Métatypologie…

Parmi les trente communications présentées dans le colloque Normes et hagiographie dans l’Occident médiéval, Ve-XVIe siècles, qui vient de se tenir à l’université Jean Moulin – Lyon 3, les 4-6 octobre 2010 (http://lyon2010.perso.sfr.fr/), plusieurs interventions ont traité, de façon directe ou indirecte, du rapport entre hagiographie et les actes dits de la pratique. Si la mention des donations faites par les saints aux pauvres, aux églises et aux monastères est un topos hagiographique courant et ancien, voire structurant du récit, de la norme, hagiographique, la présence de syntagmes caractéristiques de l’écriture diplomatique et, surtout, l’insertion même de testaments, d’actes de donation et de diplômes à l’intérieur des vies des saints semblerait n’être attestée qu’à partir du Xe siècle (?) (alors qu’elle est pratiquée  depuis plusieurs siècles par d’autres compositions de type biographique et historiographique, songeons au Liber Pontificalis ou ses « dérivés », les gestae episcoporum et abbatum…). L’échantillon observé au fil du colloque, allant du royaume franc à l’Italie centrale, en passant par la Bretagne et la Bourgogne, pointe les Xe, XIe et XIIe siècles comme période de floraison d’une forme de composition qui n’est sans doute pas étrangère aux mouvements de renovatio et à la constitution des seigneuries monastiques et ecclésiastiques. La réalisation à cette même époque de cartulaires-chroniques et l’apparition au cours du XIe siècle des premières figurations iconographiques d’actes et diplômes, voire de cartulaires et chroniques « illustrés », sont autant d’indices qui appellent à préciser davantage la typologie documentaire et sa chronologie, à réfléchir sur sa complexité et son rôle de révélateur des transformations sociétales. Un chantier qui est loin d’avoir été déblayé… Des idées ?