Constantes ?

Au milieu du XVIIe siècle, un religieux savant comme il y en avait tant alors, le R.P. Saleur, Cordelier du couvent de Nancy, se lança dans une vaste recherche sur les origines de la Maison de Lorraine, qu’il publia en 1663 sous un titre qui occupe quasiment une page entière et dont on regrette de ne pouvoir citer que le début : La Clef ducalle de la sérénissime, très-auguste et souveraine maison de Lorraine… Les ambitions de l’auteur ne sont pas minces, qui entend prouver non seulement que les ducs de son pays sont souverains, mais encore que par leurs ancêtres « les rois de Tongres » ils descendent directement de Jules César et sont ainsi « de la première noblesse du monde ». Quel rapport avec la diplomatique, dira-t-on ? C’est que le P. Saleur fonde son argumentation sur l’examen critique de chartes et de sources anciennes. Dans son Avertissement au lecteur, il décrit les circonstances dans lesquelles il a travaillé. Premier moteur ? la curiosité, « l’inclination que l’homme a de sçavoir ». Ensuite ? l’insatisfaction, le scandale des prédécesseurs ignorants et hâtifs : « plusieurs hystoriens et généalogistes en ont escrit plutost légèrement que meurement ». Qu’on en juge : « ils ont confondu les noms et les dominations des royaumes et des duchés de la Gaule belgique, ripuaire ou mosellanique, sans distinguer les familles sérénissimes, directes et collatérales, consanguines et estrangères qui les ont en mesme temps ou successivement régis et gouvernés ». Fautes impardonnables, en vérité ! Bien sûr, le R.P. n’a pas procédé comme ces collègues indignes. Il a lu « quantité de chartres, tiltres et solides authorités » : voilà pour les sources. Il n’a pas négligé non plus la Sekundärliteratur, celle « des livres les plus recherchés et de tous les mémoires qui peuvent donner de l’esclaircissement ». Tout cela lui a imposé bien des voyages, mais procuré aussi le plaisir de bien des échanges et « des communications avec les esprits les plus esclairés », comme André Du Chesne, le P. Chifflet ou le P. Vignier. Et ce n’est qu’après vingt-cinq ans, dit-il, qu’il se résigne, « par la contrainte de ses amis », à livrer au public le fruit de ses recherches. Y a-t-il quoi que ce soit de nouveau sous le soleil de nos études ? Certes, nos conclusions ne sont peut-être plus du même ordre. Mais nos méthodes sont absolument identiques : longs séjours sous les voûtes des bibliothèques, examen critique des sources, dépouillement de la bibliographie, entretiens avec les maîtres (il en est toujours d’aussi partageux que les Jésuites bourguignons du temps de Louis XIV) et les confrères, genèse longue et hésitante de l’exposé final… Sans compter les coquilles, soigneusement recensées par Saleur à la dernière page de sa Clef ducalle, qui rendent toujours inintelligible le passage le plus délicat, mais qu’aucun logiciel, grâce à Dieu, n’abolira jamais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.