Catégories
Archives du blog Documents

Un étrange prieuré: Alfa.

Si l’on s’en tient au fonds propre du prieuré tel qu’il se présente aux Archives de la Côte-d’Or (39 H, 0,80 m linéraire, rien d’antérieur au XIIIe s.), Saint-Sauveur (Côte-d’Or, arr. de Dijon, canton de Pontailler) est une dépendance de Montiéramey parmi bien d’autres, un peu éloignée de l’abbaye-mère, en tout cas sans histoires. L’impression change si l’on se reporte, aux archives de l’Aube, au fonds de Montiéramey.

On y trouve en effet, en originaux, deux diplômes royaux du IXe s. relatifs à cette toute petite maison (H. d’Arbois de Jubainville, « Deux diplômes carlovingiens des Archives de l’Aube », BEC t. 39, 1878, p. 193-198). Le premier est donné en 883 par le roi Carloman pour confirmer le choix fait par les moines du nouvel abbé Rotfridus ; il évoque « monasteriolum in pago Atoariensi quod quondam Alfa vocabatur » (6 H 36 ; ARTEM n° 757 ; Lalore, Cartulaire de l’abbaye de Montiéramey, Paris-Troyes, 1890, n° 10 ; I. Crété-Protin, Eglise et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe s., Lille, 2002, annexe 20). L’autre, daté de 892 et émanant du roi Eudes, reprend la même désignation et confirme la sujétion d’Alfa envers l’abbaye champenoise (6 H 37 ; ARTEM n° 758 ; Lalore n° 11 ; Crété-Protin annexe 21). Il est probable que si deux souverains, à dix ans d’intervalle, ont eu besoin de préciser le statut du prieuré, c’est que des contestations s’étaient élevées. Et l’on ne peut que penser ici à l’abbaye Saints-Pierre-et-Paul de Bèze qui, depuis le VIIe s., contrôlait l’essentiel du réseau ecclésiastique de l’Atuyer (« in pago Atoariensi »).

Mais ce qui est plus curieux encore, c’est ce nom si énigmatique d’Alfa, qui semble archaïque au IXe s. (« quondam »), mais qui traverse les siècles et se retrouve dans le privilège de Pascal II d’avril 1117 : « monasterium Sancti Salvatoris quod Alfa dicitur cum dignitate sua et sine omni exactione pontificali » (6 H 39 ; ARTEM n° 766 ; Lalore n° 20 ; repris par Innocent II en 1137, Lalore n° 29). Le cocasse de l’affaire est d’ailleurs que le village, pour échapper à son vocable chrétien, décida de reprendre le nom d’Alfa… le 25 frimaire an II ! On le voit : la documentation diplomatique, en jetant un brusque coup de projecteur sur un établissement par ailleurs très banal, suscite bien plus de questions qu’elle n’en peut résoudre.