1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation

L’acte daté de 1173 édité par René de Lespinasse en 1916, dans son Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, sous le n° 111 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Copie de Gaignières, sous la cote latin 9207, f. 21. L’édition est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36204z/f208.image.r=Pr%C3%A9mery.langFR

 

René de Lespinasse a vu dans cet acte une autorisation de fortifier le château de Prémery. Jusqu’à présent, cette interprétation n’a pas été remise en cause.

 

Et pourtant, reconsidérer cette interprétation s’avère aujourd’hui nécessaire. D’abord parce que les premières lignes de cet acte évoque seulement la donation de Prémery, qui n’est pas qualifié : « dono et concedo […] Primiriacum ». En 1173, nous ne savons pas ce qu’est ce territoire : un manse, un village, une maison fortifiée ? Rien dans ce texte ne nous permet de le savoir.

C’est dans la suite de ce texte que nous trouvons l’idée de « fortification ». La forte présence du vocabulaire, du champ sémantique de « firmare » a cependant induit en erreur René de Lespinasse. Si nous observons plus attentivement ce vocabulaire, nous nous apercevons qu’il n’est pas en rapport avec la terre de Prémery : « firmare et firmitatem garentizare », « et ipse litteras nobis in invicem fecimus et sigillis nostris utrinque firmavimus », « ad majoris etiam robur firmitatis ». Il ne s’agit donc pas de fortifier ou faire fortifier un château (qui n’est d’ailleurs pas nommé), mais de fortifier une action juridique, ici la donation de Prémery, matérialisée par la charte.

L’emploi du champ sémantique de « firmare » dans le sens de conclure un traité ou valider un acte est connue et régulièrement utilisée par les scribes. Niermeyer, dans son Mediae Latinitatis Lexicon Minus, relève toute une liste d’acceptations pour ce terme[1]. Pour Du Cange, « firmare », c’est avant tout apporter la sécurité (« securitatem dare vel per se vel per fidejussores[2] »).

 

Dans ce texte, c’est le rapprochement entre le champ sémantique de « firmare » et le champ lexical de l’acte et de l’action juridique (« garentizare », « fiduciavi », « sigillis »…) qui nous permet de dire que cet acte n’est pas une autorisation de fortifier le château de Prémery, mais la simple donation d’un territoire, transaction que les protagonistes ont voulu à tout prix protéger.

 


[1] J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, « firmare », p. 429-430.

[2] Du Cange, « firmare », Glossarium mediae et infimae latinitatis, 1883-1887, t. 3, col. 507c, disponible en ligne : http://ducange.enc.sorbonne.fr/FIRMARE1.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Notarum figura : L’écriture musicale et le monde des signes au IXe siècle

Quand l’auteur (ou les auteurs) du traité De musica disciplina employèrent l’expression notarum figura pour parler de l’écriture musicale au milieu du IXe siècle, il a placé la notation dans le domaine d’une pluralité de marques écrites qui étaient aussi nommées notae : les signes prosodiques, les signes de ponctuation, parmi plusieurs autres. En faisant appel au mot figura dans la même expression – et aussi à forma – le champ a été élargi davantage et l’écriture musicale a ainsi été potentiellement rapprochée de tout le domaine des formes devenues visibles.
Ces rapports ont été fréquemment reconnus par les spécialistes, mais ils ont aussi donné naissance à des explications problématiques – par exemple, les théories sur l’origine de la notation neumatique qui ont fait l’hypothèse d’une dépendance stricte de la notation vis‐à‐vis d’autres sortes de notae comme les accents ou les signes de ponctuation. Le défi est celui de rendre compte des rapports sans simplement réduire l’écriture musicale à d’autres notae et/ou figurae.
Le propos de cet atelier est d’investiguer ces rapports (dialectiques) dans le corpus le plus ancien de l’écriture musicale en Occident, les sources notées du IXe et du début du Xe siècle, ainsi que dans les textes et les images contemporains qui puissent aider à les expliquer. L’écriture musicale sera conçue comme étant en rapport à ce qu’on pourrait nommer « le monde des signes » au IXe et au début du Xe siècle, l’ensemble des différentes marques visuelles qui gagnent sens dans le rapport qu’elles entretiennent les unes avec les autres dans le cadre d’une compréhension spécifique et historique de ce qui est un signe (qu’il s’agisse de l’ensemble plus restreint des notae ou du champ encore plus large des figurae).

PROGRAMME

VENDREDI 17 JUIN 2011
9 h 30 Accueil
10 h 00 – 10 h 20 Introduction (Eduardo Henrik AUBERT)
I – Notae
10 h 20 – 11 h 10 Conférence de Charles ATKINSON « The Vatican Anonymous in speculo »
11 h 10 – 11 h 30 Pause
11 h 30 – 12 h 10 Jeremy LLEWELLYN « Alphabets, Letters, and Significative Letters in Ninth‐Century St. Gallen »
12 h 10 – 12 h 50 Susana ZAPKE « Coexistence de signes dans la culture visigotique écrite, ou comment réécrire l’histoire de la notation visigotique à partir des marginalia »
12 h 50 – 14 h 20 Déjeuner
14 h 20 – 15 h 00 Daniela SADGORSKI « The chicken and the egg – Music theory and the genesis of musical notation »
II – Figurae
15 h 00 – 15 h 50 Conférence de Fabrizio CRIVELLO « Manuscrits de luxe et notation neumatique à l’époque carolingienne »
15 h 50 – 16 h 30 Daniel RUSSO « Initiales peintes et culture visuelle dans l’art du manuscrit à l’époque carolingienne. »
16 h 30 – 16 h 50 Pause
16 h 50 – 17 h 30 Maria Cristina C. L. PEREIRA « L’ornementalité graphique des neumes à l’époque carolingienne (IXe‐Xe siècles) »
17 h 30 – 18 h 10 Matteo NANNI « Fragen und Perspektiven der Schriftbildlichkeit von Neumen »
19 h 30 Concert dans la crypte carolingienne de l’abbaye Saint‐ Germain d’Auxerre « Clamavit Ihesus magna voce: Lost Voices of the Passion », pour trois voix d’hommes (par Nils Holger PETERSEN, composé pour le colloque et chanté par Eduardo Henrik AUBERT, Christopher HODKINSON et Matthew WARD)

SAMEDI 18 JUIN 2011
III – Varietas/Unitas
9 h 00 – 9 h 50 Conférence de Susan RANKIN « titre à préciser »
9 h 50 – 10 h 40 Conférence de David GANZ « Diversity and uniformity in Carolingian scriptoria »
10 h 40 – 11 h 20 Jean‐François Goudesenne « Aux marches du royaume (880‐ 950) : quelques points de contacts entre notations au temps d’Hucbald »
11 h 20 – 11 h 40 Pause
11 h 40 – 12 h 20 Nicolas BELL « Added Notes: problems in the identification of sources by notational type »
12 h 20 – 13 h 00 Giovanni VARELLI « ‘Notae aut figurae’: A newly‐discovered organum for St Boniface »
13 h 00 – 14 h 20 Déjeuner
IV – Notae musicae
14 h 20 – 15 h 10 Conférence de Marie‐Noël COLETTE « Comment apprend‐on à noter les neumes ? Remarques sur quelques témoignages manuscrits de cet apprentissage »
15 h 10 – 15 h 50 Sam BARRETT « Towards an Understanding of the Earliest Medieval Song Notations »
15 h 50 – 16 h 30 Helen DEEMING « Contemporary theories of written communication and their application to the earliest musical notations »
16 h 30 – 16 h 50 Pause
16 h 50 – 17 h 30 Eduardo Henrik AUBERT « Sacramentary to Gradual. Evolving Musical Notations in Ninth‐Century Tours and Werden »
17 h 30 – 18 h 10 Daniel SAULNIER « Nouvelles perspectives sur le concept de coupure neumatique »
18 h 10 Conclusions et clôture

La formule au Moyen Age

Compte rendu du colloque « La formule au Moyen Âge » organisé par le Grendel à Nancy,
par Welleda Muller (docteur ès Histoire des Arts et chercheur associée à l’UMR ARTeHIS).

Le Grendel (Groupe de Recherche et d’Étude sur la Diachronie et sur l’Émergence de la Littérature anglaise), section médiévale de l’équipe d’accueil IDEA de l’Université de Nancy a accueilli les 5 et 6 novembre derniers un colloque international et interdisciplinaire consacré à l’étude de la formule au Moyen Âge. Ce colloque a poursuivi et étendu la réflexion engagée lors d’une première rencontre organisée en 2008 et dédiée à l’usage des formules dans le Moyen Âge anglais.

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par le phénomène formulaire, c’est-à-dire par l’usage de reprises et de régularités attendues et reconnaissables. L’omniprésence de la formule dans tous les domaines de la culture médiévale est source de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, innovations et rituels. L’objectif de ce colloque était d’explorer systématiquement ces tensions au travers de communications portant sur différentes régions du monde médiéval et différents domaines de cette culture.

La matinée de la première journée (le vendredi) a été divisée en deux ateliers, l’un portant sur la littérature française, au cours duquel nous avons entendu Laurent Balon (Université Paris III) qui a parlé de la formule en tant que convention topique du genre épique autour de l’exemple de Garin de Monglane ; Blandine Longhi (Université Paris IV) a présenté une communication intitulée : « N’i a nus si hardi qui ne s’en espovent : les formules mentionnant la peur, indices de l’évolution des chansons de gestes ? » ; Vanessa Obry (Université de Provence) a ensuite parlé des formules et constructions du personnage de Lanval dans quelques récits du XIIème siècle français à partir de la conjonction de coordination « or ». Enfin, Caroline Foscallo (Université de Genève) a communiqué sur les listes alimentaires et l’écriture formulaire dans les fabliaux et notamment de la formule : « Pain et vin, char et pesson ».

L’autre atelier de la matinée a été consacré à l’histoire politique. Julian Führer (Universität Zürich) a ainsi parlé des citations bibliques dans les actes de souverains, formules qui seraient à la fois du domaine du rituel et de l’expression individuelle. Justine Firnhaber-Baker (All Souls College, Oxford University) a disserté sur les formules d’oppositions à la guerre seigneuriale du Parlement de Paris (1330-1364). David Dominé-Cohn (EHESS) a quant à lui présenté une communication intitulée : « Formuler le pouvoir ducal en Bretagne au XIVème siècle, entre France et Angleterre ». Enfin, Rosa Benoit-Meggenis (Université Lyon 2) a clos l’atelier par une présentation de la rhétorique impériale byzantine autour du devoir de prière des moines et du salut de l’empereur et de l’Empire.

Le vendredi après-midi comporta une seule session consacrée à l’histoire de l’art. J’ai ainsi eu l’occasion de parler des illustrations de proverbes dans les stalles des Pays-Bas bourguignons à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance et du succès de l’iconographie formulaire de ces proverbes en parallèle du renouveau de la rhétorique au XVIème siècle. Sarah Wilkins (Rutgers University) a ensuite présenté une communication intitulée : « Adopting and Adapting Formulas : The Raising of Lazarus and Noli me tangere in the Arena Chapel in Padua and the Magdalen Chapel in Assisi ». Enfin, Anna Russakoff (American University of Paris) a parlé de la Vierge Hodegetria en tant que formule des icônes miraculeuses transposées en Occident, achevant ainsi la session d’histoire de l’art.

Une session sur la musique a ensuite suivi, avec deux communications sur Hildegarde von Bingen (1098-1179) ; l’une de Marie Formarier (Université de Lyon) sur les formules séquentielles dans son œuvre ; l’autre de Kristin Hoefner (Ensemble vocal Kantika) sur l’embellissement et la mise en relief de textes et mélodies formulaires dans les chants liturgiques de Hildegarde. Fabien Delouvé (Université Paris VIII) a clos la séance en parlant des formules types comme éléments de reconnaissance des modes du plain-chant dit « grégorien ».

La journée du vendredi s’est achevée par une conférence plénière de Christian-Jacques Demollière (Conservatoire de Metz) sur les formules paléochrétiennes (romaines et gauloises) dans le chant grégorien, en préambule d’un concert de la Scola Metensis, dont le répertoire fut principalement grégorien et monodique.

La deuxième journée (le samedi) commença par deux ateliers simultanés ; l’un sur le vieil-anglais et l’autre sur le latin. Le premier a vu les interventions de Olivier Simonin (Université de Perpignan) sur la formule syntaxique beon/wesan en tant qu’expression d’une prescription déontologique ; et de Paul Cavill (University of Nottingham) intitulée : « Maxims in the making of a homily : formulaic composition in Archbishop Wulfstan’s notes ». L’atelier consacré au latin fut inauguré par Natalia Petrovskaia (Peterhouse, Cambridge University) qui parla de la disparition du quasi dans les formules étymologiques des traduction galloises de l’Imago Mundi ; Raeleen Chai Elsholz (chercheuse indépendante) enchaîna avec une communication intitulée : « Formulas of Servitude : The Prestige of Humility ». L’atelier fut conclu par Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers) qui disserta sur deux formules latines apposées sur les plaques tombes au Moyen Âge dans le Grand Ouest et leur évolution du XIIème au XIVème siècle : hic jacet et anima requiescat in pace.

La seconde partie de la matinée fut consacrée au thème de la justice avec Arnaud Fossier (Université de Metz) qui parla des formulaires de la Pénitencerie Apostolique aux XIIIème et XIVème siècles ; et Simona Slanicka (Universität Bielefel) qui disserta sur les formules de représentations de la justice dans les miniatures de l’Aristote de Nicolas d’Oresme et sur les problématiques de justices distributive et commutative.

Puis, en début d’après-midi, la session fut centrée sur les notions de politesse et de modestie avec une communication de Midoriko Kageyama (Université Paris IV) intitulée : « Formules de modestie dans le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier » ; Martin Yvernault (Université de Limoges) parla ensuite des formules didactiques et des techniques pédagogiques dans le Babees Book, ouvrage de bonnes manières à destination des jeunes nobles.

La fin d’après-midi fut consacrée à l’étude des manuscrits. Anne Mathieu (Université Montpellier III) présenta une communication intitulée : « Une formule narrative en action : le Charme des Trois Frères dans deux manuscrits anglais du XVème siècle » ; puis Lucien Reynhout (Bibliothèque Royale de Belgique) parla du bon usage des formules de colophons et présenta quelques hypothèses de leur exploitation méthodologique. Enfin, Susannah Fisher (Rutgers University) disserta sur les liens étroits entre splendeur des reliures des antiphonaires et la liturgie au Moyen Âge, en montrant que les motifs sur les reliures pouvaient jouer un rôle important dans le déroulement de l’office en parallèle avec les formules liturgiques.

Ce colloque fut donc l’occasion de présenter plusieurs types de formules, que ce soit en littérature comme en art, histoire et musicologie. Il fut alors évident que si la définition d’une formule est toujours globalement la même, de nombreuses variations pouvaient être identifiées suivant divers domaines. Ainsi, alors que l’idée de la formule semble assez figée en littérature, elle peut être beaucoup plus « mouvante » en histoire de l’art et en musicologie. Il existe donc une grande variété de formules, concept qui n’est pas l’apanage de la littérature, mais peut aussi être transposé dans des études d’histoire ou autre. Ces rencontres très stimulantes et résolument interdisciplinaires ont ainsi permis aux chercheurs présents d’élargir leur vision de la formule et de mieux comprendre un contexte où celle-ci a une place importante : le Moyen Âge.

Le programme de ce colloque est disponible à cette adresse : http://www.fabula.org/actualites/article40372.php