Maladies et infirmité dans les chartes

S’il est courant dans les actes de trouver des auteurs ou donateurs atteints d’infirmité, il est plus rare d’en trouver la cause. Qui plus est dans les chartes cisterciennes de Bourgogne du sud, souvent avares de détails.

Les chartes de l’abbaye de Maizières (actuel département de Saône-et-Loire) font exception. Aujourd’hui le chartrier de l’abbaye se trouve séparé en deux, entre les Archives départementales de Saône-et-Loire (H 54 à 80, H SUP 64 à 72) et les Archives départementales de Côte-d’Or (16 H). Il faut aussi signaler l’existence d’un cartulaire, réalisé au XVIIIe siècle, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France : nouv. acq. fr. 8672-8681 ; microfilm consultable aux Archives départementales de Côte-d’Or, 1 Mi 474-483. Les chartes du XIIe siècle notamment présentent de nombreux détails sur la géographie (description des confins), sur la vie et les travaux quotidiens (description des pêcheries ou des moulins, mention des marchés, des péages et passage). Elles regorgent également de noms de lieux ou de noms de personnes.

L’acte qui a le plus retenu notre attention, et qui nous a donné l’occasion d’écrire ce billet, est un acte conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire dans la liasse H 54. Il est daté de 1188. Robert, évêque de Chalon, atteste que Hugo Neellus, frappé par la lèpre, s’est donné à Dieu et aux moines de l’abbaye de Maizières. Il a également donné en aumône toute sa terre : « Testificamur quod Hugo Neellus infirmitate lepre perculsus reddidit se Deo et monachis de Maceriis et dedit in elemosinam tam pro anima sua quam pro suis antecessoribus totam terram suam ».

Rencontrant une telle mention pour la première fois dans la jeune carrière de chercheur, j’ai tenté de voir si les mentions de maladies étaient courantes ou rares. J’ai effectué une recherche rapide dans la base de données des CBMA sous Philologic (http://philologic.cbma-project.eu/). Sur un peu plus de 18 000 chartes, le lemme infirmitat* a donné 143 occurrences seulement : les hommes sont en général frappés par l’infirmité, mais la cause de cette infirmité n’est pas évoquée. Le terme « morbus » (maladie) ne se rencontre qu’une seule fois. La lèpre, en tant que maladie n’est pas évoquée dans le corpus formé par les CBMA. Vingt-neuf fois, ce sont les communautés ou maisons de lépreux qui sont citées.

 

Finalement, est-ce le corpus des CBMA qui présente des lacunes ? ou l’acte de l’abbaye de Maizières qui est une exception ? La question vous est posée, chers lecteurs[1].

ADSL, H 54/11, 1188

ADSL, H 54/11, 1188


[1] Touati François-Olivier, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du XIVe siècle, De Boeck Université, Bruxelles, 1998.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation

L’acte daté de 1173 édité par René de Lespinasse en 1916, dans son Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, sous le n° 111 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Copie de Gaignières, sous la cote latin 9207, f. 21. L’édition est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36204z/f208.image.r=Pr%C3%A9mery.langFR

 

René de Lespinasse a vu dans cet acte une autorisation de fortifier le château de Prémery. Jusqu’à présent, cette interprétation n’a pas été remise en cause.

 

Et pourtant, reconsidérer cette interprétation s’avère aujourd’hui nécessaire. D’abord parce que les premières lignes de cet acte évoque seulement la donation de Prémery, qui n’est pas qualifié : « dono et concedo […] Primiriacum ». En 1173, nous ne savons pas ce qu’est ce territoire : un manse, un village, une maison fortifiée ? Rien dans ce texte ne nous permet de le savoir.

C’est dans la suite de ce texte que nous trouvons l’idée de « fortification ». La forte présence du vocabulaire, du champ sémantique de « firmare » a cependant induit en erreur René de Lespinasse. Si nous observons plus attentivement ce vocabulaire, nous nous apercevons qu’il n’est pas en rapport avec la terre de Prémery : « firmare et firmitatem garentizare », « et ipse litteras nobis in invicem fecimus et sigillis nostris utrinque firmavimus », « ad majoris etiam robur firmitatis ». Il ne s’agit donc pas de fortifier ou faire fortifier un château (qui n’est d’ailleurs pas nommé), mais de fortifier une action juridique, ici la donation de Prémery, matérialisée par la charte.

L’emploi du champ sémantique de « firmare » dans le sens de conclure un traité ou valider un acte est connue et régulièrement utilisée par les scribes. Niermeyer, dans son Mediae Latinitatis Lexicon Minus, relève toute une liste d’acceptations pour ce terme[1]. Pour Du Cange, « firmare », c’est avant tout apporter la sécurité (« securitatem dare vel per se vel per fidejussores[2] »).

 

Dans ce texte, c’est le rapprochement entre le champ sémantique de « firmare » et le champ lexical de l’acte et de l’action juridique (« garentizare », « fiduciavi », « sigillis »…) qui nous permet de dire que cet acte n’est pas une autorisation de fortifier le château de Prémery, mais la simple donation d’un territoire, transaction que les protagonistes ont voulu à tout prix protéger.

 


[1] J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, « firmare », p. 429-430.

[2] Du Cange, « firmare », Glossarium mediae et infimae latinitatis, 1883-1887, t. 3, col. 507c, disponible en ligne : http://ducange.enc.sorbonne.fr/FIRMARE1.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Les chartes de l’abbaye de Maizières, un fonds inexploité

L’abbaye Notre-Dame de Maizières, troisième fille de La Ferté, fut fondée en 1125, sur l’actuelle commune de Saint-Loup-Géanges, en Saône-et-Loire[1]. L’histoire de cette abbaye reste pour une large part inconnue[2].

Le fonds d’archives de l’abbaye, conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire est encore inexploité. Et pourtant, l’inventaire semi-analytique de la série H donne un bel aperçu de ce fonds : conservé sous les cotes H 54 à H 80, il comporte des documents datés de 1170 à 1769. Les documents médiévaux sont conservés sous les cotes H 54 à H 66 (1170-1502). L’inventaire dénombre 536 parchemins, 44 papiers et 1 plan. Selon toute apparence, il s’agit de documents intéressant le temporel de l’abbaye.

Ce fonds révèle d’agréables surprises, notamment pour les diplomatistes. En voici une liste non exhaustive : cartae transversae et non transversae, chirographes, lettrines ornées et filigranées, textes barrés ou réécrits, pièces comportant plusieurs transactions, seings, manicules, sceaux protégés dans des pochettes de chanvre, sceaux parfois restaurés par les Archives départementales, queues de parchemin remployées. Il existait aussi un classement archivistique de ces actes, sans doute réalisé à la fin du XIIIe siècle : les actes portent en leur dos un chiffre romain rouge, ainsi qu’une analyse permettant de les identifier.

Les actes présentant une grande variété d’écriture et de mise en page, il est possible que ces actes aient été écrits par des scribes au service des auteurs (auteurs ou auteurs de l’action juridique), et non au service de l’abbaye, alors bénéficiaire. Une étude de ce chartrier et du contenu des actes permettraient sans aucun doute d’en savoir plus. Espérons que ce modeste billet puisse faire sortir de l’ombre ces archives !

ADSL, H54/4, s.d.

ADSL, H54/4, s.d.

ADSL, H 54/25, 1200. Queue remployée

ADSL, H 54/25, 1200. Queue remployée

ADSL, H 54/31, 1204. Traces de classement et d'analyses

ADSL, H 54/31, 1204. Traces de classement et d’analyses


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Saint-Loup-Géanges, département de Saône-et-Loire, arrondissement de Chalon-sur-Saône, canton de Verdun-sur-le-Doubs.

[2] Nous trouvons peu de références bibliographiques concernant l’histoire de cette abbaye : E. Gabin, Histoire de l’abbaye de Maizières et du prieuré de Sermesse (Saône-et-Loire), Verdun-sur-le-Doubs, 1952 ; J. Delissey, « L’abbaye de Maizières », dans Actes du 37e Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes, 1966, p. 17-21.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts