Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La fondation de l’abbaye cistercienne de Rosières a été achevée en 1132 par Gaucher III, seigneur de Salins. Il n’en reste rien, mais on peut aujourd’hui la situer dans le village de La Ferté (canton d’Arbois, Jura), au lieu-dit Rosière, sur la rive droite de la Cuisance.

Les archives de l’abbaye sont conservées aux Archives départementales du Jura, fonds 19 H, et aux Archives départementales du Doubs, fonds 65 H.

Aux Archives départementales du Jura, sous la cote 19 H 8, se trouve un acte, daté de 1196, au nom de Gaucherus, seigneur de Salins. Cet acte rapporte que Gaucherus a fait don d’une muire, c’est-à-dire d’eau salée (muria), à l’abbaye de Rosières, cette muria étant à prélever sur son puits « du bourg » (sans doute faut-il comprendre Salins).

Ce qui nous intéresse ici n’est pas le contenu de cet acte à proprement parler, mais des mentions qui apparaissent au dos de l’original.

Lire la suite sur le carnet de recherche Armaria.

AD Jura, 19 H 8. 1196

AD Jura, 19 H 8. 1196

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Les lettrines du cartulaire 192 (Cîteaux, XVe siècle)

Le cartulaire de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux de 1476 à 1501, est aujourd’hui conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sous la cote « cartulaire 192 » (11 H 77). Il contient aujourd’hui neuf volumes[1]. Certains de ces volumes ont été composés par des notaires, et portent leurs signatures : c’est le cas du cartulaire 185 ou du cartulaire 189[2] qui portent les signatures de Morel et de Gobin. D’autres volumes, comme le cartulaire 190 ou le 192 ne portent pas de signature. Ils sont aussi composés avec plus de soin (taille des feuillets avant reliure mieux exécutée, mise en page plus aérée, écriture plus soignée).

Dans ce billet, je souhaite plus particulièrement évoquer les lettrines du cartulaire 192. Lire la suite sur le carnet de recherche Armaria.

[1] Archives départementales de la Côte-d’Or, cartulaires 185 à 193 (11 H 70 à 11 H 78). Ces cartulaires sont tous conçus sur un même modèle : ils mesurent plus ou moins 250 x 350 mm, sont reliés dans une couvrure de basane brune estampées de filets et de rosaces ; leur mise en page est sobre, claire. Les cartes sont transcrites selon un classement topographique, et chaque volume possède une table des chapitres. Chaque acte est précédé d’une rubrique donnant une analyse plus ou moins longue, de une à cinq lignes. Pour en savoir plus, se reporter à : C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Mémoire de Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009 (consulté le 30/06/15).

[2] Le cartulaire de Jean de Cirey a été entièrement numérisé par les Archives départementales de la Côte-d’Or et mis en ligne par l’équipe du projet CBMA – Chartae Burgundiae Medii Aevi : http://www.cbma-project.eu/21-accueil/43-cartulaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-c%C3%BBteaux-dit-de-jean-de-cirey.html (consulté le 30/06/15).

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Un classement archivistique au XVIIIe siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort

Cette étude a vu le jour suite à l’observation des chartes de l’abbaye, qui portent systématiquement en leur dos les traces d’un classement établi au XVIIIe siècle – date, analyse du contenu des actes et cote. Une série d’inventaires est venue compléter cette étude. Grâce à des analyses paléographiques et codicologiques, nous sommes capables de reconstituer les inventaires aujourd’hui éparpillés, de comprendre les pratiques de classement et les principes archivistiques retenus, enfin de dater plus précisément cette entreprise de réorganisation du chartrier de l’abbaye de Cîteaux. Cette entreprise est le fruit du travail d’un homme, Jean-Baptiste Lemort, qui s’est aussi révélé être un cartulariste efficace.

Pour lire cet article, paru dans le dernier numéro du BUCEMA : http://cem.revues.org/13491.
Arch. dép. Côte-d'Or, 11 H 549. 1209, mai.
Arch. dép. Côte-d’Or, 11 H 549. Verso d’un acte de 1209, mai. En haut, analyse inscrite par JB Lemort, XVIIIe siècle

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts