Debates in the Digital Humanities

Debates in the Digital Humanities, Debates inDH1ereCouv
éd. Matthew K. Gold,
University of Minnesota Press, Minneapolis-London, 2012,
xvi-515 p. (imprimé, 26 €), libre accès en ligne : http://dhdebates.gc.cuny.edu/debates).

Cet ouvrage marque probablement une étape importante des Digital Humanities. C’est tout à la fois un essai de définition, une somme sur les thèmes, méthodes, pratiques et potentiels des DH et le signe d’un certain recul, les DH devenant  un objet d’étude. En se rapportant aux termes de la sociologie bourdieusienne, on pourrait dire que ce livre à la fois explicite et participe à la formation d’un nouveau « champ » disciplinaire.

Une définition simple est retenue mettant en valeur le corpus : avec les DH, l’objet d’étude pertinent n’est plus l’objet lui-même mais le corpus, l’archive, pour lesquels les DH ont rendu nécessaires des outils nouveaux.

Parmi les nombreux constats et expériences touchant des disciplines variées, des signes très positifs sont mis en avant : la création de nouveaux centres numériques, les recrutements nombreux dans les universités américaines, le développement de bourses et financements dédiés, le succès de l’appropriation et de la collaboration qui transforment l’érudition humaniste ou encore les avantages du crowdsourcing.

Ces paramètres restent difficiles à mesurer et de nombreuses difficultés  subsistent. La suspicion demeure assez grande vis-à-vis des nouveaux outils numériques. Le terme tactique DH est toujours utilisé sans vergogne pour positionner les SHS à l’avant-garde de certains jugements de valeur comme les big data, l’interdisciplinarité, la collaboration ou l’ouverture au public. Hormis quelques pratiques réservées à une poignée de spécialistes, les pratiques numériques ont peu évolué au final depuis plusieurs décennies, le travail savant en SHS a peu changé et les connaissances académiques ne sont pas remises en cause. Les blocages sociaux et politiques restent bien présents également.

Mais retenons surtout trois grands mérites de cette somme :

  • poser toute l’importance du fonctionnement en réseau (Twitter, blogs, Google, web collaboratif, agrégation de contenus) qui est devenu outre-Atlantique un véritable outil de travail,
  • donner l’espoir que les DH sont idéalement placées pour construire et adapter des outils et pour renouveler les SHS, la vie universitaire et les relations humaines plus généralement,
  • fournir l’exemple d’une œuvre de collaboration, d’un produit hybride (papier et online) et dynamique (l’annotation est proposée pour prolonger les débats).

Au final, un riche bilan et un nouvel élan pour rapprocher/fédérer digital migrants et digital natives !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *