Les lettrines du cartulaire 192 (Cîteaux, XVe siècle)

Le cartulaire de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux de 1476 à 1501, est aujourd’hui conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sous la cote « cartulaire 192 » (11 H 77). Il contient aujourd’hui neuf volumes[1]. Certains de ces volumes ont été composés par des notaires, et portent leurs signatures : c’est le cas du cartulaire 185 ou du cartulaire 189[2] qui portent les signatures de Morel et de Gobin. D’autres volumes, comme le cartulaire 190 ou le 192 ne portent pas de signature. Ils sont aussi composés avec plus de soin (taille des feuillets avant reliure mieux exécutée, mise en page plus aérée, écriture plus soignée).

Dans ce billet, je souhaite plus particulièrement évoquer les lettrines du cartulaire 192. Lire la suite sur le carnet de recherche Armaria.

[1] Archives départementales de la Côte-d’Or, cartulaires 185 à 193 (11 H 70 à 11 H 78). Ces cartulaires sont tous conçus sur un même modèle : ils mesurent plus ou moins 250 x 350 mm, sont reliés dans une couvrure de basane brune estampées de filets et de rosaces ; leur mise en page est sobre, claire. Les cartes sont transcrites selon un classement topographique, et chaque volume possède une table des chapitres. Chaque acte est précédé d’une rubrique donnant une analyse plus ou moins longue, de une à cinq lignes. Pour en savoir plus, se reporter à : C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Mémoire de Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009 (consulté le 30/06/15).

[2] Le cartulaire de Jean de Cirey a été entièrement numérisé par les Archives départementales de la Côte-d’Or et mis en ligne par l’équipe du projet CBMA – Chartae Burgundiae Medii Aevi : http://www.cbma-project.eu/21-accueil/43-cartulaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-c%C3%BBteaux-dit-de-jean-de-cirey.html (consulté le 30/06/15).

coralinerey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

 

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

 

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

 

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts