« une plume de volatile »

L’expression est d’autant plus plaisante et insistante qu’elle est empruntée à un bel album diplomatique publié par la Fondation des archives historiques de l’abbaye de Saint-Maurice.

Cet album offre un panorama de la culture écrite de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune du VIe au XVIe siècles, et il réserve une place de choix à un détail original : l’insertion d’une plume dans une double queue de parchemin portant un sceau (voir le document n°11 de l’album ; ce détail est repris et curieusement composé (!) sur la couverture de l’ouvrage).

Cette plume, maculée d’encre, est peut-être l’outil d’écriture utilisé par le chantre de l’abbaye de Saint-Maurice pour transcrire l’ acte en question, enregistrer cette donation d’un moulin en 1268 puis l’annoter. C’est peut-être « le signe symbolique de l’investiture du moulin », « le témoignage emblématique de la place croissante de l’écrit dans l’organisation des rapports seigneuriaux ». Mais c’est surtout, parmi les 30 documents transcrits, traduits et analysés, le témoin d’une belle mise en scène de l’écriture.

Fruit d’une collaboration entre les universités de Savoie , de Lausanne, et la Fondation des archives historiques de l’abbaye de Saint-Maurice, cet album et ses belles reproductions sont proposés au prix remarquable de 32 €.

(Écrire et conserver. Album paléographique et diplomatique de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune (VIe-XVIe s.), édité et traduit par Bernard Andenmatten, Germain Hausmann, Laurent Ripart, Françoise Vannotti, Chambéry-Lausanne-Saint-Maurice, 2010)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.