Nouveautés proposées par le projet CBMA

L’équipe CBMA est heureuse de vous annoncer la nouvelle mise à jour de la base de données, toujours disponible sous format Filemaker, csv et tab. La base compte aujourd’hui plus de 23 000 documents. Ont été ajoutés : des listes de manuscrits (Cluny, Saint-Bénigne de Dijon, Perrecy-lès-Forges), des chartes de l’abbaye de Saint-Rigaud, et les pièces justificatives des cinq premiers tomes d’Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne (chartes et documents épigraphiques). Ces documents peuvent également être consultés et téléchargés en format txt, doc ou pdf.

CBMA commence à constituer des corpus de documents non diplomatiques. Afin de prévoir leur intégration, deux rubriques typologiques ont été ajoutées à la base. Cette évolution importante du projet est à l’origine de la journée d’études « Qu’est-ce qu’un corpus ? » qui aura lieu le lundi 7 novembre 2016 et à laquelle vous êtes cordialement invités.

En partenariat avec les archives départementales de la Côte d’Or, les comptes de l’abbaye de Cîteaux sur tablettes de cire ont été mis en ligne, sous format Flipbook. N’hésitez pas à télécharger le PDF.

Le site Internet a également été l’objet de quelques modifications, proposant ainsi une navigation plus aisée, notamment pour les onglets Editions et Manuscrits.

Une nouvelle page, Cartulaires et documents – liens vers d’autres sites, propose désormais des liens vers des documents bourguignons numérisés par d’autres institutions. Les cartulaires et documents numérisés grâce à l’aide de nos partenaires, sont toujours disponibles sur les pages Cartulaires et documents en format flipbook et Cartulaires et documents cisterciens.

Ces avancées ont été possibles grâce au soutien du Lamop (UMR 8589) et du Consortium Cosme.

coralinerey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

De la nécessité de consulter les comptes dans une étude sur les cartulaires à Cîteaux

Le fonds d’archives de l’abbaye de Cîteaux conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or comprend essentiellement des actes de la pratique concernant le temporel de la maison-mère. Longtemps les historiens ont déploré la perte des archives de l’Ordre de Cîteaux, comme celles de la comptabilité (on pense en premier lieu à l’article de Ferdinand Claudon, « A propos des archives de Cîteaux », Saint Bernard et son temps, Association bourguignonne des Sociétés savantes, congrès de 1927, t. I, Dijon, 1928, p. 113-120). Certes, proportionnellement à la masse d’actes de la pratique, les documents comptables sont peu nombreux (23 cotes sur 1181, toutes époques confondues), et concerne les XIVe-XVIIIe siècles.

Si aujourd’hui l’entreprise archivistique de l’abbé Jean de Cirey (1476-1501) commence à être bien connue, notamment grâce aux travaux effectués au sein de l’UMR ARTéHIS[1], nous sommes encore loin de connaître les tenants et les aboutissants de cet immense travail archivistique, qui comprenait une réorganisation complète du chartrier de l’abbaye, des copies exhaustives et fidèles de tous les actes concernant le temporel de l’abbaye, la constitution de terriers, l’impression des premiers ouvrages, ou encore une vaste campagne de reliure des registres et des manuscrits de la bibliothèque.

Il avait déjà été porté à mon attention que les comptes de l’abbaye du XIVe siècle comprenaient une rubrique intitulée expensa pro litteris et placiis (Comptes généraux, 1337-1402, coté 11 H 1160). C’est à la recherche de telle(s) rubrique(s) qu’a débuté la consultation des comptes de l’abbaye pour la fin du XVe siècle. Les comptes effectués sous l’abbatiat de Jean de Cirey (comptes du boursier de Cîteaux, 1489-1501, coté 11 H 1166) comportent bon nombre de rubriques intéressantes pour l’histoire des pratiques scripturaires de cette fin de Moyen Âge :

–         pro stipendiis pensionum et justitiarum ;

–         pro scripturis et prosecubus [sic] processuum ;

–         pro emptione et reparatione librorum ;

–         pro scolaribus Paris[…] ;

–         et surtout : pro factura cartularii et terrariorum.

 

On comprend désormais l’utilité et la nécessité de consulter les registres comptables, même pour faire l’histoire des pratiques documentaires d’une institution.

 

 

 

 


[1] REY C., L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars, Côte-d’Or, sous la direction d’Eliana Magnani et de Marie-José Gasse-Grandjean, 2009 ; les 9 tomes du « cartulaire de Jean de Cirey » sont en cours de numérisation, à retrouver sur la page documentaire du programme CBMA : http://www.artehis-cnrs.fr/page-documentaire-CBMA [consulté le 25/05/2012].

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts