Les Cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIe siècles). Troyes, 22-24 Novembre 2012

Ce colloque international, organisé par le Grand Troyes et l’IRHT s’est tenu à la Médiathèque du Grand Troyes du 22 au 24 novembre 2012.

Il s’ouvrait sur ce postulat : « les Cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique », bien qu’il existe de grandes et riches bibliothèques cisterciennes, contenant des textes fort rares ou inattendus.

Ce colloque a été l’occasion d’entendre des communications sur divers sujets :

–         l’organisation des bibliothèques : « Les calendriers de lectures hagiographiques chez les Cisterciens », par François Dolbeau ; « Livres et bibliothèques dans les monastères cisterciens de Belgique et France du Nord, XIVe-XVe siècles », par Xavier Hermand ;

–         les bibliothèques au service de l’Ordre : « Le scriptorium et la bibliothèque de l’abbaye de Vaucelles au XIIe siècle », par Benoît Tock ; « La transmission des actes pontificaux dans le réseau monastique cistercien : remarques sur la diffusion d’un Liber privilegiorum du début du XIVe siècle », par Timothy Salemme ;

–         les textes et leurs usages : « Les Cisterciens et la construction de l’exemplarité narrative », par Marie-Anne Polo de Beaulieu et Jacques Berlioz (qui était excusé) ; « Le Chronicon Clarevallense, la littérature exemplaire et l’ancienne bibliothèque de Clairvaux au XIIIe siècle », par Stefano Mula ; « Les Cisterciens lecteurs de la Première Croisade : L’Historia Iherosolimitana de Robert le Moine », par Damien Kempf ;

–         la spiritualité : « La diffusion cistercienne du Mariale attribuable à Bernard de Morlas », par Frank Dolveck ; « Compositio et traditio : écrire et transmettre en milieu cistercien dans la seconde moitié du XIIe siècle », par Pierre-Jean Riamond ;

–         la patristique : « La collection ambrosienne du manuscrit Paris BnF lat. 1913 : destins cisterciens », par Dominique Stutzmann ; « Les oeuvres de Cyprien dans les scriptoria cisterciens et le cas de la Cena Cypriani », par Andrea Livini ; « Les lectures de l’office cistercien dans les bréviaires de Clairvaux », par Claire Maître ;

–         les liens des Cisterciens avec l’Université : « Conrad d’Ebrach et sa bibliothèque vus à travers son commentaire des Sentences », par Monica Brinzei Calma et Christopher D. Schabel ; « La réception au long cours de la censure doctrinale : l’exemple claravallien », par Gilbert Fournier.

Khatarina Kaska et Christoph Egger nous ont permis, quant à eux, de découvrir l’abbaye d’Heiligenkreuz, grâce à sa bibliothèque et à ses utilisateurs : « How to know where to look – Usage and interpretation of late medieval book lists in Heiligenkreuz » ; « Reading, thinking and writing in Heiligenkreuz. Manuscript traces of a late thirteenth-century monastic Intellectual ».

Enfin, plusieurs interventions nous ont permis de nous transporter aux marges géographiques et chronologiques du monde cistercien : « Les Cisterciens transmetteurs de littérature vernaculaire : le cas gallois », par Natalia Petrovskaia ; « Les bibliothèques des cisterciennes de la Haute Lusace (Saxe) à l´époque moderne : leur genèse et leur composition comme expression des horizons intellectuels des nonnes à l´époque moderne », par Jan Zdichynec ; « Charles de Visch (1596-1666), prieur de l’abbaye des Dunes, historiographe de l’Ordre de Cîteaux », par Noël Geirnaert ; « Les imprimés de la bibliothèque de Clairvaux », par Pierre Gandil.

En conclusion de ces journées, Anne-Marie Turcan a rappelé que, plutôt que de parler d’uniformité cistercienne, il vaudrait mieux (et il vaut mieux) parler d’unanimité, même si cet esprit d’unanimité est finalement atteint en partie grâce à la diversité.

Les Cisterciens, contrairement à l’idée reçue, ne sont pas seulement des transmetteurs de textes ; ils les ont remaniés, parfois compilés, voire critiqués (en témoignent les notes marginales, parfois nombreuses, sur certains manuscrits).

Ces journées ont également été l’occasion d’évoquer les réseaux de circulation de ces textes. Il semble qu’il y ait eu un réseau vertical, de filiation, puisque selon les statuts de l’Ordre, une abbaye-mère devait pourvoir sa fille en manuscrits. Mais, parallèlement à ce réseau, et souvent de manière concomitante, il existe un réseau que nous pourrions qualifier de géographique, qui se forment entre abbayes plus ou moins proches ; un réseau maillé, qui peut également se tisser entre abbayes ne relevant pas de la même obédience.

Un autre point a été soulevé : celui de la transmission des hommes, qui a sans doute également joué un grand rôle, aussi grand que celui de la transmission des textes ou des manuscrits. Ce phénomène est peut-être encore plus complexe à prouver ; certes, les manuscrits se déplaçaient rarement seuls, mais les moines étaient amenés à séjourner dans d’autres institutions, emportant avec eux leurs manuscrits, mais également leurs savoirs et leurs arts.

Ces journées ont été foisonnantes. Beaucoup d’hypothèses ont été avancées, de nombreuses situations ont été décortiquées ; les discussions ont été très riches. Les organisateurs ont choisi la diversité, et la conclusion de ces journées leur en a donné raison.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.