Maladies et infirmité dans les chartes

S’il est courant dans les actes de trouver des auteurs ou donateurs atteints d’infirmité, il est plus rare d’en trouver la cause. Qui plus est dans les chartes cisterciennes de Bourgogne du sud, souvent avares de détails.

Les chartes de l’abbaye de Maizières (actuel département de Saône-et-Loire) font exception. Aujourd’hui le chartrier de l’abbaye se trouve séparé en deux, entre les Archives départementales de Saône-et-Loire (H 54 à 80, H SUP 64 à 72) et les Archives départementales de Côte-d’Or (16 H). Il faut aussi signaler l’existence d’un cartulaire, réalisé au XVIIIe siècle, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France : nouv. acq. fr. 8672-8681 ; microfilm consultable aux Archives départementales de Côte-d’Or, 1 Mi 474-483. Les chartes du XIIe siècle notamment présentent de nombreux détails sur la géographie (description des confins), sur la vie et les travaux quotidiens (description des pêcheries ou des moulins, mention des marchés, des péages et passage). Elles regorgent également de noms de lieux ou de noms de personnes.

L’acte qui a le plus retenu notre attention, et qui nous a donné l’occasion d’écrire ce billet, est un acte conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire dans la liasse H 54. Il est daté de 1188. Robert, évêque de Chalon, atteste que Hugo Neellus, frappé par la lèpre, s’est donné à Dieu et aux moines de l’abbaye de Maizières. Il a également donné en aumône toute sa terre : « Testificamur quod Hugo Neellus infirmitate lepre perculsus reddidit se Deo et monachis de Maceriis et dedit in elemosinam tam pro anima sua quam pro suis antecessoribus totam terram suam ».

Rencontrant une telle mention pour la première fois dans la jeune carrière de chercheur, j’ai tenté de voir si les mentions de maladies étaient courantes ou rares. J’ai effectué une recherche rapide dans la base de données des CBMA sous Philologic (http://philologic.cbma-project.eu/). Sur un peu plus de 18 000 chartes, le lemme infirmitat* a donné 143 occurrences seulement : les hommes sont en général frappés par l’infirmité, mais la cause de cette infirmité n’est pas évoquée. Le terme « morbus » (maladie) ne se rencontre qu’une seule fois. La lèpre, en tant que maladie n’est pas évoquée dans le corpus formé par les CBMA. Vingt-neuf fois, ce sont les communautés ou maisons de lépreux qui sont citées.

 

Finalement, est-ce le corpus des CBMA qui présente des lacunes ? ou l’acte de l’abbaye de Maizières qui est une exception ? La question vous est posée, chers lecteurs[1].

ADSL, H 54/11, 1188

ADSL, H 54/11, 1188


[1] Touati François-Olivier, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du XIVe siècle, De Boeck Université, Bruxelles, 1998.


coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *