Journée d’études « Qu’est-ce qu’un corpus ? »

Lundi 7 novembre 2016

9h30 – 18h

Paris, IRHT – Salle J. Vielliard – 40 avenue d’Iéna

Le propos de cette journée d’études est de s’interroger sur ce qui est (ou pourrait être) un corpus pour les historiens médiévistes.

À partir du xvie siècle, en reprenant l’une des acceptions médiévales du mot latin corpus pour désigner un ensemble d’écrits (à commencer par les Écritures et par la notion de corpus iuris), les érudits modernes et contemporains intitulent corpus plusieurs de leurs collections de documents édités. On en vient alors, depuis le xixe siècle, à appeler corpus n’importe quel ensemble de pièces. Cet usage se généralise sous la plume des médiévistes à partir des années 1980 mais, surtout, des années 2000, et s’inscrit en parallèle avec l’informatisation et avec la multiplication des numérisations et des bases de données.

Ce mouvement général, qui n’est pas propre à l’histoire médiévale, a suscité, cependant, dans certaines disciplines des sciences humaines et sociales, notamment par l’apport de la linguistique, une solide réflexion et conceptualisation sur ce qui est/fait un corpus. À la fois en utilisant corpus dans son acception lâche de collection, recueil ou compilation, et beaucoup plus rarement en référence à la notion de corpus issue de la linguistique, les médiévistes n’ont pas encore fait émerger une définition raisonnée ni une réflexion conceptuelle autour de ce terme.

Cette journée d’études ouverte à tous, organisée par l’équipe du programme des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi), avec le soutien du Consortium Cosme (CNRS), du Lamop (UMR 8589) et de l’IRHT, entend proposer un diagnostic et contribuer à ouvrir des pistes de recherches épistémologiques, heuristiques et méthodologiques partagées.

Télécharger le programme.

En vue de l’organisation matérielle de la rencontre, pourriez-vous nous tenir informés de votre venue, si possible avant le 24 octobre ? contact

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Rencontres doctorales de l’APAHAU « L’ornement : diffusion, réception, perception » (Dijon, 13-14 novembre 2014)

Les 13 et 14 novembre 2014 se tiendront à l’université de Bourgogne des rencontres doctorales1 sur le thème de « L’ornement : diffusion, réception, perception ». Les réflexions porteront sur divers objets compris de l’Antiquité à la période contemporaine afin d’élargir l’horizon d’étude et d’enrichir les débats. Ces rencontres sont principalement destinées aux jeunes chercheurs en Histoire de l’Art et Archéologie. Les doctorants, étudiants en Master voire de Licence 3 de l’université de Bourgogne sont cordialement invités, dans la limite des places disponibles.

Le programme de ces journées est téléchargeable Doctorales APAHAU affiche

Venez nombreux !

  1. Ces rencontres sont organisées avec le soutien de l’APAHAU (Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art des Universités), des UMR ARTeHIS (UMR 6298, CNRS, UB), du Centre Georges Chevrier (UMR 7366, CNRS, UB), de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, Département d’Histoire de l’Art et d’Archéologie et de l’Ecole Doctorale LISIT 491 []

Raphaël DEMES

Doctorant en Histoire de l'Art du Moyen Age sous la direction de Daniel Russo. UMR ARTeHIS 6298, ED LISIT 491. Université de Bourgogne

More Posts

Pascal Ier (817-824) et le monogramme pontifical dans les décors monumentaux romains

« Les signes et les mots »

Journée d’étude CBMA VIII

Chartae Burgundiae Medii Aevi

Archives Départementales de la Côte-d’Or, Dijon, le 26 septembre 2014[1].

Le monogramme de Pascal Ier (817-824) inséré dans les décors en mosaïques des basiliques Sainte-Praxède, Sainte-Cécile-du-Transtévère et Sainte-Marie in Domnica à Rome, contribue à l’articulation entre textuel et visuel dans ces compositions[2]. La distribution des cinq initiales de PASCHAL autour d’un H dans le monogramme pascalien, tel un noyau et ses satellites, peut évoquer la forme de la croix renforçant la thématique sacrificielle à laquelle fait référence le nom du pape[3]. Les deux monogrammes placés au centre des intrados de l’arc absidal et triomphal à Sainte-Praxède se situent également le long d’un axe ascendant dont les étapes sont marquées par la présence conjointe du Christ et de Pascal[4]. Dans la progression du terrestre vers le céleste à partir de l’autel jusqu’à la représentation de la Jérusalem céleste, Pascal Ier cherche à s’imposer comme un échelon intermédiaire entre les fidèles, les martyrs, les apôtres et le Christ illustrant ainsi sa fonction de souverain pontife[5]

Vue d’ensemble du décor de Sainte-Praxède

Lire la suite

Raphaël DEMES

Doctorant en Histoire de l'Art du Moyen Age sous la direction de Daniel Russo. UMR ARTeHIS 6298, ED LISIT 491. Université de Bourgogne

More Posts