cbma-project.eu

L’équipe du projet CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi = Chartes de la Bourgogne du Moyen Âge) est heureuse de vous annoncer la mise en ligne de son nouveau site web.

Ce site est accessible à l’adresse http://www.cbma-project.eu.
En parallèle, le serveur http://philologic.cbma-project.eu permet l’interrogation des textes médiolatins avec l’outil philologic.

La documentation et les résultats du programme CBMA sont organisés et mis à disposition dans 7 onglets :
Actualités, Bases de données, Editions, Manuscrits, Cartographie, Publications et « cisterciencis ».

SiteCBMAOngletPublicationsBonne visite !

 

Chartae Burgundiae Medii Aevi. CBMA VIII. Les signes et les mots.

 CBMA_petit_01MiniatureBlog
CBMA. Chartae Burgundiae Medii Aevi.
VIII. Les signes et les mots. Journée d’étude.
Vendredi, le 26 septembre 2014 -10h-17h30,
Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 8 rue Jeannin.

Depuis les travaux de Peter Rück [1943-2004] et la diffusion de la notion de « rhétorique visuelle » l’historiographie a intégré le fait que le document écrit est, au-delà de son contenu, un artefact visible global, compris, manipulé et utilisé en tant que tel. Pour sa huitième journée d’études, le programme des Chartae Burgundiae Medii Aevi souhaite s’interroger sur cette approche en l’élargissant également aux recueils de documents et aux pratiques graphiques liées à la production des codex. Il s’agira aussi d’articuler les enquêtes sur les signes avec celles sur les mots et les syntagmes pour signifier les signes, et de faire ainsi interagir les deux versants principaux de la plateforme documentaire des CBMA, les manuscrits numérisés conservés aux Archives départementales de la Côte d’Or et les textes des actes bourguignons interrogeables avec le logiciel Philologic.

Les propositions de communication de 1500 signes environ, doivent être envoyées par courriel à cbmacontact@gmail.com avant le 10 juin 2014.
Pour en savoir plus : http://calenda.org/279769.

Liens utiles :
Serveur CBMA : http://philologic.cbma-project.eu
Page documentaire CBMA : http://www.artehis-cnrs.fr/CBMA-Chartae-Burgundiae-Medii-Aevi,964
Archives départementales de la Côte-d’Or : http://www.archives.cotedor.fr/cms/home.html

Debates in the Digital Humanities

Debates in the Digital Humanities, Debates inDH1ereCouv
éd. Matthew K. Gold,
University of Minnesota Press, Minneapolis-London, 2012,
xvi-515 p. (imprimé, 26 €), libre accès en ligne : http://dhdebates.gc.cuny.edu/debates).

Cet ouvrage marque probablement une étape importante des Digital Humanities. C’est tout à la fois un essai de définition, une somme sur les thèmes, méthodes, pratiques et potentiels des DH et le signe d’un certain recul, les DH devenant  un objet d’étude. En se rapportant aux termes de la sociologie bourdieusienne, on pourrait dire que ce livre à la fois explicite et participe à la formation d’un nouveau « champ » disciplinaire.

Une définition simple est retenue mettant en valeur le corpus : avec les DH, l’objet d’étude pertinent n’est plus l’objet lui-même mais le corpus, l’archive, pour lesquels les DH ont rendu nécessaires des outils nouveaux.

Parmi les nombreux constats et expériences touchant des disciplines variées, des signes très positifs sont mis en avant : la création de nouveaux centres numériques, les recrutements nombreux dans les universités américaines, le développement de bourses et financements dédiés, le succès de l’appropriation et de la collaboration qui transforment l’érudition humaniste ou encore les avantages du crowdsourcing.

Ces paramètres restent difficiles à mesurer et de nombreuses difficultés  subsistent. La suspicion demeure assez grande vis-à-vis des nouveaux outils numériques. Le terme tactique DH est toujours utilisé sans vergogne pour positionner les SHS à l’avant-garde de certains jugements de valeur comme les big data, l’interdisciplinarité, la collaboration ou l’ouverture au public. Hormis quelques pratiques réservées à une poignée de spécialistes, les pratiques numériques ont peu évolué au final depuis plusieurs décennies, le travail savant en SHS a peu changé et les connaissances académiques ne sont pas remises en cause. Les blocages sociaux et politiques restent bien présents également.

Mais retenons surtout trois grands mérites de cette somme :

  • poser toute l’importance du fonctionnement en réseau (Twitter, blogs, Google, web collaboratif, agrégation de contenus) qui est devenu outre-Atlantique un véritable outil de travail,
  • donner l’espoir que les DH sont idéalement placées pour construire et adapter des outils et pour renouveler les SHS, la vie universitaire et les relations humaines plus généralement,
  • fournir l’exemple d’une œuvre de collaboration, d’un produit hybride (papier et online) et dynamique (l’annotation est proposée pour prolonger les débats).

Au final, un riche bilan et un nouvel élan pour rapprocher/fédérer digital migrants et digital natives !