« Comptabilités médiévales ». Quelques réflexions.

Un troisième atelier de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion de Lille (IRHiS), consacré aux comptabilités médiévales, s’est tenu jeudi 30 septembre (à Dijon) et vendredi 1er octobre 2010 (à Besançon). Cette rencontre était intitulée « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation ».

Quinze communications traitèrent de comptabilités très variées[1] :

  • dans leur type (comptes de châtellenies, vicomtés, vigueries, baillages, comptabilités archiépiscopales, comtales, domaniales, seigneuriales, bourgeoises ou communales, hospitalières, voire personnelles)
  • par les lieux (en France : Châtel-sur-Moselle, Caen, Rouen, Dieppe, Forez, Narbonne, Hyères, Bourgogne, Vergy et Lille ; au Portugal : Porto ; en Toscane : Sienne) et les personnes concernés (Mahaut d’Artois, Philippe le Hardi, Philippe le Bon, Regnault Gastellier…)
  • par les périodes en question (fin du XIIIe, XIVe, XVe et début du XVIe siècle).

Cette impression de grande variété s’est confirmée dans le détail. À côté d’intitulés généraux (compotus, rolle, conte..), des vocabulaires régionaux existaient (rendaiges, chastels de dettes…). Et comme tout autre écrit ou objet, le compte était issu d’une chaîne préparatoire complexe (mandements, quittances…) et se révélait très perméable aux changements politiques. Il reste que l’organisation des comptes présente des caractéristiques assez identiques qui, à l’échelle de l’Europe, font envisager des modèles ou normes d’enregistrement. Premièrement les comptes étaient traités en série. A l’échelle du registre (souvent composé de quaternions), un justificatif plus ou moins long introduit généralement le compte tandis qu’une mise en page similaire le met en scène (réglure simple, initiales filigranées, titres, colonnes, totaux en bas de folio, annotations marginales, signes de contrôle…). Les recettes apparaissent avant les dépenses et l’ordre des différents postes est approximativement toujours le même ; les recettes en argent par exemple précèdent celles en céréales (froment, seigle, avoine…), cire, volaille, vin…etc.  Cette stabilité se retrouve dans les listes de denrées préliminaires ou listes de localités, qui restent inchangées sur plusieurs décennies. Les décomptes sont généralement donnés en chiffres romains. Les annotations marginales très abrégées sont le plus souvent en latin, langue de l’autorité ; elles sont riches d’informations sur le contexte de ces comptes (ex/ « in sacco », « tenentur in suspicientia »), leur précision et leurs contrôles.

Au-delà de ces permanences formelles, trois aspects ont retenu mon attention :
la logique de corpus,
le principe de figement,
et les analogies aux cartulaires.

La logique de corpus, soulignée dès le départ, revint comme un leitmotiv tout au long des échanges. Avec des recommandations simples comme celle de prendre en considération les abréviations (certaines étant très utiles aux linguistes), ou celle d’enregistrer les textes avec un balisage minimum pour les rendre disponibles à la fouille de textes. L’enregistrement en masse des comptabilités médiévales fournirait une documentation d’une extraordinaire richesse.

Le figement est une préoccupation des linguistes qui connaît un certain renouveau. A côté et en complément des collocations de mots, les séquences figées d’un texte, qu’elles soient de nature sémantique, lexicale ou morphosyntaxique, sont des unités de langue identifiées rapidement et mémorisées par une communauté linguistique. Une attention à ces séquences figées et leur traitement informatique offrent un nouvel angle d’approche aux historiens.

Ensuite la mise en page des comptes est somme toute très proche de celle des cartulaires. On y trouve aussi bien des réclames, pieds de mouche, ratures, renvois, annotations qu’une croix potencée avec invocation et des espaces laissés blancs pour des ajouts postérieurs. Comme les actes diplomatiques, les comptes restent des documents ouverts. Comme tout objet ou artefact, ils constituent des « relais visuels » ou « signes de résonance »[2]. Les comptes sont aussi désignés parfois par leur caractérisation physique (papier rouge, papier vieux couvert de biche d’un côté, papier signé d’une croix de saint André…) comme peuvent l’être cartulaires et objets. La comparaison avec l’enregistrement diplomatique pourrait être étendue aux étapes préparatoires, à la typologie, aux fonctions de gestion, mémoire et contrôle, avec une imbrication des sources assez analogue. Peut-être une cartographie des registres et des cartulaires conservés permettrait-elle de mettre en parallèle ces deux pratiques de l’écrit ?


[1] Le programme est disponible à cette adresse http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-Comptabilites/Dijon.html.

[2] J’emprunte ces deux formules à Daniel Russo