Catégories
Dialogues

Compte rendu du colloque “XI Encontro Internacional ‘A imagem medieval: história e teoria’” (30 novembre – 11 décembre 2020)

Entre le 30 novembre et le 11 décembre 2020 s’est déroulé le colloque international “XI Encontro Internacional ‘A imagem medieval: história e teoria’”, organisé par le “Laboratório de Teoria e História das Mídias Medievais” (LATHIMM), un laboratoire voué à l’étude des images et des médias médiévaux rattaché à l’Université de São Paulo (USP) et à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Le colloque, le seul au Brésil dédié aux images médiévales, s’est tenu en format webinaire dans cette édition 2020, ce qui a permis la participation d’un public plus nombreux, environ 200 personnes de plusieurs pays (Brésil, Espagne, France, Portugal, Chili, États-Unis, Japon, Costa Rica, Autriche et Liban), issues de plus de 60 institutions différentes : universités, bibliothèques, musées et centres de recherche. Pendant les deux semaines, les journées ont alterné entre six conférences magistrales et huit séances de communication de travaux de doctorants et de jeunes chercheurs, totalisant 37 communications de recherche.

Habituellement centré sur les études liées à l’image au Moyen Âge, le colloque a ouvert cette année un espace de discussion plus élargi sur la notion de « média », élargissant également ses horizons vers le domaine des pratiques écrites, de la rhétorique, des discours et de la sémantique de la documentation médiévale. Dans ce sens, l’accent a été mis sur le terme « média », qui évoque à la fois le souci d’étudier la culture matérielle médiévale, ainsi que plusieurs autres formes de communication et de médiation sociales, en plus de la volonté d’étudier en profondeur les usages médiatiques actuels d’une certaine « médiévalité ». Ce terme porte une immense richesse sémantique dans un contexte médiéval, puisque le mot latin medium fait référence au rôle capital exercé par l’Église comme médiateur entre les hommes et entre ceux-ci et la divinité.

C’est à partir de cette perspective que les conférences magistrales ont abordé les images médiévales, aussi bien que les réappropriations d’une image du Moyen Âge, en partant de l’analyse de supports divers.

Dans la journée du lundi 30 novembre, le colloque s’est ouvert sur une courte introduction des organisateurs et coordinateurs du laboratoire Gabriel CASTANHO (UFRJ), Maria Cristina PEREIRA (USP), Wanessa ASFORA (Université de Coimbra) et Eduardo H. AUBERT (USP), qui ont souligné l’importance croissante des études médiévales au Brésil.

Maria Cristina PEREIRA nous a ensuite présenté la conférence d’ouverture « Histoires de lettres fantômes : les initiales qui n’ont jamais été et celles qui ne le sont plus ». Elle nous a rappelé l’importance de la réflexion sur les initiales des manuscrits médiévaux qui n’ont finalement pas été terminées et les possibles significations du « vide » dans un manuscrit, tout comme les initiales enlevées, coupées ou détruites postérieurement, qui peuvent nous donner des indices sur l’histoire des usages des images et des différents rapports au livre au fil du temps. Ces pratiques diverses sont révélatrices d’une distinction plutôt moderne entre lettre et image, étant donné qu’il y a, par exemple, des initiales ornementées enlevées des manuscrits médiévaux qui ont été utilisées postérieurement comme des œuvres d’art autonomes. Dans ce cas, leur « letrité » est niée, et seule leur dimension d’image conçue comme « art » est valorisée, ce qui contredit leur rôle primaire dans le manuscrit, construit en intrinsèque rapport à l’organisation du texte.

Des “initiales fantômes”.
Diurnal, Italy, Pisa, 1543-1599
New York, Pierpont Morgan Library, MS M.320 fol. 63v
https://www.themorgan.org/manuscript/77236

Le mercredi 2 décembre, Jordi CAMPS I SÒRIA (MNAC/Barcelone) nous a présenté la deuxième conférence magistrale du colloque : « Du Volto Santo de Lucca au Christ de Beyrouth. Les images des Majestats catalanes dans l’art roman. Une typologie singulière ». Il nous a exposé la diversité d’images des Majestats – les Majestés, des crucifix où le Christ porte une longue tunique – dans la Catalogne romane, en remarquant des questions de leur matérialité, comme la taille, les couleurs et les inscriptions qui composaient ces objets, aussi bien que la difficulté d’établir des généralisations et une typologie entre ces images, vu sa richesse et diversité. Un point a été consacré aux possibles rapports entre ces images en bois et d’autres supports, comme la sculpture en pierre ou la peinture murale. Il a aussi souligné les processus de restauration et réutilisation de ces objets le long de l’histoire qui ont pu influencer les analyses postérieures des historiens de l’art.

Majestat Batlló. Catalogne, XIIe s., Museu Nacional d’Art de Catalunya. MNAC 15937. (© Museu Nacional d’Art de Catalunya. Photo: Calveras, Mérida, Sagristà)
https://www.museunacional.cat/es/colleccio/majestad-batllo/anonim/015937-000

La première semaine du colloque s’est terminée le vendredi 4 décembre avec la conférence de Vincent DEBIAIS (EHESS/Paris), intitulée « Figuration et abstraction dans les images médiévales : l’informel dans les peintures du livre des bénédictions d’Ethelwold ». Il nous a offert une réflexion très intéressante en partant des couleurs du manuscrit d’Ethelwold pour discuter des notions d’informel, de conformation et d’abstraction dans les images médiévales. En passant par une réflexion historiographique sur la notion d’« abstrait » en histoire de l’art, il est revenu aussi sur les discussions autour du concept de figura, pour nous indiquer comment l’abstraction, au Moyen Âge, peut être pensée comme partie du travail intellectuel, comme un moyen de connaissance des choses inaccessibles.

Le colloque a repris dans sa deuxième semaine avec la conférence de Dominique IOGNA-PRAT (EHESS/Paris), « Du naturel et du spirituel : le paysage », le 7 décembre. Il a reconstitué de façon importante l’émergence d’une idée de paysage moderne, en soutenant comment les racines des images du « paysage » se trouvaient déjà dans une économie spirituelle de l’image au Moyen Âge. Il s’est ainsi demandé, en ouvrant une intéressante réflexion, si « le paysage ne peut pas ne pas être spirituel ? » En revenant sur l’inscription « ME FECIT », souvent présente dans les images médiévales, il a montré comment le verbe facire au Moyen Âge traduit l’idée de faire comme un acte sacré. Ainsi, nous pouvons comprendre comment l’écrit et le visuel manifestent la valorisation des artistes – ceux qui commencent à représenter le paysage – en tant qu’intermédiaires entre l’humain et le spirituel.

Orion KLAUTAU (Université Tohoku/Sendai) a présenté le mercredi 9 décembre la conférence « Le modernisant Moyen Âge japonais : histoire et historiographie du nouveau bouddhisme de Kamakura ». Il a apporté une réflexion sur les réappropriations de l’image du Moyen Âge japonais qui ont fait partie d’un phénomène moderne de recherche d’une identité japonaise, à partir duquel se sont développés des enjeux historiographiques. Cette construction s’est basée en grande mesure sur l’altérité par rapport à d’autres cultures, comme la chinoise, et a engendré l’image d’un Moyen Âge rural, viril et martial au Japon. Cette conférence a aussi été remarquable pour insérer dans le colloque la discussion sur l’usage de la “médiévalité” pour la légitimation politique, construite par les images visuelles aussi bien que par la culture écrite.

Pour conclure le colloque, la journée du 11 décembre a été dédiée à deux activités magistrales avec Barbara H. ROSENWEIN (Université Loyola, Chicago). Elle a d’abord présenté la conférence « L’image conflictuelle de la colère au Moyen Âge », où elle a parlé de l’Histoire des Émotions et de comment le concept de colère peut être vu en tant qu’objet historique, constitué par des sens divers le long de l’histoire, qui varient en fonction de ses usages sociaux.  Elle nous a alors montré, à partir d’une multiplicité d’exemples, comment la colère peut glisser entre des sens positifs et négatifs, et comment cela peut varier par rapport à la personne, l’entité ou l’extrait social qui la manifeste au Moyen Âge. Ses sources d’analyse ont exposé la plasticité de cette émotion : soit les images visuelles, comme la colère sculptée sur un chapiteau de l’église de Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay ou peinte dans un tableau de Hieronymus Bosh, soit les multiples sources textuelles dont elle est le sujet, comme les écrits de Seneca, Prudence, Grégoire le Grand et Thomas d’Aquin. Le colloque s’est achevé avec le lancement de son livre Anger: The Conflicted History of an Emotion (Yale University Press, 2020), reprenant ses brillantes réflexions sur l’histoire de cette émotion, ce qui a permis de riches échanges avec le public.

La “Colère”, chapiteau de Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, XIIe siècle.
(Photo: Angélique Ferrand)

Les séances de communication de travail des jeunes chercheurs se sont tenues les 1er, 3, 8 et 10 décembre, organisées en deux sessions par jour. Dans cet ensemble, nous pouvons identifier des axes thématiques divers.

Un premier axe thématique est composée par des séances focalisées sur des thèmes ou sujets iconographiques proches. L’une des séances, par exemple, a réuni des travaux dont la thématique a tourné autour de l’iconographie mariale, comme la Theotókos, la grossesse de sainte Anne et l’image de la Nativité dans des livres d’heures. Dans une deuxième séance, la thématique des bestiaires a prédominé, à partir des discussions sur l’image de la sirène, sur l’image de l’oiseau caladrius et sur l’usage politique des images de la salamandre et du porc-épic.

Ensuite, une séance a réuni des recherches qui font référence à la péninsule italique vers la fin du Moyen Âge : les frères Mineurs et l’église de Santa Croce de Florence ; une réflexion sur l’auctoritas de la Regula franciscaine à partir de l’image de saint François comme le nouveau Moïse ; une étude sur les modèles des cahiers de dessin de Pisanello, une réflexion sur le rôle du pape Jules II  dans la promotion des arts et de la guerre ; un travail sur les images du Jugement Final de Giotto de Bondone ; et finalement un travail sur les images franciscaines reprises dans les azulejos de l’Amérique coloniale portugaise.

Les rapports entre la théologie et l’art ont été aussi abordés, comme la question des couleurs et la théologie dans l’art mosan, ainsi que les rapports entre l’art médiéval et la pensée de Nicolás de Cusa. Un autre travail a abordé le théâtre à partir des notions de performance chrétienne et d’imago. Une étude a porté sur les rapports entre l’idéologie monastique des Rois catholiques en Espagne et l’iconographie religieuse. Finalement, les thèmes traités dans cette séance ont abordé la question du grotesque dans les images du bas Moyen Âge et aussi la cosmovision chrétienne dans l’église suisse de Zillis.

Le « médiévalisme » a été le sujet principal d’une des séances, dont les travaux ont abordé les visions et réappropriations de l’imaginaire médiéval dans le monde contemporain, guidées par des objectifs différents : dès les représentations du Moyen Âge dans la littérature romantique occidentale jusqu’à la construction de l’image des vikings dans les jeux vidéo. Un autre travail s’est aussi penché sur les vikings, mais pour évoquer leurs croyances religieuses à partir de l’étude de l’iconographie des pierres runiques.

Un autre axe thématique s’est structuré autour des problématiques sur des questions de matérialité d’objets ou de l’architecture dans des différentes temporalités, comme l’analyse des mosaïques du mausolée de l’église paléochrétienne de Santa Constanza à Rome, ou l’utilisation de formules votives dans la dévotion antique  à partir d’une étude des graffiti du monument à la  Memoria Apostolorum, tout comme des relations entre l’Antiquité et le Moyen Âge, à l’exemple de la survivance de thèmes iconographiques dans des tympans romans en Catalogne. En outre, une communication a abordé les notions d’image miraculeuse et de matière sacrée à partir de l’analyse du crucifix miraculeux de Valence. Enfin, le dernier travail de cet axe a abordé la « géopolitique » dans la tapisserie de Bayeux.

Une grande partie des communications a évoqué des questions sur les images dans les manuscrits médiévaux. Deux travaux se sont penchés sur les initiales : l’un sur l’organisation des initiales colorées dans un manuscrit roman français et l’autre sur l’ornementation des initiales d’un livre d’heures. Les marges ont été abordées à partir de l’étude d’un corpus d’images de combat entre chevaliers et escargots. Un travail s’est interrogé sur la place de l’iconographie de la messe de saint Grégoire dans les manuscrits liturgiques. Enfin, un dernier travail a étudié le parcours d’un livre d’heures à partir de l’effacement de l’image de Thomas Becket. Il est intéressant de remarquer que deux des recherches de jeunes chercheurs ont été développées à partir de l’étude de manuscrits médiévaux conservés au Brésil, à la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro. Une dernière recherche s’est structurée comme une étude comparative entre les images des lombards et des francs dans les miniatures des manuscrits et des monnaies.

La dernière séance thématique, plutôt tournée vers l’idée d’image comme communication – ou média – au Moyen Âge, a apporté des réflexions sur les notions de représentation et de rhétorique : la rhétorique d’autolégitimation dans les documents politiques de Kiev au XIIe siècle  ; la rhétorique de l’antagonisme dans la Legenda Aurea, notamment utilisée pour l’insertion du thème de la magie dans les textes ; et la rhétorique de l’écriture de l’histoire de la Croisade des albigeois par le mouvement monastique, en plus d’une étude sur la construction de l’image de Richard Cœur de Lion comme le roi troubadour.

Un sujet important qui a traversé tout le colloque est la relation entre l’écrit et le visuel au Moyen Âge. Parmi les travaux des jeunes chercheurs cités auparavant, nous trouvons cette approche, par exemple, dans la recherche de Doglas Lubarino (UNICAMP/EPHE) qui aborde le sujet du miracle eucharistique en proposant une « géographie » de l’iconographie de la messe de saint Grégoire ; il s’interroge sur la place que les enluminures où figure ce thème occupent dans les manuscrits liturgiques et cela en intrinsèque rapport au texte lu dans des moments rituels spécifiques de la messe, à partir d’un corpus d’images datant des XIVe et XVe siècles. Pamela Godoi (USP) a aussi apporté une réflexion sur la relation entre texte et visualité dans un manuscrit : elle réinterroge la hiérarchie entre image et texte à partir de la considération des couleurs des initiales de l’homiliaire de Saint-André-du-Câteau (XIIe siècle), argumentant que ces initiales colorées peuvent être placées dans un champ intermédiaire entre image et texte, vu que sa visualité est une dimension fondamentale dans l’organisation du texte.

Un autre type d’approche a été évoqué par Rafael Gonçalves (USP) ; il a abordé la construction de l’image de l’oiseau caladrius dans les bestiaires et traités encyclopédiques médiévaux des XIIIe et XIVe siècles, qui est issue d’une multiplicité de savoirs qui circulaient au Moyen Âge. Ces savoirs sont construits à partir de diverses sources textuelles, mais aussi imagétiques qui ont modulé, ensemble, les légendes sur l’oiseau qui guérit. Encore à partir d’une autre approche, la recherche de Aline B. dos Santos (USP) a apporté une réflexion sur l’iconographie de la Traditio legis sculptée sur le tympan de l’église romane de Sant Pau del Camp, à Barcelone, dont l’image est construite et modulée en profond rapport au texte épigraphique présent dans le linteau de ce même portail. Dans ce sens, l’épigraphie n’est pas seulement comprise comme l’écriture d’informations, mais elle joue un rôle actif qui produit du sens dans l’interaction avec l’iconographie sculptée. L’inscription et l’image produisent, ainsi, un ensemble visuel, un montage graphique basée sur l’amalgame de l’écrit et du visuel.

Grâce à la multiplicité d’approches méthodologiques et aux conférences magistrales, le colloque a pu élargir les questions sur la visualité médiévale, qui engagent des réflexions qui vont au-delà de l’analyse des formes et qui montrent l’importance des échanges entre les diverses disciplines des Sciences Humaines, tout en considérant la centralité des discussions entre l’écrit et le visuel. C’était, finalement, l’occasion d’amplifier le débat sur les médias médiévaux et de marquer l’essor de ce champ d’études dans le milieu académique brésilien.

PDF du cahier des résumés (en portugais) : Cahier_LATHIMM_2020

Pour citer cet article : Aline Benvegnú dos Santos, « Compte rendu du colloque “XI Encontro Internacional ‘A imagem medieval: história e teoria’” (30 novembre – 11 décembre 2020) », in Laetus diaconus, mis en ligne 10/05/2021, URL : https://laetusdiaconus.hypotheses.org/1780.

Par Aline Benvegnú dos Santos

Docteure en Histoire Sociale à l'Université de São Paulo, chercheuse LATHIMM-USP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.