Catégories
Dialogues

« Qu’est-ce qu’un diagramme ? Pour une théorie iconologique, esthétique et sémiotique des figures diagrammatiques », compte-rendu (partie 1)

Intitulé « Qu’est-ce qu’un diagramme ? Pour une théorie iconologique, esthétique et sémiotique des figures diagrammatiques », le séminaire organisé par Naïs Virenque s’inscrit dans le cadre de son activité de recherche postdoctorale consacrée aux diagrammes médiévaux et modernes au sein du Groupe d’Analyse Culturelle de la Première Modernité (GEMCA) de l’Université Catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve. Pensé comme une réflexion au long court, ce séminaire qui se tient en distanciel sur Zoom depuis décembre 2020 est composé de 8 séances de travail réparties jusqu’en juin 2022, selon un rythme trimestriel1.

Entre décembre 2020 et février 2022, se sont succédés Naïs Virenque, Antoine Paris (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne), Jean-Claude Schmitt (GAHOM, EHESS), José Higuera Rubio (Gabinete de Filosofia Medieval, Université de Porto), Ayelet Even Ezra (History Department, Hebrew University of Jerusalem), Naïs Virenque, Fabien Ferri (Costech, Université Technologique de Compiègne/Logiques de l’agir, Université de Franche-Comté), Maria Giulia Dondero (FNRS, Université de Liège), Lenka Panusšková (Department of Medieval Art, Institute of Art History – Czech Academy of Sciences) et Naïs Virenque remplaçant Jean-Jacques Wunenburger (Institut de Recherches Philosophiques de Lyon, Université Lyon 3).

Fig. 1 : Tableau des trois parties de l’âme, Recueil d’écrits philosophiques, dernier ¼ XIIe siècle ou 1er ¼ XIIIe siècle, Londres, British Library, Ms. Arundel 339, f. 120v
https://www.bl.uk/catalogues/illuminatedmanuscripts/ILLUMIN.ASP?Size=mid&IllID=5132 ©The British Library

Basée sur des études de cas ou des réflexions transversales, chaque séance de travail confronte plusieurs types de diagrammes afin d’identifier leurs contextes d’apparition et à terme, de définir leurs caractéristiques propres, leurs modes de structuration, d’opérativité ainsi que leurs ressorts d’efficacité visuelle et verbale [fig. 1]. L’horizon adopté est vaste, interdisciplinaire et transpériodique ouvrant ainsi de nombreuses perspectives de recherche sur la question complexe des figures diagrammatiques, sur la modélisation figurative d’une pensée et plus largement sur les liens entre écrit et visuel au Moyen Âge et à l’époque moderne2.

Durant la première séance, N. Virenque a expliqué que les formes et figurations des diagrammes, ces « objets hybrides »3 mêlant lettres, chiffres et images, sont d’autant plus difficiles à cerner que la terminologie n’a, pour le moment, pas été fixée et que ces objets iconotextuels ont évolué au cours du temps [fig. 2]. De fait, le lexique utilisé pour décrire et étudier l’imago médiévale ne peut recouvrir tous les aspects des diagrammes et le vocabulaire lié à l’analyse de l’écrit et du textuel montre également rapidement ses limites. D’une part, on ne peut mettre sur un même plan les aspects graphiques de l’écrit contenu dans le diagramme et du texte avec lequel il entre en résonnance4. D’autre part, la nature partiellement iconique du diagramme le lie à un mode d’énonciation figuratif mais cet objet ne peut, pour autant, être pensé de la même manière qu’une imago. Cette dernière peut d’ailleurs parfois être elle-même contenue, à une échelle différente, dans le diagramme5.

Fig. 2 : Schéma isidorien du monde nommé Annus et la sphère d’Apulée, Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, vers 1120, Gand, Universiteitsbibliotheek, Ms 92, f. 25v-26r.
https://lib.ugent.be/viewer/archive.ugent.be%3A018970A2-B1E8-11DF-A2E0-A70579F64438#?c=&m=&s=&cv=27&xywh=-2267%2C-1%2C15846%2C9280
Licence CC BY-SA 4.0

L’un des principaux objectifs du séminaire est donc de tenter de définir un vocabulaire à la fois général et particulier, à même de désigner les traits communs des diagrammes et d’en saisir chacune des spécificités. La mise en place d’une terminologie permettrait ainsi de mieux appréhender et comprendre différents types d’objets iconotextuels et par extension, les différents raisonnements qu’ils induisent, a priori ou a posteriori. Les notions d’insécabilité, de pluralité et de malléabilité des diagrammes ont été avancées comme outils de réflexions afin d’envisager ces objets sous des régimes d’iconicité différents. Les termes « schéma », « figure », « dessin », « graphe » ont été proposés comme première base lexicale pour réfléchir sur des objets qui modélisent une réalité (abstraite ou concrète) et se composent ou non à partir d’une facture schématique. Des critères de distinction entre ces termes et entre les objets auxquels ils font référence ont été proposés par Fabien Ferri (séance 4) qui a nourri ses réflexions des apports de l’intelligence artificielle.

Durant la première séance, Antoine Paris a présenté les premiers éléments d’une enquête philologique en cours sur les mots diagramma (διάγραμμα) et diagraphê (διαγραφή) et sur leurs traductions en latin afin de tenter de répondre à une question simple : s’agit-il d’écriture ou de dessin ? Plusieurs axes de réflexion ont été choisis pour observer ces objets sous différents angles et tenter d’apporter un nouvel éclairage sur la signification de ces deux termes qui posent problème au niveau méthodologique. Il a été précisé que δια comme préfixe fait référence à la fois à l’idée de division, de répartition ou alors de complétude. Dans les textes grecs, diagramma et diagraphê sont ambigus. Ils signifient diviser mais également lister, inventorier ou bien délimiter l’espace, tracer un contour ou une enceinte, ce qu’évoque γράφω (érafler, dessiner, tracer, écrire) à partir duquel sont formés ces deux termes. Par exemple, dans la traduction grecque du livre d’Ezéchiel en hébreu (Ez 43, 10-12), diagraphê désigne autant le plan du sanctuaire céleste, le tracé, son organisation architecturale que la structuration pratique, le règlement de la maison. Dans les traductions latines de certains textes de Platon6 et Aristote7 diagramma est traduit par le terme polysémique figura en géométrie, il peut évoquer une « preuve » en tant qu’objet de discours dans d’autres textes de Platon alors que dans une inscription de Thessalonique, il fait référence à un texte législatif.

L’examen des occurrences de diagramma et diagraphê dans les textes grecs et dans leurs traductions latines met donc en exergue des ambiguïtés insolubles, puisqu’elles renvoient à la fois aux notions de division et de non division, au texte et à l’image, au matériel et à l’immatériel. Dès lors, A. Paris propose d’établir a posteriori notre propre définition du terme diagramme en tenant compte de ses différents sens possibles comme autant de pistes de réflexions pour réfléchir sur ces objets iconotextuels complexes que sont les diagrammes.

La notion d’hybridité fait partie des concepts clés mis en évidence au cours des différentes interventions et des discussions, en particulier dans les interventions de Naïs Virenque (séance 1) et de Jean-Claude Schmitt (séance 2). Ce dernier a expliqué que ce qu’on qualifie aujourd’hui de « diagramme » pour la période médiévale se rapproche davantage de la figura, un terme d’ailleurs utilisé pour traduire diagramma dans les versions latines de certains textes de Platon et Aristote (supra). À travers les figurae médiévales, Jean-Claude Schmitt a proposé des éléments de réflexion applicables plus largement aux objets iconotextuels afin de mieux cerner le profil de cet objet hybride qui associe, combine, fait interagir écrit et visuel8. La figura contient de l’écrit et peut interagir avec ce que Barbara Obrist appelle un « contexte discursif »9, c’est-à-dire avec d’autres formes graphiques périphériques tels que les listes, les tableaux et les énumérations [fig. 3]. Tiraillée entre textualité et iconicité, « la figura médiatise la pensée et l’inscrit dans la matérialité du support » comme l’a écrit J.-C. Schmitt dans son ouvrage intitulé Penser par figure10. De fait, la figura aide à structurer et à clarifier la pensée. Elle participe autant à la matérialisation d’un processus de pensée sur un support à un moment donné qu’à sa fixation dans la mémoire. Ce système d’allers-retours et de réciprocité entre la figura et la pensée dans leur processus respectif de construction a bien été mis en évidence ici tout comme dans l’intervention de Maria Giulia Dondero (séance 4). Néanmoins, il a été souligné que la mise en place de schémas préexistants ne doit pas pour autant conduire à un formatage de la pensée à partir de ce qui doit être et doit rester des outils et non des moules pour penser.

Fig. 3 : Les sept planètes et les constellations, Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, vers 1120, Gand, Universiteitsbibliotheek, Ms 92, f. 88v-89r
https://lib.ugent.be/viewer/archive.ugent.be%3A018970A2-B1E8-11DF-A2E0-A70579F64438#?c=&m=&s=&cv=95&xywh=-2266%2C0%2C15842%2C9277
Licence CC BY-SA 4.0

Naïs Virenque (séance 1) a quant à elle proposé de distinguer deux types au sein des diagrammes en tant qu’objets iconotextuels11. Les diagrammes organiques sont caractérisés par une certaine continuité graphique ainsi que par une structure qui fait sens en elle-même, pouvant prendre la forme d’une architecture [fig. 4], d’une image du monde [fig. 5], d’un tableau ou bien encore d’un arbre12 [fig. 6]. Ce thème de l’arborescence apparait d’ailleurs également, plus ou moins explicitement, dans les graphes stemmatiques, c’est-à-dire des unités textuelles reliées entre elles par un réseau de lignes d’embranchements et de ramifications [fig. 7].

Fig. 4 : Turris sapientiae, Speculum Theologiae, fin du XIIIe siècle-début du XIVe siècle
Yale, University Library, Beinecke MS 416, f.1r
https://collections.library.yale.edu/iiif/2/1063688/full/4380,/0/default.jpg
Domaine public
Fig. 5 : Schéma du monde, Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, vers 1120, Gand, Universiteitsbibliotheek, Ms 92, f. 18v-19r
https://lib.ugent.be/viewer/archive.ugent.be%3A018970A2-B1E8-11DF-A2E0-A70579F64438#?c=&m=&s=&cv=20&xywh=-2267%2C-1%2C15846%2C9280
Licence CC BY-SA 4.0
Fig. 6 : Arbre des sons et des neumes, Guido d’Arezzo, Micrologus, XIIe-XIIIe siècle
Paris, BnF, Ms. Lat. 7211, f. 84v https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8432471z/f176.item#
Fig. 7 : Distinctiones super Johannicium (ie sur l’Articella), XIVe siècle
Rockville Pike, National Library of Medicine, Ms. E 78, f. 99r,
https://www.nlm.nih.gov/exhibition/odysseyofknowledge/images/NLM52.jpg©Courtesy of the National Library of Medicine

L’importance de la ligne a été soulignée dans d’autres interventions. C’est à partir de l’examen de la configuration singulière des diagrammes arborescents horizontaux qu’Ayelet Even-Ezra (séance 3) a réfléchi sur le processus de transformation ou de conversion de l’idée au graphe stemmatique13. J.-C. Schmitt a quant à lui envisagé ce processus de matérialisation de la pensée dans la figura comme le résultat d’un long processus d’abstraction. Tracer des lignes sur un support tisse des liens ou révèle des relations entre différents éléments graphiques. Ce réseau de lignes enchevêtrées tend à dévoiler les dynamiques d’un système de pensée rendu lisible, intelligible, clarifié, facilement mémorisable et transmissible. L’intervention de Maria Giulia Dondero (séance 4) s’inscrivait dans ce sillon en envisageant le diagramme comme un dispositif diagrammatique et en croisant des approches issues de la sémiotique visuelle, de la philosophie et de l’histoire de l’art. La place du geste et de la gestuelle dans la construction du diagramme a été examinée pour mettre en lumière la réciprocité du processus de composition d’une pensée dans et à partir du diagramme défini comme la visualisation d’un système de relations entre différents éléments14. Comme l’a également expliqué Naïs Virenque, c’est en cela que le diagramme en tant que modélisation des liens logiques entre des éléments au sein d’une structure (telle que l’arborescence) se distingue du schéma mimétique.

Au-delà de l’espace, qu’il s’agisse du lieu mental, du champ offert par le feuillet d’un manuscrit ou bien de l’argumentaire du texte, la question du tempsa été bien mise en évidence :  le temps nécessaire à la conception puis à la réalisation du diagramme, le temps accordé au regard pour circuler, se repérer, progresser dans ses branches et ramifications ou bien encore le temps de la mémorisation et de la transmission. Le rapport du diagramme au(x) temps a été souligné dans plusieurs interventions, en particulier dans les interventions de Lenka Panusšková et de Naïs Virenque en séance 6. Lenka Panusšková a abordé cette question à partir du temps de l’Eglise et du salut à travers la structuration diagrammatique de certaines figurations de la Jérusalem céleste, ainsi que dans la traduction visuelle de l’ordo divin dans des diagrammes. Naïs Virenque a quant à elle focalisé son attention sur le temps de l’apprentissage à partir des diagrammes scolaires et universitaires au Moyen Âge. Les réflexions proposées sur le rôle du fractionnement dans le processus mnémotechnique rappellent celles d’Antoine Paris durant la séance 1 d’une part, sur le préfixe δια qui fait notamment référence à l’idée de division, de répartition, d’organisation et d’autre part, sur les termes diagramma et diagraphê évoquant l’idéed’inventaire ou de circonscription d’un espace par le trait.

Ainsi, la structure du diagramme se forme au gré des besoins, se déforme, s’adapte pour correspondre à un processus de pensée, pour aider à la clarifier et pour mieux se fixer dans la mémoire. Cet aspect mnémotechnique du diagramme est d’ailleurs l’un des fils directeurs des cinq modes que Naïs Virenque a proposé dès la première séance pour examiner plus efficacement l’objet diagramme. Loin de s’exclure l’un l’autre, ces modes interagissent, se complètent voire se cumulent pour amplifier la fonction mnémotechnique du diagramme. Le mode d’opérationnalité s’attache à la manière dont le lecteur se déplace au sein de la structure et à la nature du lien logique entre les différentes parties qui la composent (diaïrétique, encyclopédique, généalogique,…). Les champs d’effectivité et d’efficacité du diagramme concernent respectivement le but du déplacement dans la structure et le registre (pédagogie, heuristique, herméneutique,…) dans lequel il s’inscrit. Le type iconographique, autrement dit l’apparence du réseau, se rapporte à la spécificité formelle du diagramme en tant qu’image. Le diagramme peut se référer à un type précis d’arbor (sapientiae, vitae,…) ou bien, ce qui est souvent le cas au Moyen Âge et à la Renaissance, faire appel à plusieurs types qui se cumulent. Enfin, l’appareil plastique a trait aux questions de continuité et de cohérence de la structure durant sa composition, sa fabrication d’un point de vue matériel mais également en tant qu’image mentale. A la fois texte et image, le diagramme est un objet hybride et souple qui matérialise une structure pouvant contenir à des échelles différentes, des images, du texte, des chiffres et des figures géométriques.

La question du temps de la mémorisation et des temps à l’œuvre dans un diagramme a également été abordée, mais sous un autre angle, dans l’intervention de José Higuera Rubio (séance 2) portant sur les volvelles médiévales. Composée de plusieurs disques de parchemin ou de papier pivotant autour d’un axe central, la volvelle servait à calculer des temps cycliques [fig. 8] – notamment lunaires – et plus généralement à se repérer à la fois dans le temps et dans l’espace. Associant des lettres, des chiffres et de l’iconique au sein d’un réseau complexe de lignes, les volvelles sont des objets iconotextuels en mouvement. Ces diagrammes dynamiques ouvrent de nombreuses pistes de réflexions, touchant notamment à l’intervention d’outils numériques afin de modéliser ces objets bidimensionnels pour mieux comprendre un processus de pensée complexe. Dès lors, il s’agit de réfléchir aux modalités de répartition des éléments graphiques au sein de la volvelle en elle-même, de la structuration du processus de pensée qui lui a donné naissance, d’ancrage des informations dans la mémoire et de transmission des informations15.

Fig. 8 : Volvelle des différentes phases de la lune, Gutun Owain (1450-1498), Calendar, A treatise on urine, etc. 1488-1489, The National Library of Wales, NLW MS 3026C, f.9r, https://viewer.library.wales/4393492#?c=&m=&s=&cv=12&manifest=https%3A%2F%2Fdamsssl.llgc.org.uk%2Fiiif%2F2.0%2F4393492%2Fmanifest.json&xywh=-910%2C0%2C4765%2C3611 Domaine public

Ainsi, les interventions et les discussions qui ont rythmé les cinq premières séances du séminaire « Qu’est-ce qu’un diagramme ? » ont posé les jalons d’une réflexion interdisciplinaire et transpériodique sur les enjeux de la structuration d’un objet iconotextuel tel que le diagramme. Les liens étroits entre l’écrit et le visuel dans les diagrammes font émerger des combinaisons complexes entre les lettres, les chiffres, les formes géométriques et les figures végétales, animales ou anthropomorphes pour donner à voir une organisation. Objet hybride, le diagramme offre un espace d’interaction ou de médiation entre différents composants graphiques. Traits, lignes et contours sont agencés pour révéler un système de relations entre les parties d’un ensemble qui rend visible, lisible et intelligible un processus de pensée ou un concept. Inscrit à un moment donné sur un support, le diagramme est structuré par la pensée autant qu’il peut l’aider à la structurer, il permet de « penser par figure » et s’imprime durablement dans la mémoire grâce au principe du fractionnement des éléments. Plusieurs temporalités et spatialités entrent en dialogue au sein du diagramme dont la souplesse de la structure a été adaptée au gré des besoins jusqu’à aujourd’hui où on observe encore leur utilisation, parfois de manière abusive, dans les médias.

Durant les trois prochaines séances se succèderont Anna Caiozzo16 (POLEN, Université d’Orléans), Ingrid Falque (F.R.S-FNRS/GEMCA, Université Catholique de Louvain), Angélique Ferrand (LARA, Université de Nantes/CESCM, Université de Poitiers), Hélène Leblanc (GEMCA, Université Catholique de Louvain) ainsi que Agnès Guiderdoni et Ralph Dekoninck (GEMCA, Université Catholique de Louvain).

  1. https://uclouvain.be/en/node/82268 []
  2. Pour un bilan historiographique sur cette question, voir notamment René Wetzel et Fabrice Flückiger, Au-delà de l’illustration. Texte et image au Moyen Âge, approches méthodologiques et pratiques, Zürich, Chronos, 2009, p. 9, n. 10 []
  3. L’appellation d’« objet hybride » fait référence aux travaux de Louis Marin (1931-1992), en particulier Études sémiologiques. Écritures, Peintures, Paris, Klincksieck, 1971, p. 10. Voir également Agnès Guiderdoni, « Louis Marin’s theories of representation: between text and image, from visuality to figurability », Modern French visual theory. A critical reader, Nigel Saint et Andy Stafford (dir.), Manchester-New-York, Manchester University Press, 2013, p. 129-144 []
  4. Lors des discussions, Ingrid Falque a mentionné les travaux de Werner Wolf, en particulier « Introduction. Frames, Framings and Framing Borders in Literature and Other Media », Framing Borders in Literature and Other Media, Werner Wolf and Walter Bernhart (éds.), Amsterdam, Brill, 2006, p. 1-40 []
  5. Sur la tension entre l’écrit, le textuel et l’image voir Meyer Shapiro, Words and Pictures: On the literal and the symbolic in the illustration of a text, The Hague, Mouton, 1973 ; idem, Words, Script, and Pictures: The Semiotics of Visual Language, New York, George Braziller, 1996 []
  6. Platon, République, VII, 529e ; Platon, Phédon, 73 b []
  7. Aristote, Catégories, 14 a-b []
  8. Jean-Claude Schmitt, Penser par figure. Du compas divin aux diagrammes magiques, Paris, Arkhê, 2019 []
  9. Barbara Obrist, « Démontrer, montrer et l’évidence visuelle : les figures cosmologiques de la fin de l’Antiquité à Guillaume de Conches et au début du XIIe siècle », Diagramm und Text. Diagrammatische Strukturen und die Dynamisierung von Wissen und Erfahrung, Actes de colloque, Université de Fribourg, Wiesbaden, Reichert Verlag, 2014, p. 45-78 cité dans J.-C. Schmitt, Penser par figure, op. cit., p. 104 []
  10. J.-C. Schmitt, Penser par figure, op. cit., p. 143 []
  11. Adam Cohen a proposé de modéliser un spectre allant du texte à l’image afin de définir le degré de textualité et d’iconicité d’un diagramme. Cf. « Diagramming the Diagrammatic Twelfth-Century Europe » dans The Visualization of Knowledge in Medieval and Early Modern Europe, Marcia Kupfer, Adam Cohen et Jeffrey Chajes, Turnhout, Brepols, 2020, p. 383-404, p. 394 []
  12. Le diagramme arborescent relève d’ailleurs du même modèle – celui de l’arbor au sens large – qu’un graphe basé sur un stemma []
  13. Ayelet Even-Ezra, Lines of Thought. Branching Diagrams and the Medieval Mind, Chicago, The University of Chicago Press, 2021 []
  14. « … celles (les hypoicônes) qui représentent les relations, principalement dyadiques ou considérées comme telles, des parties d’une chose par des relations analogues dans leurs propres parties, sont des diagrammes », Charles Sanders Peirce (1839-1914), Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Cambridge, Harvard University Press, 1931-1935, 2.276-7 repris et commenté dans Maria Giulia Dondero, « Geste de la pensée, gestualité picturale : le diagramme chez Peirce, Deleuze et Goodman », Metodo, vol. 9-1, 2021, p. 67-95, en part. p. 69-70, n.5 []
  15. Dans son projet intitulé « From Data to Wisdom. Philosophizing Data Visualizations in the Middle Ages and Early Modernity (13th-17th Century) », José Higuera Rubio développe une réflexion épistémologique plus large sur la structuration des données, des métadonnées et des bases de données comme outil heuristique []
  16. https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/gemca/evenements/qu-est-ce-qu-un-diagramme-session-7.html []

Par Raphaël DEMES

Chargé de cours en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université de Lille
IRHiS - UMR 8529
Collaborateur au CESCM - UMR 7302

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.