Categories
Bibliographie & webographie

Introibo ad altare…

L'autel de Notre-Dame d'Avenas.

Peut-être bien la diplomatique est-elle à l’origine du renouveau sensible connu récemment par les études sur l’autel. À force de trouver dans les chartes des donations ou des restitutions d’altaria, les historiens ont fini par soupçonner que la table de pierre installée au sanctuaire des églises était bien autre chose qu’un meuble indispensable à la célébration de l’eucharistie. De même que l’examen approfondi des cartulaires a achevé de convaincre qu’au Moyen-Âge comme à toute époque nul espace n’est naturel et que les repères spatiaux n’ont de sens que fixés par et pour une société donnée, l’idée s’est imposée que l’autel est un objet social au sens le plus fort du terme, dont la centralité dans le locus le plus central que l’on puisse imaginer en régime de chrétienté devait avoir du sens… Parmi les multiples cercles où cette réflexion s’est développée, l’équipe des médiévistes de Dijon n’est pas le moindre. Au début des années 2000, une série de journées d’étude a rassemblé médiévistes de Bourgogne et d’ailleurs « autour de l’autel chrétien médiéval ». Sous ce titre, le Bucema publie aujourd’hui un fascicule spécial en ligne (http://cem.revues.org/index11754.html ), qui fait écho à ces rencontres riches et suggestives. Il n’était pas question, bien sûr, de tout dire sur l’autel, comme Braun il y a 90 ans. Ce n’est même pas la totalité des contributions qui est donnée à lire, puisque plusieurs recherches ont été ou seront présentées ailleurs et autrement. Le seul but de ce Bucema hors-série est de proposer des pistes de lecture pour l’autel de pierre ou de papier : pistes classiques (les vocables, les reliques, l’ornementation…), pistes nouvelles (les apocryphes, l’iconographie, les rituels de dédition…). Une pierre milliaire, en somme, sur un chemin d’étude qui se poursuit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.