Saint-Bénigne… de Siegburg !

On reconnaît dans la somptueuse abbatiale élevée à Dijon par l’abbé Guillaume un écrin destiné à abriter le trésor qu’étaient les reliques de saint Bénigne, évangélisateur de la Bourgogne. Mais quel corps saint Guillaume a-t-il donc installé au cœur de son monument ? Un texte apparemment étranger au milieu bourguignon donne là-dessus des lumières repérées de longue date (le P. Vignier au XVIIe s. dans sa Décade historique du diocèse de Langres), mais trop souvent négligées. Il s’agit de la Vita du grand évêque de Cologne Annon. Le dernier chapitre du livre I (MGH, Scriptores, t. XI p. 482-483) concerne précisément le destin des reliques de Bénigne, leur transport en Souabe, leur invention, leur obtention par Annon et leur transfert à Siegburg. Le corps saint (il n’est dit nulle part qu’il s’agisse de parcelles, c’est du corps entier qu’il est question) aurait été obtenu à Dijon par « un duc des Alamans ou des Burgondes » qui l’aurait transporté dans un monastère patronné par lui et voué à saint Guy (cella sancti Viti). L’important est que cette cella est présentée comme un prieuré d’Ellwangen. Or Ellwangen est une fondation, au VIIIe s., de ces mêmes Herlulf et Hariolf, chers à J. Marilier, qui furent évêques de Langres (donc maîtres de Saint-Bénigne, puisqu’à cette époque le monastère dijonnais n’était gouverné qu’au nom de l’évêque) tout en restant abbés de leur communauté germanique. Rien n’est donc plus vraisemblable qu’une circulation de reliques à ce moment. Quant à leur réapparition, forcément miraculeuse, sous le pontificat d’Annon, elle correspond parfaitement aux choix faits par celui-ci pour sa propre fondation du Michaelsberg à Siegburg : d’une part il confia l’abbaye aux moines bénigniens de Fruttuaria, d’autre part il enrichit l’autel majeur de deux sépulcres, celui de Bénigne et celui d’Innocent, un Thébain dont les cendres venaient d’Agaune. Le binôme Dijon/Agaune se retrouve donc à Siegburg exactement comme à Saint-Bénigne qui, on le sait, avait le double vocable du martyr local et de saint Maurice. Cela fait trop de coïncidences pour que l’historien y demeure insensible. Il y a bien un système hagiologique commun aux différents sanctuaires cités ici, dont il faudra préciser encore l’origine et le développement.

Alain Rauwel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.