Maladies et infirmité dans les chartes

S’il est courant dans les actes de trouver des auteurs ou donateurs atteints d’infirmité, il est plus rare d’en trouver la cause. Qui plus est dans les chartes cisterciennes de Bourgogne du sud, souvent avares de détails.

Les chartes de l’abbaye de Maizières (actuel département de Saône-et-Loire) font exception. Aujourd’hui le chartrier de l’abbaye se trouve séparé en deux, entre les Archives départementales de Saône-et-Loire (H 54 à 80, H SUP 64 à 72) et les Archives départementales de Côte-d’Or (16 H). Il faut aussi signaler l’existence d’un cartulaire, réalisé au XVIIIe siècle, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France : nouv. acq. fr. 8672-8681 ; microfilm consultable aux Archives départementales de Côte-d’Or, 1 Mi 474-483. Les chartes du XIIe siècle notamment présentent de nombreux détails sur la géographie (description des confins), sur la vie et les travaux quotidiens (description des pêcheries ou des moulins, mention des marchés, des péages et passage). Elles regorgent également de noms de lieux ou de noms de personnes.

L’acte qui a le plus retenu notre attention, et qui nous a donné l’occasion d’écrire ce billet, est un acte conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire dans la liasse H 54. Il est daté de 1188. Robert, évêque de Chalon, atteste que Hugo Neellus, frappé par la lèpre, s’est donné à Dieu et aux moines de l’abbaye de Maizières. Il a également donné en aumône toute sa terre : « Testificamur quod Hugo Neellus infirmitate lepre perculsus reddidit se Deo et monachis de Maceriis et dedit in elemosinam tam pro anima sua quam pro suis antecessoribus totam terram suam ».

Rencontrant une telle mention pour la première fois dans la jeune carrière de chercheur, j’ai tenté de voir si les mentions de maladies étaient courantes ou rares. J’ai effectué une recherche rapide dans la base de données des CBMA sous Philologic (http://philologic.cbma-project.eu/). Sur un peu plus de 18 000 chartes, le lemme infirmitat* a donné 143 occurrences seulement : les hommes sont en général frappés par l’infirmité, mais la cause de cette infirmité n’est pas évoquée. Le terme « morbus » (maladie) ne se rencontre qu’une seule fois. La lèpre, en tant que maladie n’est pas évoquée dans le corpus formé par les CBMA. Vingt-neuf fois, ce sont les communautés ou maisons de lépreux qui sont citées.

 

Finalement, est-ce le corpus des CBMA qui présente des lacunes ? ou l’acte de l’abbaye de Maizières qui est une exception ? La question vous est posée, chers lecteurs[1].

ADSL, H 54/11, 1188

ADSL, H 54/11, 1188


[1] Touati François-Olivier, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du XIVe siècle, De Boeck Université, Bruxelles, 1998.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

 

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

 

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

 

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

ADCO, 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Une charte lacérée par un singe

Dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux, série 11 H des Archives départementales de Côte-d’Or, nous trouvons une charte lacérée dans sa partie basse, comme si le sceau avait été arraché.

Cette charte d’Eudes III, duc de Bourgogne (1192-1218), a été datée de 1206-1216 par Jean Richard[1].  C’est dans l’inventaire de la série 11 H que nous trouvons une explication quant à la lacération de la charte : « charte d’Eudes III relative à cet accord (s.d. : 1206/7-1216 ; cette charte a été lacérée en 1287/8 par le singe du duc Robert II ; vidimus de 1230/1 et 1287/8) »[2].

Nous avons donc été voir le « vidimus » daté de 1287-1288. Cette charte du duc Robert II (1272-1306) est datée de l’année 1287, le jeudi avant la résurrection du Christ, soit le 25 mars 1287 (a. st.)[3]. Il s’agit bien d’une copie vidimée puisqu’elle reproduit l’acte d’Eudes III sans modification du texte. La majorité des vidimus accordés à l’abbaye de Cîteaux, sont des confirmations. Dans notre cas, la raison est tout autre, et est clairement signifiée : « quas quidem litteras quidam simius noster anno et die predictis in presencia nostra laceravit »[4]. Donc, en ce 25 mars 1288 (n. st.), l’acte d’Eudes III a été lacéré en présence du duc de Bourgogne, au château de Rouvres-en-Plaine : « apud Rovram »[5].

Comment une charte a-t-elle pu être déchirée par un singe ?

Si ce fait est étonnant, une autre question se pose : que faisait cette charte accordée à l’abbaye de Cîteaux dans le château ducal ?

Nous savons que cette charte était conservée à l’abbaye de Cîteaux puisqu’elle porte sur son verso les cotes inscrites lors d’une réorganisation du chartrier effectuée vers 1236-1240. Le vidimus de 1288, 25 mars (n. st.) ne portant pas d’explications supplémentaires ni de mentions de témoins, nous pensons que des moines de Cîteaux étaient venus au château de Rouvres-en-Plaine, à la rencontre du duc, sans doute afin de faire authentifier des actes anciens, dont celui qui a été lacéré. Dans l’état actuel de nos recherches, nous n’avons pas trouvé d’autres vidimus portant cette même date de rédaction, ce qui pourrait confirmer notre hypothèse[6].

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


[1] Richard Jean, Répertoire numérique des Archives départementales antérieures à 1790, Côte-d’Or, série H – Clergé régulier, 11 H – Abbaye de Cîteaux, Dijon, 1950.

[2] Richard Jean, Répertoire numérique, op. cit., p. 11, 11 H 256.

[3] Cette charte est donc datée de 1288, 25 mars (n. st.). En 1288, Pâques tombait le dimanche 28 mars.

[4] « De plus, notre singe a lacéré ces chartes l’année et le jour dessus dit, en notre présence », Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H 256.

[5] Rouvres-en-Plaine, département de Côte-d’Or, arrondissement de Dijon, canton de Genlis. Situé à moins de 20 km à vol d’oiseau de Dijon, le duc possédait un château à Rouvres-en-Plaine.

[6] À ce jour, nous avons vu un peu moins de 600 actes des XIIe et XIIIe siècles. Nous estimons qu’il nous reste à peu près la même quantité d’actes à voir.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts