Journée d’études « Qu’est-ce qu’un corpus ? »

Lundi 7 novembre 2016

9h30 – 18h

Paris, IRHT – Salle J. Vielliard – 40 avenue d’Iéna

Le propos de cette journée d’études est de s’interroger sur ce qui est (ou pourrait être) un corpus pour les historiens médiévistes.

À partir du xvie siècle, en reprenant l’une des acceptions médiévales du mot latin corpus pour désigner un ensemble d’écrits (à commencer par les Écritures et par la notion de corpus iuris), les érudits modernes et contemporains intitulent corpus plusieurs de leurs collections de documents édités. On en vient alors, depuis le xixe siècle, à appeler corpus n’importe quel ensemble de pièces. Cet usage se généralise sous la plume des médiévistes à partir des années 1980 mais, surtout, des années 2000, et s’inscrit en parallèle avec l’informatisation et avec la multiplication des numérisations et des bases de données.

Ce mouvement général, qui n’est pas propre à l’histoire médiévale, a suscité, cependant, dans certaines disciplines des sciences humaines et sociales, notamment par l’apport de la linguistique, une solide réflexion et conceptualisation sur ce qui est/fait un corpus. À la fois en utilisant corpus dans son acception lâche de collection, recueil ou compilation, et beaucoup plus rarement en référence à la notion de corpus issue de la linguistique, les médiévistes n’ont pas encore fait émerger une définition raisonnée ni une réflexion conceptuelle autour de ce terme.

Cette journée d’études ouverte à tous, organisée par l’équipe du programme des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi), avec le soutien du Consortium Cosme (CNRS), du Lamop (UMR 8589) et de l’IRHT, entend proposer un diagnostic et contribuer à ouvrir des pistes de recherches épistémologiques, heuristiques et méthodologiques partagées.

Télécharger le programme.

En vue de l’organisation matérielle de la rencontre, pourriez-vous nous tenir informés de votre venue, si possible avant le 24 octobre ? contact

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Appel à communication « Qu’est-ce qu’un corpus ? »

Lundi 7 novembre 2016, Paris, IRHT.

Le propos de cette journée d’études est de s’interroger sur ce qui est (ou pourrait être) un corpus pour les historiens médiévistes. Elle entend proposer un diagnostic et contribuer à ouvrir des pistes de recherches épistémologiques, heuristiques et méthodologiques partagées, dans la mesure où en utilisant le terme de corpus dans son acception lâche de collection, recueil ou compilation, et beaucoup plus rarement en référence à la notion de corpus issue de la linguistique, les médiévistes n’ont pas encore fait émerger une définition raisonnée ni une réflexion conceptuelle autour de ce terme.

Lire la suite sur Calenda

coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Compte-rendu « Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe- milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver ».

Colloque international organisé les 28-30 octobre 2015 par les Archives départementales de l’Aube.

Compte-rendu par Marlène Helias-Baron et Coraline Rey

Journée du mercredi 28 octobre

Benoît-Michel TOCK, ouvrant le colloque, a rappelé que le phénomène de l’écrit cistercien devait être pris dans sa globalité : les mêmes moines géraient toute l’écriture dans un même monastère. La production écrite, très diversifiée, peut être appréhendée, catégorisée selon deux critères : livres et archives, ou textes indispensables (textes bibliques, diplomatiques, spirituels ou théologiques) et textes seulement utiles (textes hagiographiques, historiques). Si nous dressons un inventaire des sources narratives cisterciennes du XIIsiècle, nous remarquons que les hagiographies ou les textes historiques sont peu nombreux. Cependant, à partir du début du XIIIe siècle, les cisterciens semblent s’intéresser davantage à leur passé. La question des pertes reste très importante : les pertes sont variables selon les genres documentaires et textuels. Par exemple, les textes réglementaires et les statuts auraient subi le plus de pertes. Chaque abbaye devait théoriquement avoir un exemplaire des statuts, or nous ne disposons aujourd’hui que de dix-neuf manuscrits des Usus conversorum et une poignée d’Ecclesiastica officia. Les fonds diplomatiques ont également subi des pertes, mais il est difficile de proposer des chiffres précis. Pour les bibliothèques, le problème est le même : 50 manuscrits du XIIe siècle sont actuellement conservés pour Clairvaux, mais il y en avait sûrement plus de 100. Des découvertes restent à faire dans les fonds d’archives, des travaux doivent être menés notamment sur les XIIIe-XVsiècles, sur les textes liturgiques, historiographiques etc., même si des ressources électroniques sont à présent disponibles pour travailler sur les écrits cisterciens : Chartae Galliae[1], CBMA[2], CartulR[3], CartReg[4], les projets Scripta[5] et Charcis[6]. Lire la suite

Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts