Tropismes méditerranéens dans la Bourgogne féodale.

Le nécrologe de l’abbaye de chanoines réguliers érigée à Mâcon sous le vocable de Saint-Pierre est un beau document du XIIe s. (BN lat. 5254 ; éd. Guigue, 1874), qui pose bien des questions sur les origines et le devenir de ces établissements canoniaux non intégrés à des congrégations. On est frappé, à la lecture, par le nombre de mentions faisant référence à des pèlerinages : « Willelmus archidiaconus, sapiens et bonne memorie vir, Iherosolima redeuns » (p. 13) ; « Girbertus, sacerdos et canonicus s. Vincentii, pergens Romam defunctus est » (p. 19) ; « Bernardus presbiter, hujus ecclesiae canonicus, Iherosolima redeuns » ; etc. Ces mentions se retrouvent, sous une autre forme, dans les quelques chartes transcrites à la suite du nécrologe. Deux donations des années 1080 sont ainsi motivées par un départ pour l’Hispania : celle d’Hugues de Jayat (n° 19 p. 87), et surtout celle du comte Renaud, « vadens in Hispaniam cum exercitu ad debellandum gentem paganorum » (n° 8 p. 77). Beau rappel du rôle majeur des Bourguignons dans les premières phases de la Reconquista : pendant que Raymond, frère de Renaud (et de l’archevêque de Vienne, futur Calixte II) épousait l’une des filles d’Alphonse VI, le cadet du duc Eudes, Henri, devenait comte de Portugal et souche de la première maison royale de ce pays repris aux Maures.

Alain Rauwel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *