sur l’habit des Mineurs aux XIIIe-XIVe siècles »

    • Anne-Laure MERIL-BELLINI DELLE STELLE, « Faire connaissance avec une mulier religiosa dans les Pays-Bas méridionaux du XIIIe siècle ».

Deux notes de lecture :

    • Thomas GRANIER, « Un dossier de sources historiographiques et diplomatiques auxerroises : nouvelles éditions critiques ».

    • Igor S. TEIXEIRA, « Antropologia histórica e antropologia escolástica na obra de Alain Boureau ».

Deux chantiers mis en lumière :

  • Diane CARRON avec la participation d’Hervé HERMENT, « Le diagnostic archéologique aux abords de l’ancienne abbaye Saint-Pierre-Saint-Paul de Ferrières-en-Gâtinais »

  • Cosimo BURGASSI, « Le projet DiVo et ses corpus : une base de données italo-latine de traductions médiévales »

Quatre articles sous forme de dissertationes :

  • Jean-Baptiste RENAULT, « L’écrit diplomatique à Saint-Victor de Marseille et en Provence (ca. 950-ca. 1120) ».

  • Marie SARNY, « Judith figure de la prophétesse et du miles Christi dans le Commentaire sur Judith de Raban Maur ».

  • Louise-Elisabeth QUEYREL, « Les chapiteaux du cloître de Monreale : la légitimation de la dynastie normande en Sicile (1166-1185) ».

Cinq parutions récentes :

  • Sumi SHIMAHARA, Haymon d’Auxerre, exégète carolingien, Turnhout, Brepols, Collection Haut Moyen Âge (HAMA 16), 2013.

  • Frederick S. PAXTON et Isabelle COCHELIN, The Death Ritual at Cluny in the Central Middle Ages. Le rituel de la mort à Cluny au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, Disciplina Monastica (DM 9 (FONTES 2)), 2013.

  • Jacques SESIANO, Récréations mathématiques au Moyen Âge, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Collection « Histoire des mathématiques », 2014.

  • Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IXe-XVIe siècle), Benjamin Saint-Jean Vitus (Dir.), Dijon, S.A.E., 35ème supplément à la Revue Archéologique de l’Est, 2014.

  • Julien TRAPP, Sébastien WAGNER, Atlas historique de Metz, Metz, Editions des Paraiges, 2013.

Bonne lecture à toutes et à tous !

Raphaël DEMES

Doctorant en Histoire de l'Art du Moyen Age sous la direction de Daniel Russo. UMR ARTeHIS 6298, ED LISIT 491. Université de Bourgogne

More Posts

Le Jongleur

Le Jongleur, Mémoire de l’Image au Moyen Âge. Figures, figurations et musicalité dans les manuscrits enluminés (1200-1330), Berne, Berlin, Francfort-am-Main, Oxford, New York, Peter Lang, 2011, 390 p., par Martine Clouzot.

L’auteure ayant été encouragée à publier elle-même la publicité de son dernier livre, elle se livre à ce curieux exercice par la présentation d’un résumé très général.
En couleur et en mouvement, le jongleur joue de la musique parmi les oiseaux, les animaux et les rinceaux fleuris des livres enluminés du Moyen Âge. Jamais loin du roi David, il accroche l’œil et éveille l’esprit par son caractère incongru et étonnant. C’est à ses figurations dans les psautiers, les ouvrages de philosophie naturelle et de métaphysique d’Aristote, destinés aux laïcs, dans les royaumes de France et d’Angleterre, entre 1200 et 1330, que ce livre est consacré. Il étudie la transformation de la figure depuis l’Antiquité jusqu’à sa réinvention par les nouveaux intellectuels du XIIIe siècle que sont les Dominicains, les Franciscains et les maîtres séculiers de l’Université, ainsi que les poètes et les ménestrels dans les cours et les villes, tous soucieux de se distinguer du jongleur. Savamment, auteurs et concepteurs d’images ont forgé une figure en mouvement de la Physis, du son et de l’ouïe, axée sur la théorie de la connaissance aristotélicienne. Et, à partir des arts de la mémoire des orateurs romains, ils ont transformé le jongleur en image de mémoire et en mémoire de l’image, celle du Christ et de l’homme créé à l’image de Dieu.

Présentation : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.datasheet&id=58563&concordeid=430536

Table des matières : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.toc&id=58563&concordeid=430536

Echantillon de lecture : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.cst.ebooks.extract&id=58563&concordeid=430536