L’avenir de la Philologie

IRHTAlors que Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), Sébastien Barret (CNRS-IRHT), Matthieu Cassin (CNRS-IRHT), Aurélien Berra (Université de Paris-Ouest) et Maïeul Rouquette (Université de Lausanne) viennent d’organiser à l’IRHT deux importantes journées consacrées au(x) droit(s) autour des textes anciens et des enjeux qui en découlent (« L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique », 2 et 3 février 2015, IRHT, http://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/l-editeur-de-textes-est-il-un-auteur), signalons une publication-manifeste d’Alain Guerreau sur la question :

« L’avenir de la Philologie. Textes anciens et domaine public » (2 février 2015, texte dans le Domaine public), https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01112213v1

Nous y souscrivons pleinement, et avec d’autant plus d’énergie que nous réalisons actuellement une édition de texte (les chartes de l’abbaye de La Bussière, en Côte-d’Or).

Rappelons par ailleurs l’existence d’un PiratePad pour les journées des 2 et 3 février, disponible à cette adresse : https://www.piratepad.ca/p/irht2-3fevrier.

Enfin, l’excellente note de Lionel Maurel (blog S.I.Lex), au moment du désormais fameux jugement Droz-Garnier, rendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris le 27 mars 2014 : http://scinfolex.com/2014/04/13/une-victoire-pour-le-domaine-public-un-cas-de-copyfraud-reconnu-par-un-juge-francais/ ; ainsi que la réaction de Maïeul Rouquette à ce même jugement, le 14 avril 2014 : http://apocryphes.hypotheses.org/389

Bonne lecture !

Le nouveau numéro du BUCEMA est en ligne (Hors-série n°8, 2015).

Le dernier numéro du BUCEMA est en ligne ! Il s’agit d’un hors-série consacré aux actes des 3èmes Journées d’Étude Monastique qui se sont déroulées à Vézelay du 27 au 28 juin 2013. Le programme est en ligne http://calenda.org/251696?file=1

Ces journées dirigées par Sébastien Bully et Christian Sapin étaient intitulées « Au seuil du cloître : la présence des laïcs (hôtelleries, bâtiments d’accueil, activités artisanales et de services) entre le Ve et le XIIe siècle ». http://cem.revues.org/13574 

Bonne lecture à tous !

 

Raphaël DEMES

Doctorant en Histoire de l’Art du Moyen Age sous la direction de Daniel Russo. UMR ARTeHIS 6298, ED LISIT 491. Université de Bourgogne

More Posts

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814)

SiteÀ la suite des essais réalisés ces dernières années par Johan Åhlfeldt via son site Regnum Francorum Online (http://www.francia.ahlfeldt.se/index.php), vient de paraître (le 4 décembre 2014) la base de données The Making of Charlemagne’s Europe (768-814), qui concerne quant à elle le contenu des actes issus du règne de Charlemagne. À la fois prosopographique, lexicale et diplomatique, celle-ci a été conçue par le King’s College de Londres (Department of History / Department of Digital HumanitiesArts and Humanities Research Council pour le financement), sous la direction d’Alice Rio, avec le support conjoint de Janet L. Nelson et John Bradley.

Disons-le d’emblée : cette base de données relationnelle nous semble être une très belle réussite, et si l’on regrette un peu l’absence des chartes en mode texte, ainsi que l’impossibilité de télécharger l’intégralité de son contenu au format SQL (par exemple en vue de réaliser des manipulations statistiques), on trouvera sans doute dans celle-ci de quoi fonder une approche renouvelée des réseaux et des structures du haut Moyen Âge carolingien. Chaque acte a en effet été décomposé en de multiples champs ou critères, tous reliés à des coordonnées géographiques – et c’est, nous semble-t-il, le premier intérêt de la base. Le système relationnel ainsi mis en place permet d’observer des répartitions saisissantes et l’interface du projet, plutôt intuitive, nous semble pouvoir convenir tant aux recherches ponctuelles qu’aux enquêtes systématiques.

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : interrogation par les lieux.

L’interrogation peut d’ailleurs être effectuée par acte, agent ou lieu ; chaque filtre – chronologique, géographique, typologique, prosopographique – pouvant d’ailleurs se combiner avec d’autres. Le site s’accompagne enfin de notices, portant aussi bien sur les actes eux-mêmes (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/blog/types-of-charters-4-confirmations-and-disputes/) que sur la base et sa structure (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/database-construction/), ainsi que d’une  bibliographie (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/bibliography/), d’une webographie, et d’une liste d’éditions à jour (http://www.charlemagneseurope.ac.uk/charter-collection-short-references/).

The Making of Charlemagne’s Europe (768-814) : fiche pour l’acte BER 5.

En attendant de voir apparaître les premiers résultats issus de cette entreprise remarquable – et qui ne se contente pas d’être un simple enrobage numérique sur un matériau traditionnel -, nous pouvons d’ores et déjà nous réjouir de sa mise en ligne, sans restriction de consultation ou limitations autres que celles précisées ci-dessus.