De la nécessité de consulter les comptes dans une étude sur les cartulaires à Cîteaux

Le fonds d’archives de l’abbaye de Cîteaux conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or comprend essentiellement des actes de la pratique concernant le temporel de la maison-mère. Longtemps les historiens ont déploré la perte des archives de l’Ordre de Cîteaux, comme celles de la comptabilité (on pense en premier lieu à l’article de Ferdinand Claudon, « A propos des archives de Cîteaux », Saint Bernard et son temps, Association bourguignonne des Sociétés savantes, congrès de 1927, t. I, Dijon, 1928, p. 113-120). Certes, proportionnellement à la masse d’actes de la pratique, les documents comptables sont peu nombreux (23 cotes sur 1181, toutes époques confondues), et concerne les XIVe-XVIIIe siècles.

Si aujourd’hui l’entreprise archivistique de l’abbé Jean de Cirey (1476-1501) commence à être bien connue, notamment grâce aux travaux effectués au sein de l’UMR ARTéHIS[1], nous sommes encore loin de connaître les tenants et les aboutissants de cet immense travail archivistique, qui comprenait une réorganisation complète du chartrier de l’abbaye, des copies exhaustives et fidèles de tous les actes concernant le temporel de l’abbaye, la constitution de terriers, l’impression des premiers ouvrages, ou encore une vaste campagne de reliure des registres et des manuscrits de la bibliothèque.

Il avait déjà été porté à mon attention que les comptes de l’abbaye du XIVe siècle comprenaient une rubrique intitulée expensa pro litteris et placiis (Comptes généraux, 1337-1402, coté 11 H 1160). C’est à la recherche de telle(s) rubrique(s) qu’a débuté la consultation des comptes de l’abbaye pour la fin du XVe siècle. Les comptes effectués sous l’abbatiat de Jean de Cirey (comptes du boursier de Cîteaux, 1489-1501, coté 11 H 1166) comportent bon nombre de rubriques intéressantes pour l’histoire des pratiques scripturaires de cette fin de Moyen Âge :

–         pro stipendiis pensionum et justitiarum ;

–         pro scripturis et prosecubus [sic] processuum ;

–         pro emptione et reparatione librorum ;

–         pro scolaribus Paris[…] ;

–         et surtout : pro factura cartularii et terrariorum.

 

On comprend désormais l’utilité et la nécessité de consulter les registres comptables, même pour faire l’histoire des pratiques documentaires d’une institution.

 

 

 

 


[1] REY C., L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars, Côte-d’Or, sous la direction d’Eliana Magnani et de Marie-José Gasse-Grandjean, 2009 ; les 9 tomes du « cartulaire de Jean de Cirey » sont en cours de numérisation, à retrouver sur la page documentaire du programme CBMA : http://www.artehis-cnrs.fr/page-documentaire-CBMA [consulté le 25/05/2012].

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Des fragments de bibles glosées et de décrétales comme reliures de cartulaires à l’abbaye de Cîteaux

Une prospection des reliures de registres apporte souvent de belles surprises !

C’est en dépouillant le fonds de l’abbaye de Cîteaux aux Archives départementales de la Côte-d’Or, parfois avec un but bien précis (achever le dépouillement de tous les documents concernant la localité de Chaugey, de Vougeot, de Gilly…), souvent selon les envies et pour éviter la monotonie qui s’installe lors de longues journées – envie de varier les sources, les localités concernées, les matières –, que j’ai pu faire quelques découvertes intéressantes.

Au milieu du XVIIIe siècle, l’archiviste dijonnais Jean-Baptiste Lemort a réordonné le chartrier de l’abbaye de Cîteaux dans son intégralité. Cet archiviste avait, quelques années plus tôt, classer les chartes de l’abbaye du Miroir, en Saône-et-Loire (voir le billet intitulé « La restauration des chartes de l’abbaye du Miroir »).

Lemort a proposé un nouveau classement des actes originaux en « layette-cartable-liasse-cotte ». Il a inscrit de sa propre main des analyses au dos des actes, rédigé des inventaires, ainsi que des cartulaires.

C’est avec étonnement que j’ai pu découvrir les reliures de quelques-uns de ces registres, par exemple celle de l’inventaire 193, coté 11 H 57 ; celles du cartulaire 198, conservé en deux volumes sous les cotes 11 H 1035 (volume I) et 11 H 87 (volume II).

La reliure de l’inventaire 193

L’identification du texte a révélé qu’il s’agissait du livre IV des Décrétales de Grégoire IX (Titulus VII, De haereticis et Titulus XII, De homicidio voluntario vel casuali). Le texte, écrit sur deux colonnes, est entouré de commentaires, en plus petit module, occupant les quatre marges. Il était balisé par des lettres ornées ainsi que par des lettrines bleues et rouges.

La reliure du cartulaire 198

Il s’agit d’une Bible glosée, décorées de lettrines et pieds de mouche bleus et rouges. Le texte biblique est entouré des commentaires, écrits en plus petit module.

Le volume I présente des extraits de l’Evangile de Luc (VIII, 33-39 ; X, 18-23 ; X, 35-40 ; et VIII, 19-24). Le second volume comporte les psaumes 115 et 116, ainsi qu’un texte pour l’instant non identifié car l’écriture en est très effacée, mais dont la mise en page diffère totalement.

 

Il serait à présent intéressant d’une part de continuer le dépouillement des registres du XVIIIe siècle, d’autre part de comparer les résultats de ces recherches aux fragments de Bibles glosées conservés aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Dijon (par exemple mss 18, 19, 21, 23, 29).

11 H 57, inventaire 193. Premier ais.

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts