Rencontres doctorales de l’APAHAU « L’ornement : diffusion, réception, perception » (Dijon, 13-14 novembre 2014)

Les 13 et 14 novembre 2014 se tiendront à l’université de Bourgogne des rencontres doctorales1 sur le thème de « L’ornement : diffusion, réception, perception ». Les réflexions porteront sur divers objets compris de l’Antiquité à la période contemporaine afin d’élargir l’horizon d’étude et d’enrichir les débats. Ces rencontres sont principalement destinées aux jeunes chercheurs en Histoire de l’Art et Archéologie. Les doctorants, étudiants en Master voire de Licence 3 de l’université de Bourgogne sont cordialement invités, dans la limite des places disponibles.

Le programme de ces journées est téléchargeable Doctorales APAHAU affiche

Venez nombreux !

  1. Ces rencontres sont organisées avec le soutien de l’APAHAU (Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art des Universités), des UMR ARTeHIS (UMR 6298, CNRS, UB), du Centre Georges Chevrier (UMR 7366, CNRS, UB), de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, Département d’Histoire de l’Art et d’Archéologie et de l’Ecole Doctorale LISIT 491 []

Raphaël DEMES

Doctorant en Histoire de l'Art du Moyen Age sous la direction de Daniel Russo. UMR ARTeHIS 6298, ED LISIT 491. Université de Bourgogne

More Posts

Parution du guide en ligne « Geschichte machen in Frankreich »

Nous relayons cette information :
 » L’Institut Historique Allemand de Paris, la Maison des Sciences de l’Homme et l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, représentés par les éditeurs respectifs de l’ouvrage, Mareike König (DHIP), Falk Bretschneider (MSH et EHESS) et Pierre Monnet (IFHA et EHESS), sont heureux de vous annoncer la mise en ligne d’un guide de la recherche destiné aux chercheurs, étudiants, historiens germanophones désireux de travailler sur et en France dans les disciplines des sciences historiques.
Ce guide, intitulé « Geschichte machen in Frankreich. Ein Wegweiser für Studium, Forschung und Karriere » (« Faire de l’histoire en France. Un guide pour les études, la recherche et la carrière professionnelle ») se veut le pendant du guide publié en 2011 par deux des éditeurs du présent guide (Falk Bretschneider et Mareike König) sous le titre « Faire de l’histoire en Allemagne » sur la plateforme perspectivia.net :http://www.perspectivia.net/content/publikationen/scholar-guide/histoire-en-allemagne

Comme son parent et prédécesseur de 2011, le présent livre est accessible gratuitement et en intégralité. Vous pouvez le consulter à l’adresse électronique suivante, en tant que numéro spécial de la Revue de l’IFHA hébergée par Revues.orghttp://ifha.revues.org/7830.

Il se veut une aide et un outil pratiques pour tous les chercheurs, étudiants, scientifiques du monde germanophone intéressés par la recherche historique en France et sur la France. A travers 15 contributions riches de très nombreux renvois internet et d’une bibliographie abondante, tous les aspects de « l’histoire » en France sont ainsi couverts. Structures et thématiques de recherche, archives, bibliothèques, publications, revues, études et cursus, financements, musées, thèse (notamment en co-tutelle), ressources électroniques, préparation pratique d’un séjour et possibilités de travail et de carrière sont présentés en tenant compte, chaque fois, des particularités et des spécificités du système allemand auquel les lecteurs visés par cette publication sont accoutumés.

Ainsi ce guide est-il aussi l’application concrète d’une pratique de l’interculturalité, d’un exercice des ressemblances et des différences qui, matériellement comme intellectuellement, appartiennent au travail scientifique et autoréflexif du transfert « .

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Un outil pour l’Histoire des concepts (en médiévistique) ?

« Au commencement, diraient-ils volontiers, sont les documents. L’historien les rassemble, les lit, s’efforce d’en peser l’authenticité et la véracité. Après quoi, et après quoi seulement, il les met en œuvre. Il n’y qu’un malheur : aucun historien, jamais n’a procédé ainsi. Même lorsque d’aventure il s’imagine le faire. »

(Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire ou métier d’historien.)

Encore peu employé dans nos disciplines, et plus globalement en SHS, l’outil mis en ligne depuis quelques années par Google (2010), Google N-Grams, mériterait pourtant d’être mieux connu. En permettant d’obtenir des courbes de fréquences pour un mot ou une expression donnée, par décennies, dans la totalité de la base Google-Books, le script offre une formidable porte d’entrée pour l’exploration des concepts que nous employons au quotidien et qui forment l’armature abstraite, invisible et trop souvent considérée comme transparente, de nos disciplines.  Mieux encore, le logiciel propose de superposer plusieurs demandes simultanées, permettant ainsi des comparaisons multiples et rapides. Un exemple parmi tant d’autres, à partir de concepts évoqués dans une importante discussion, justement sur la problématique des concepts employés en médiévistique (A. Guerreau, « Fief, féodalité, féodalisme. Enjeux sociaux et réflexion historienne », Annales ESC, vol. 45, 1990, p. 137-166) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=fief%2Cf%C3%A9odalit%C3%A9%2Cf%C3%A9odalisme&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=5&share=

 

De rapides interrogations mènent souvent – pour ne pas dire toujours – à des résultats éloquents sur la variabilité des emplois, des contextes, des idéologies et enjeux qui se trament derrière tel ou tel terme (dans l’ordre : structure, structuralisme, structurel, structural ; cf. François Dosse, Histoire du structuralisme, 2 volumes, La Découverte, Paris, 1991-1992) :

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structure&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structuralisme&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structurel&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

http://books.google.com/ngrams/graph?content=structural&year_start=1900&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=

 

L’intérêt est d’autant plus réel que le moteur permet, à partir de ces simples courbes, de faire apparaître immédiatement les ouvrages et le contexte dans lesquels se trouvent ces occurrences. Pour finir, l’existence de bases multiples, par langues, permet de réaliser des explorations géographiques – évidemment très précieuses dans le cadre d’une archéologie comparée des discours.

Plus qu’un outil de bibliométrie, ce Google N-Grams nous semble être – répétons-le – une porte d’entrée remarquable pour toute recherche sur les concepts, leur émergence, leur fin aussi, au sein des traditions multiples. Après les ouvrages et articles de Reinhart Koselleck [1923-2006] sur la question de la Begriffgeschichte (Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Editions de l’EHESS, 1990 ; Begriffsgeschichten: Studien zur Semantik und Pragmatik der politischen und sozialen Sprache, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2006), de nombreux et stimulants débats montrent que cet effort est non seulement utile, enrichissant, mais aussi et surtout salvateur (en France, outre les travaux de François Dosse déjà mentionnés – et qui relèvent autant d’une Histoire des concepts au sens propre que de l’Histoire des idées dans un sens plus classique -, voir par exemple les travaux de Joseph Morsel sur la  question : « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel : la construction du  Geschlecht par l’archive en Haute-Allemagne à partir de la fin Moyen Âge », Revue de synthèse, 125, 2004 ;  aussi : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1551&lang=fr ; de la même manière, voir Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007 – http://www.journaldumauss.net/spip.php?article213 ; voir enfin : Bernard Lacroix, Xavier Landrin, « La Begriffsgeschichte », communication à la journée d’études du LAMOP, en collaboration avec Ménestrel, Les usages conceptuels du médiéviste, Université Paris I, 04/11/2011, sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/93/85/PDF/begriffsgeschichte.pdf).

En mêlant étude du discours et digital humanities, il semble que Google N-Grams offre un champ d’investigation formidable, aux implications encore largement insoupçonnées. Gageons (et espérons) que l’outil ne tardera pas à être plus largement employé en SHS.