Nouveautés proposées par le projet CBMA

L’équipe CBMA est heureuse de vous annoncer la nouvelle mise à jour de la base de données, toujours disponible sous format Filemaker, csv et tab. La base compte aujourd’hui plus de 23 000 documents. Ont été ajoutés : des listes de manuscrits (Cluny, Saint-Bénigne de Dijon, Perrecy-lès-Forges), des chartes de l’abbaye de Saint-Rigaud, et les pièces justificatives des cinq premiers tomes d’Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne (chartes et documents épigraphiques). Ces documents peuvent également être consultés et téléchargés en format txt, doc ou pdf.

CBMA commence à constituer des corpus de documents non diplomatiques. Afin de prévoir leur intégration, deux rubriques typologiques ont été ajoutées à la base. Cette évolution importante du projet est à l’origine de la journée d’études « Qu’est-ce qu’un corpus ? » qui aura lieu le lundi 7 novembre 2016 et à laquelle vous êtes cordialement invités.

En partenariat avec les archives départementales de la Côte d’Or, les comptes de l’abbaye de Cîteaux sur tablettes de cire ont été mis en ligne, sous format Flipbook. N’hésitez pas à télécharger le PDF.

Le site Internet a également été l’objet de quelques modifications, proposant ainsi une navigation plus aisée, notamment pour les onglets Editions et Manuscrits.

Une nouvelle page, Cartulaires et documents – liens vers d’autres sites, propose désormais des liens vers des documents bourguignons numérisés par d’autres institutions. Les cartulaires et documents numérisés grâce à l’aide de nos partenaires, sont toujours disponibles sur les pages Cartulaires et documents en format flipbook et Cartulaires et documents cisterciens.

Ces avancées ont été possibles grâce au soutien du Lamop (UMR 8589) et du Consortium Cosme.

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Compte-rendu « Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe- milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver ».

Colloque international organisé les 28-30 octobre 2015 par les Archives départementales de l’Aube.

Compte-rendu par Marlène Helias-Baron et Coraline Rey

Journée du mercredi 28 octobre

Benoît-Michel TOCK, ouvrant le colloque, a rappelé que le phénomène de l’écrit cistercien devait être pris dans sa globalité : les mêmes moines géraient toute l’écriture dans un même monastère. La production écrite, très diversifiée, peut être appréhendée, catégorisée selon deux critères : livres et archives, ou textes indispensables (textes bibliques, diplomatiques, spirituels ou théologiques) et textes seulement utiles (textes hagiographiques, historiques). Si nous dressons un inventaire des sources narratives cisterciennes du XIIsiècle, nous remarquons que les hagiographies ou les textes historiques sont peu nombreux. Cependant, à partir du début du XIIIe siècle, les cisterciens semblent s’intéresser davantage à leur passé. La question des pertes reste très importante : les pertes sont variables selon les genres documentaires et textuels. Par exemple, les textes réglementaires et les statuts auraient subi le plus de pertes. Chaque abbaye devait théoriquement avoir un exemplaire des statuts, or nous ne disposons aujourd’hui que de dix-neuf manuscrits des Usus conversorum et une poignée d’Ecclesiastica officia. Les fonds diplomatiques ont également subi des pertes, mais il est difficile de proposer des chiffres précis. Pour les bibliothèques, le problème est le même : 50 manuscrits du XIIe siècle sont actuellement conservés pour Clairvaux, mais il y en avait sûrement plus de 100. Des découvertes restent à faire dans les fonds d’archives, des travaux doivent être menés notamment sur les XIIIe-XVsiècles, sur les textes liturgiques, historiographiques etc., même si des ressources électroniques sont à présent disponibles pour travailler sur les écrits cisterciens : Chartae Galliae[1], CBMA[2], CartulR[3], CartReg[4], les projets Scripta[5] et Charcis[6]. Lire la suite

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La fondation de l’abbaye cistercienne de Rosières a été achevée en 1132 par Gaucher III, seigneur de Salins. Il n’en reste rien, mais on peut aujourd’hui la situer dans le village de La Ferté (canton d’Arbois, Jura), au lieu-dit Rosière, sur la rive droite de la Cuisance.

Les archives de l’abbaye sont conservées aux Archives départementales du Jura, fonds 19 H, et aux Archives départementales du Doubs, fonds 65 H.

Aux Archives départementales du Jura, sous la cote 19 H 8, se trouve un acte, daté de 1196, au nom de Gaucherus, seigneur de Salins. Cet acte rapporte que Gaucherus a fait don d’une muire, c’est-à-dire d’eau salée (muria), à l’abbaye de Rosières, cette muria étant à prélever sur son puits « du bourg » (sans doute faut-il comprendre Salins).

Ce qui nous intéresse ici n’est pas le contenu de cet acte à proprement parler, mais des mentions qui apparaissent au dos de l’original.

Lire la suite sur le carnet de recherche Armaria.

AD Jura, 19 H 8. 1196

AD Jura, 19 H 8. 1196

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts