Les Cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIe siècles). Troyes, 22-24 Novembre 2012

Ce colloque international, organisé par le Grand Troyes et l’IRHT s’est tenu à la Médiathèque du Grand Troyes du 22 au 24 novembre 2012.

Il s’ouvrait sur ce postulat : « les Cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique », bien qu’il existe de grandes et riches bibliothèques cisterciennes, contenant des textes fort rares ou inattendus.

Ce colloque a été l’occasion d’entendre des communications sur divers sujets :

–         l’organisation des bibliothèques : « Les calendriers de lectures hagiographiques chez les Cisterciens », par François Dolbeau ; « Livres et bibliothèques dans les monastères cisterciens de Belgique et France du Nord, XIVe-XVe siècles », par Xavier Hermand ;

–         les bibliothèques au service de l’Ordre : « Le scriptorium et la bibliothèque de l’abbaye de Vaucelles au XIIe siècle », par Benoît Tock ; « La transmission des actes pontificaux dans le réseau monastique cistercien : remarques sur la diffusion d’un Liber privilegiorum du début du XIVe siècle », par Timothy Salemme ;

–         les textes et leurs usages : « Les Cisterciens et la construction de l’exemplarité narrative », par Marie-Anne Polo de Beaulieu et Jacques Berlioz (qui était excusé) ; « Le Chronicon Clarevallense, la littérature exemplaire et l’ancienne bibliothèque de Clairvaux au XIIIe siècle », par Stefano Mula ; « Les Cisterciens lecteurs de la Première Croisade : L’Historia Iherosolimitana de Robert le Moine », par Damien Kempf ;

–         la spiritualité : « La diffusion cistercienne du Mariale attribuable à Bernard de Morlas », par Frank Dolveck ; « Compositio et traditio : écrire et transmettre en milieu cistercien dans la seconde moitié du XIIe siècle », par Pierre-Jean Riamond ;

–         la patristique : « La collection ambrosienne du manuscrit Paris BnF lat. 1913 : destins cisterciens », par Dominique Stutzmann ; « Les oeuvres de Cyprien dans les scriptoria cisterciens et le cas de la Cena Cypriani », par Andrea Livini ; « Les lectures de l’office cistercien dans les bréviaires de Clairvaux », par Claire Maître ;

–         les liens des Cisterciens avec l’Université : « Conrad d’Ebrach et sa bibliothèque vus à travers son commentaire des Sentences », par Monica Brinzei Calma et Christopher D. Schabel ; « La réception au long cours de la censure doctrinale : l’exemple claravallien », par Gilbert Fournier.

Khatarina Kaska et Christoph Egger nous ont permis, quant à eux, de découvrir l’abbaye d’Heiligenkreuz, grâce à sa bibliothèque et à ses utilisateurs : « How to know where to look – Usage and interpretation of late medieval book lists in Heiligenkreuz » ; « Reading, thinking and writing in Heiligenkreuz. Manuscript traces of a late thirteenth-century monastic Intellectual ».

Enfin, plusieurs interventions nous ont permis de nous transporter aux marges géographiques et chronologiques du monde cistercien : « Les Cisterciens transmetteurs de littérature vernaculaire : le cas gallois », par Natalia Petrovskaia ; « Les bibliothèques des cisterciennes de la Haute Lusace (Saxe) à l´époque moderne : leur genèse et leur composition comme expression des horizons intellectuels des nonnes à l´époque moderne », par Jan Zdichynec ; « Charles de Visch (1596-1666), prieur de l’abbaye des Dunes, historiographe de l’Ordre de Cîteaux », par Noël Geirnaert ; « Les imprimés de la bibliothèque de Clairvaux », par Pierre Gandil.

En conclusion de ces journées, Anne-Marie Turcan a rappelé que, plutôt que de parler d’uniformité cistercienne, il vaudrait mieux (et il vaut mieux) parler d’unanimité, même si cet esprit d’unanimité est finalement atteint en partie grâce à la diversité.

Les Cisterciens, contrairement à l’idée reçue, ne sont pas seulement des transmetteurs de textes ; ils les ont remaniés, parfois compilés, voire critiqués (en témoignent les notes marginales, parfois nombreuses, sur certains manuscrits).

Ces journées ont également été l’occasion d’évoquer les réseaux de circulation de ces textes. Il semble qu’il y ait eu un réseau vertical, de filiation, puisque selon les statuts de l’Ordre, une abbaye-mère devait pourvoir sa fille en manuscrits. Mais, parallèlement à ce réseau, et souvent de manière concomitante, il existe un réseau que nous pourrions qualifier de géographique, qui se forment entre abbayes plus ou moins proches ; un réseau maillé, qui peut également se tisser entre abbayes ne relevant pas de la même obédience.

Un autre point a été soulevé : celui de la transmission des hommes, qui a sans doute également joué un grand rôle, aussi grand que celui de la transmission des textes ou des manuscrits. Ce phénomène est peut-être encore plus complexe à prouver ; certes, les manuscrits se déplaçaient rarement seuls, mais les moines étaient amenés à séjourner dans d’autres institutions, emportant avec eux leurs manuscrits, mais également leurs savoirs et leurs arts.

Ces journées ont été foisonnantes. Beaucoup d’hypothèses ont été avancées, de nombreuses situations ont été décortiquées ; les discussions ont été très riches. Les organisateurs ont choisi la diversité, et la conclusion de ces journées leur en a donné raison.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

La formule au Moyen Age

Compte rendu du colloque « La formule au Moyen Âge » organisé par le Grendel à Nancy,
par Welleda Muller (docteur ès Histoire des Arts et chercheur associée à l’UMR ARTeHIS).

Le Grendel (Groupe de Recherche et d’Étude sur la Diachronie et sur l’Émergence de la Littérature anglaise), section médiévale de l’équipe d’accueil IDEA de l’Université de Nancy a accueilli les 5 et 6 novembre derniers un colloque international et interdisciplinaire consacré à l’étude de la formule au Moyen Âge. Ce colloque a poursuivi et étendu la réflexion engagée lors d’une première rencontre organisée en 2008 et dédiée à l’usage des formules dans le Moyen Âge anglais.

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par le phénomène formulaire, c’est-à-dire par l’usage de reprises et de régularités attendues et reconnaissables. L’omniprésence de la formule dans tous les domaines de la culture médiévale est source de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, innovations et rituels. L’objectif de ce colloque était d’explorer systématiquement ces tensions au travers de communications portant sur différentes régions du monde médiéval et différents domaines de cette culture.

La matinée de la première journée (le vendredi) a été divisée en deux ateliers, l’un portant sur la littérature française, au cours duquel nous avons entendu Laurent Balon (Université Paris III) qui a parlé de la formule en tant que convention topique du genre épique autour de l’exemple de Garin de Monglane ; Blandine Longhi (Université Paris IV) a présenté une communication intitulée : « N’i a nus si hardi qui ne s’en espovent : les formules mentionnant la peur, indices de l’évolution des chansons de gestes ? » ; Vanessa Obry (Université de Provence) a ensuite parlé des formules et constructions du personnage de Lanval dans quelques récits du XIIème siècle français à partir de la conjonction de coordination « or ». Enfin, Caroline Foscallo (Université de Genève) a communiqué sur les listes alimentaires et l’écriture formulaire dans les fabliaux et notamment de la formule : « Pain et vin, char et pesson ».

L’autre atelier de la matinée a été consacré à l’histoire politique. Julian Führer (Universität Zürich) a ainsi parlé des citations bibliques dans les actes de souverains, formules qui seraient à la fois du domaine du rituel et de l’expression individuelle. Justine Firnhaber-Baker (All Souls College, Oxford University) a disserté sur les formules d’oppositions à la guerre seigneuriale du Parlement de Paris (1330-1364). David Dominé-Cohn (EHESS) a quant à lui présenté une communication intitulée : « Formuler le pouvoir ducal en Bretagne au XIVème siècle, entre France et Angleterre ». Enfin, Rosa Benoit-Meggenis (Université Lyon 2) a clos l’atelier par une présentation de la rhétorique impériale byzantine autour du devoir de prière des moines et du salut de l’empereur et de l’Empire.

Le vendredi après-midi comporta une seule session consacrée à l’histoire de l’art. J’ai ainsi eu l’occasion de parler des illustrations de proverbes dans les stalles des Pays-Bas bourguignons à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance et du succès de l’iconographie formulaire de ces proverbes en parallèle du renouveau de la rhétorique au XVIème siècle. Sarah Wilkins (Rutgers University) a ensuite présenté une communication intitulée : « Adopting and Adapting Formulas : The Raising of Lazarus and Noli me tangere in the Arena Chapel in Padua and the Magdalen Chapel in Assisi ». Enfin, Anna Russakoff (American University of Paris) a parlé de la Vierge Hodegetria en tant que formule des icônes miraculeuses transposées en Occident, achevant ainsi la session d’histoire de l’art.

Une session sur la musique a ensuite suivi, avec deux communications sur Hildegarde von Bingen (1098-1179) ; l’une de Marie Formarier (Université de Lyon) sur les formules séquentielles dans son œuvre ; l’autre de Kristin Hoefner (Ensemble vocal Kantika) sur l’embellissement et la mise en relief de textes et mélodies formulaires dans les chants liturgiques de Hildegarde. Fabien Delouvé (Université Paris VIII) a clos la séance en parlant des formules types comme éléments de reconnaissance des modes du plain-chant dit « grégorien ».

La journée du vendredi s’est achevée par une conférence plénière de Christian-Jacques Demollière (Conservatoire de Metz) sur les formules paléochrétiennes (romaines et gauloises) dans le chant grégorien, en préambule d’un concert de la Scola Metensis, dont le répertoire fut principalement grégorien et monodique.

La deuxième journée (le samedi) commença par deux ateliers simultanés ; l’un sur le vieil-anglais et l’autre sur le latin. Le premier a vu les interventions de Olivier Simonin (Université de Perpignan) sur la formule syntaxique beon/wesan en tant qu’expression d’une prescription déontologique ; et de Paul Cavill (University of Nottingham) intitulée : « Maxims in the making of a homily : formulaic composition in Archbishop Wulfstan’s notes ». L’atelier consacré au latin fut inauguré par Natalia Petrovskaia (Peterhouse, Cambridge University) qui parla de la disparition du quasi dans les formules étymologiques des traduction galloises de l’Imago Mundi ; Raeleen Chai Elsholz (chercheuse indépendante) enchaîna avec une communication intitulée : « Formulas of Servitude : The Prestige of Humility ». L’atelier fut conclu par Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers) qui disserta sur deux formules latines apposées sur les plaques tombes au Moyen Âge dans le Grand Ouest et leur évolution du XIIème au XIVème siècle : hic jacet et anima requiescat in pace.

La seconde partie de la matinée fut consacrée au thème de la justice avec Arnaud Fossier (Université de Metz) qui parla des formulaires de la Pénitencerie Apostolique aux XIIIème et XIVème siècles ; et Simona Slanicka (Universität Bielefel) qui disserta sur les formules de représentations de la justice dans les miniatures de l’Aristote de Nicolas d’Oresme et sur les problématiques de justices distributive et commutative.

Puis, en début d’après-midi, la session fut centrée sur les notions de politesse et de modestie avec une communication de Midoriko Kageyama (Université Paris IV) intitulée : « Formules de modestie dans le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier » ; Martin Yvernault (Université de Limoges) parla ensuite des formules didactiques et des techniques pédagogiques dans le Babees Book, ouvrage de bonnes manières à destination des jeunes nobles.

La fin d’après-midi fut consacrée à l’étude des manuscrits. Anne Mathieu (Université Montpellier III) présenta une communication intitulée : « Une formule narrative en action : le Charme des Trois Frères dans deux manuscrits anglais du XVème siècle » ; puis Lucien Reynhout (Bibliothèque Royale de Belgique) parla du bon usage des formules de colophons et présenta quelques hypothèses de leur exploitation méthodologique. Enfin, Susannah Fisher (Rutgers University) disserta sur les liens étroits entre splendeur des reliures des antiphonaires et la liturgie au Moyen Âge, en montrant que les motifs sur les reliures pouvaient jouer un rôle important dans le déroulement de l’office en parallèle avec les formules liturgiques.

Ce colloque fut donc l’occasion de présenter plusieurs types de formules, que ce soit en littérature comme en art, histoire et musicologie. Il fut alors évident que si la définition d’une formule est toujours globalement la même, de nombreuses variations pouvaient être identifiées suivant divers domaines. Ainsi, alors que l’idée de la formule semble assez figée en littérature, elle peut être beaucoup plus « mouvante » en histoire de l’art et en musicologie. Il existe donc une grande variété de formules, concept qui n’est pas l’apanage de la littérature, mais peut aussi être transposé dans des études d’histoire ou autre. Ces rencontres très stimulantes et résolument interdisciplinaires ont ainsi permis aux chercheurs présents d’élargir leur vision de la formule et de mieux comprendre un contexte où celle-ci a une place importante : le Moyen Âge.

Le programme de ce colloque est disponible à cette adresse : http://www.fabula.org/actualites/article40372.php