Paul Kehr, la diplomatique et les technologies numériques

115 ans après le lancement du projet monumental de Paul Fridolin Kehr (1860-1944) des Regesta Pontificum Romanorum, en vue de réunir et d’éditer l’ensemble des documents pontificaux antérieurs à 1198, c’est-à-dire, avant que le registre systématique des documents romains ne soit établi sous Innocent III (1160-1216), la tâche, immense, n’est que partiellement accomplie. La 7e table ronde, le 20 mai 2011, du volet français de cette vaste entreprise, la Gallia Pontificia, conduite actuellement par l’Institut Historique Allemand et l’Ecole nationale des chartes, s’est ouverte à l’extérieur afin de justement faire le tour des « technologies numériques », qui pourraient apporter au projet une solution nouvelle, en ligne, pour l’édition des actes pontificaux. Les programmes allemands et français – les plateformes de retronumérisation et de mise en ligne des éditions en format image et texte, mais aussi de reproductions photographiques des documents manuscrits, la constitution de bases de données réunissant des masses de textes, des éditions nouvelles en ligne, l’encodage des textes en vue de leur affichage et de leur exploitation… – qui ont été présentés à l’occasion donnent un bon aperçu de l’état actuel des initiatives prises, de leur évolution et de leur assise institutionnelle. Car la première question qui se pose est celle da la division du travail : comment conjuguer les attentes des diplomatistes et des historiens avec la réalisation informatique des outils envisagés. Si la meilleure solution semble encore celle du travail dans une équipe stable, avec des emplois suffisants et financements pérennes, réunissant des compétences diverses, la formation des jeunes et moins jeunes chercheurs capables de dominer, ou du moins de comprendre, l’ensemble du processus de « mise au numérique » est indispensable et urgente. A l’inverse de ce que l’on pourrait penser, la technique mise en œuvre n’est pas sans conséquence sur les résultats scientifiques, et il faut être apte à en prendre la mesure. La deuxième question est effectivement la façon d’accéder et ensuite d’analyser la masse d’actes mis en ligne. Si on ignore la révolution en cours apportée par la numérisation de milliers de textes (pas seulement diplomatiques ou datant du Moyen Âge, il faut toujours se le rappeler !), si on se contente d’interfaces de consultation calquées sur le modèle (ou qui donnent les mêmes résultats) que les anciens index, si on ne s’intéresse pas à ce qui se fait dans d’autres disciplines en ce moment même, si on accumule simplement pour accumuler, l’énorme effort de mise en numérique déployé actuellement ne servira qu’à orner des vitrines. La force du numérique est qu’il nous presse obligatoirement à penser les « documents », nos classifications, nos méthodes, nos attentes autrement. L’enjeu est de taille, d’autant plus qu’il n’est pas facile de briser les inerties. Mais le défi est aussi enthousiasmant !

Un compte rendu de cette 7e table ronde de la Gallia Pontificia est disponible ici.

Liens :
http://www.papsturkunden.gwdg.de/Pius-Stiftung/Geschichte/geschichte.html
http://www.dhi-paris.fr/index.php?id=462&L=0&FSize=kebybjwwfkdeq
http://www.enc.sorbonne.fr/l-apport-des-technologies-nume-riques-a-la-diplomatique-me-die-vale.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.