Un outil pour l’Histoire des concepts (en médiévistique) ?

« Au commencement, diraient-ils volontiers, sont les documents. L’historien les rassemble, les lit, s’efforce d’en peser l’authenticité et la véracité. Après quoi, et après quoi seulement, il les met en œuvre. Il n’y qu’un malheur : aucun historien, jamais n’a procédé ainsi. Même lorsque d’aventure il s’imagine le faire. »

(Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire ou métier d’historien.)

Encore peu employé dans nos disciplines, et plus globalement en SHS, l’outil mis en ligne depuis quelques années par Google (2010), Google N-Grams, mériterait pourtant d’être mieux connu. En permettant d’obtenir des courbes de fréquences pour un mot ou une expression donnée, par décennies, dans la totalité de la base Google-Books, le script offre une formidable porte d’entrée pour l’exploration des concepts que nous employons au quotidien et qui forment l’armature abstraite, invisible et trop souvent considérée comme transparente, de nos disciplines.  Mieux encore, le logiciel propose de superposer plusieurs demandes simultanées, permettant ainsi des comparaisons multiples et rapides. Un exemple parmi tant d’autres, à partir de concepts évoqués dans une importante discussion, justement sur la problématique des concepts employés en médiévistique (A. Guerreau, « Fief, féodalité, féodalisme. Enjeux sociaux et réflexion historienne », Annales ESC, vol. 45, 1990, p. 137-166) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=fief%2Cf%C3%A9odalit%C3%A9%2Cf%C3%A9odalisme&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=5&share=

 

De rapides interrogations mènent souvent – pour ne pas dire toujours – à des résultats éloquents sur la variabilité des emplois, des contextes, des idéologies et enjeux qui se trament derrière tel ou tel terme (dans l’ordre : structure, structuralisme, structurel, structural ; cf. François Dosse, Histoire du structuralisme, 2 volumes, La Découverte, Paris, 1991-1992) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structure&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structuralisme&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structurel&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structural&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

 

L’intérêt est d’autant plus réel que le moteur permet, à partir de ces simples courbes, de faire apparaître immédiatement les ouvrages et le contexte dans lesquels se trouvent ces occurrences. Pour finir, l’existence de bases multiples, par langues, permet de réaliser des explorations géographiques – évidemment très précieuses dans le cadre d’une archéologie comparée des discours.

Plus qu’un outil de bibliométrie, ce Google N-Grams nous semble être – répétons-le – une porte d’entrée remarquable pour toute recherche sur les concepts, leur émergence, leur fin aussi, au sein des traditions multiples. Après les ouvrages et articles de Reinhart Koselleck [1923-2006] sur la question de la Begriffgeschichte (Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Editions de l’EHESS, 1990 ; Begriffsgeschichten: Studien zur Semantik und Pragmatik der politischen und sozialen Sprache, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2006), de nombreux et stimulants débats montrent que cet effort est non seulement utile, enrichissant, mais aussi et surtout salvateur (en France, outre les travaux de François Dosse déjà mentionnés – et qui relèvent autant d’une Histoire des concepts au sens propre que de l’Histoire des idées dans un sens plus classique -, voir par exemple les travaux de Joseph Morsel sur la  question : « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel : la construction du  Geschlecht par l’archive en Haute-Allemagne à partir de la fin Moyen Âge », Revue de synthèse, 125, 2004 ;  aussi : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1551&lang=fr ; de la même manière, voir Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007 – http://www.journaldumauss.net/spip.php?article213 ; voir enfin : Bernard Lacroix, Xavier Landrin, « La Begriffsgeschichte », communication à la journée d’études du LAMOP, en collaboration avec Ménestrel, Les usages conceptuels du médiéviste, Université Paris I, 04/11/2011, sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/93/85/PDF/begriffsgeschichte.pdf).

En mêlant étude du discours et digital humanities, il semble que Google N-Grams offre un champ d’investigation formidable, aux implications encore largement insoupçonnées. Gageons (et espérons) que l’outil ne tardera pas à être plus largement employé en SHS.

Anthropologie de la figuration, de quel point de vue parlent les classificateurs ?

Masque à transformation Nuxalk (Amérique du Nord)

Alors que la troisième exposition anthropologique dans la mezzanine ouest du Musée du Quai Branly, La fabrique des images, reste encore ouverte jusqu’au 17 juillet 2011, il est encore temps de voir ou de revoir l’application, dans le domaine de la figuration, de la quadrature ontologique, les « modes d’identification », théorisée par Philippe Descola (Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005). Comme il est rappelé dans le volume éponyme qui accompagne l’exposition, « l’objet de l’exposition est de mettre en évidence, pour chaque mode d’identification, un mode de figuration correspondant, c’est-à-dire de rendre tangible pour le spectateur le système de qualités exprimé dans des images, le genre d’intentionnalité déléguée dont ces images paraissent investies et les procédés employés pour que celle-ci produise un effet ». Ainsi, dans le « monde animé » de l’animisme, l’association d’éléments anthropomorphes qui rappellent l’intentionnalité humaine, un visage par exemple, avec des attributs évoquant le physique propre d’une espèce, comme dans les masques des Yupiit de l’Alaska, est une manière de rendre perceptible et active la subjectivité des non humains, une intériorité qui les rend aptes à une vie sociale et culturelle. À l’inverse, soucieuse d’objectivité, la figuration du naturalisme européen serait née au XVe siècle avec l’irruption de l’individu dans la peinture flamande du nord de l’Europe, moment d’une grande complexité que la relecture du fin essai de Tsvetan Todorov (Éloge de l’individu. Essai sur la peinture flamande de la Renaissance, Ed. Adam Biro, 2000) aide à situer. Partie prenante du marché de l’art contemporain depuis les années 1970, les productions iconiques des Aborigènes d’Australie, constituent l’exemple idéal du « monde subdivisé » du totémisme. Les peintures sur écorce « à rayons X » des peuples de la Terre d’Arnhem ou la peinture en acrylique sur toile des Aborigènes du désert central utilisent différentes stratégies figuratives pour rendre compte de l’identité physique et morale des hommes et des espèces naturelles originaires d’un même prototype primordial, « l’Être du Rêve ». Enfin, dans l’analogisme il s’agit de tisser des correspondances dans un « monde enchevêtré » submergé par une multitude de singularités, ce qui en termes de figuration reviendrait à utiliser des « mécanismes visuels » pour rendre compte d’un schème abstrait : êtres hybrides, correspondances systématiques entre macrocosme et microcosme, réseau d’éléments hétérogènes en tant que partie d’un tout cohérent, ou réplique fractale comme dans les arts itératifs de la communauté mouride du Sénégal.
Si le brio de la démonstration force l’admiration, le visiteur n’est pas toujours entièrement convaincu. Il s’agit sans doute des limites de toute classification, quelle que soit sa force heuristique. Le naturalisme, aperçu avec pas mal de téléologie, est le seul mode d’inférence qui est montré dans la diachronie, pour rendre compte de l’évolution de la société occidentale jusqu’à l’imagerie médicale. L’analogisme peut regrouper tout ce qui n’entre pas ailleurs (dont quelques exemples du Moyen Âge…) tant l’analogie est un procédé transcendant, à la base même de la méthode et de la théorie mises en exposition. Il n’empêche que l’ambition de dresser une « anthropologie de la figuration » pousse à penser les termes des images structurellement, bien au-delà des poncifs d’une anthropologie qui se cale dans les canevas habituels de l’histoire de l’art (comme l’exposition Dogon actuellement dans le même musée…). Dans La fabrique de l’image, le visiteur est heureux de trouver de la matière pour apprendre, réfléchir et discuter, même s’il se demande d’où parle exactement le classificateur.

Lien : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/la-fabrique-des-images.html

Pour un corpus de textes latins en ligne / Projekt : ein Korpus lateinischer Texte open access on line

L’histoire ancienne et médiévale ne peuvent se renouveler sans mettre sur pied des méthodes spécifiques nouvelles pour faire naître une sémantique historique débarrassée des présupposés du sens commun qui obstruent la connaissance de ces époques. Ces nouvelles méthodes sont en grande partie fondées sur l’emploi ad hoc de procédures statistiques, adaptées à la forme non-standard des distributions lexicales.

Ces méthodes n’ont de sens que si elles peuvent s’appliquer à des « textes » en quantité suffisante, et en format numérique. Le rassemblement de corpus importants est donc un passage obligé.

C’est aux possibilités et aux problèmes liées à ce rassemblement qu’est consacré le présent papier. On prendra garde à ne pas oublier cette perspective, qui seule donne son sens à une telle entreprise.

Toutes les manipulations formalisées potentiellement utilisables (statistiques classiques ou text mining notamment) nécessitent que le texte revête une certaine forme et, le cas échéant, inclue des indications particulières ; pour obtenir cette forme, on procède à ce que l’on appelle un prétraitement. De ce point de vue, des progrès significatifs ont été réalisés : le groupe de latinistes baptisé OMNIA a mené à bonne fin la constitution des outils nécessaires à la tokenisation, au postagging et à la lemmatisation du latin (principalement Bruno Bon, Renaud Alexandre, Anita Guerreau-Jalabert [IRHT-CNRS], Eliana Magnani, Marie-José Gasse-Grandjean, Nicolas Perreaux [ARTEHIS-CNRS], Olivier Canteaut, Frédéric Glorieux [École des Chartes] et moi-même [CRH-CNRS]). Il est donc bien temps de se préoccuper de la disponibilité d’un corpus approprié à la recherche.

  • Le contexte
  • Le droit d’auteur
  • Les ressources en open access
  • Les CDROMS
  • L’OCR propre et le dirty OCR
  • Les lacunes
  • L’indexation
  • Remarque brève sur la non-fixation des textes
  • Quelques considérations sur l’organisation pratique d’une base de données textuelles latines
  • Conclusion

Télécharger le pdf