Categories
Diplomatique

Petit éloge de l’impureté documentaire

On entend parfois des spécialistes de diplomatique critiquer, entre sévérité et mépris, les éditeurs qui ont fait le choix de publier les « Chartes et documents » d’un établissement : le mélange des genres inhérent à ce type de recueils leur paraît contraire aux exigences scientifiques de leur discipline. Si l’on comprend bien pourquoi il ne sied pas de farcir un cartulaire constitué (sauf en annexe), on ne voit vraiment pas ce qui interdirait d’ajouter aux membra disjecta d’un chartrier des mentions de pièces disparues données par des inventaires, des renseignements biographiques tirés d’un obituaire, des indications de dons transmises par une chronique, et bien d’autres choses encore. Tout cela est utile, ni plus ni moins, pour écrire l’histoire d’une abbaye ou d’un chapitre, et plus largement d’une société régionale et d’un système ecclésial, et c’est bien là la seule justification possible de l’édition d’actes. Car que serait l’examen infini, en vase clos, des caractéristiques formelles des documents, s’il ne débouchait sur une compréhension globale du milieu qui les a produits ? En ce sens, la diplomatique mérite parfaitement le qualificatif estimable de « science auxiliaire » : elle a pour mission de fournir des matériaux à l’historien (qui n’est d’ailleurs, bien souvent, que le diplomatiste élargissant son champ d’investigation) -des matériaux qui ne seront jamais assez divers. Bien sûr, cela suppose que l’historien ait de l’appétit. Les services copieux des « Chartes et documents » effraieront ceux qui ne se sustentent que de crudités et d’eau plate. Mais on sait bien qu’il y a de l’ogre dans le bon historien, et de la diététique dans l’historiographie. De ce point de vue, l’admirable livre de Jean-Paul Aron (Le Mangeur du XIXe siècle, 1973) donne à penser : il y a indubitablement concomitance entre les grands banquets de l’âge bourgeois et le temps des orgies historiques, tant narratives que documentaires, tandis que notre siècle si attentif à sa ligne brille par sa parcimonie, voire son impuissance. Il ne s’agit pas pour nous de revenir à des usages révolus, mais tout simplement de saluer, sans jouer les zoïles, ceux qui, dépourvus de notre arsenal électronique, ont su mettre au jour les prodigieux gisements dans lesquels nous continuons à creuser nos galeries.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.