Anthropologie de la figuration, de quel point de vue parlent les classificateurs ?

Masque à transformation Nuxalk (Amérique du Nord)

Alors que la troisième exposition anthropologique dans la mezzanine ouest du Musée du Quai Branly, La fabrique des images, reste encore ouverte jusqu’au 17 juillet 2011, il est encore temps de voir ou de revoir l’application, dans le domaine de la figuration, de la quadrature ontologique, les « modes d’identification », théorisée par Philippe Descola (Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005). Comme il est rappelé dans le volume éponyme qui accompagne l’exposition, « l’objet de l’exposition est de mettre en évidence, pour chaque mode d’identification, un mode de figuration correspondant, c’est-à-dire de rendre tangible pour le spectateur le système de qualités exprimé dans des images, le genre d’intentionnalité déléguée dont ces images paraissent investies et les procédés employés pour que celle-ci produise un effet ». Ainsi, dans le « monde animé » de l’animisme, l’association d’éléments anthropomorphes qui rappellent l’intentionnalité humaine, un visage par exemple, avec des attributs évoquant le physique propre d’une espèce, comme dans les masques des Yupiit de l’Alaska, est une manière de rendre perceptible et active la subjectivité des non humains, une intériorité qui les rend aptes à une vie sociale et culturelle. À l’inverse, soucieuse d’objectivité, la figuration du naturalisme européen serait née au XVe siècle avec l’irruption de l’individu dans la peinture flamande du nord de l’Europe, moment d’une grande complexité que la relecture du fin essai de Tsvetan Todorov (Éloge de l’individu. Essai sur la peinture flamande de la Renaissance, Ed. Adam Biro, 2000) aide à situer. Partie prenante du marché de l’art contemporain depuis les années 1970, les productions iconiques des Aborigènes d’Australie, constituent l’exemple idéal du « monde subdivisé » du totémisme. Les peintures sur écorce « à rayons X » des peuples de la Terre d’Arnhem ou la peinture en acrylique sur toile des Aborigènes du désert central utilisent différentes stratégies figuratives pour rendre compte de l’identité physique et morale des hommes et des espèces naturelles originaires d’un même prototype primordial, « l’Être du Rêve ». Enfin, dans l’analogisme il s’agit de tisser des correspondances dans un « monde enchevêtré » submergé par une multitude de singularités, ce qui en termes de figuration reviendrait à utiliser des « mécanismes visuels » pour rendre compte d’un schème abstrait : êtres hybrides, correspondances systématiques entre macrocosme et microcosme, réseau d’éléments hétérogènes en tant que partie d’un tout cohérent, ou réplique fractale comme dans les arts itératifs de la communauté mouride du Sénégal.
Si le brio de la démonstration force l’admiration, le visiteur n’est pas toujours entièrement convaincu. Il s’agit sans doute des limites de toute classification, quelle que soit sa force heuristique. Le naturalisme, aperçu avec pas mal de téléologie, est le seul mode d’inférence qui est montré dans la diachronie, pour rendre compte de l’évolution de la société occidentale jusqu’à l’imagerie médicale. L’analogisme peut regrouper tout ce qui n’entre pas ailleurs (dont quelques exemples du Moyen Âge…) tant l’analogie est un procédé transcendant, à la base même de la méthode et de la théorie mises en exposition. Il n’empêche que l’ambition de dresser une « anthropologie de la figuration » pousse à penser les termes des images structurellement, bien au-delà des poncifs d’une anthropologie qui se cale dans les canevas habituels de l’histoire de l’art (comme l’exposition Dogon actuellement dans le même musée…). Dans La fabrique de l’image, le visiteur est heureux de trouver de la matière pour apprendre, réfléchir et discuter, même s’il se demande d’où parle exactement le classificateur.

Lien : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/la-fabrique-des-images.html

Paul Kehr, la diplomatique et les technologies numériques

115 ans après le lancement du projet monumental de Paul Fridolin Kehr (1860-1944) des Regesta Pontificum Romanorum, en vue de réunir et d’éditer l’ensemble des documents pontificaux antérieurs à 1198, c’est-à-dire, avant que le registre systématique des documents romains ne soit établi sous Innocent III (1160-1216), la tâche, immense, n’est que partiellement accomplie. La 7e table ronde, le 20 mai 2011, du volet français de cette vaste entreprise, la Gallia Pontificia, conduite actuellement par l’Institut Historique Allemand et l’Ecole nationale des chartes, s’est ouverte à l’extérieur afin de justement faire le tour des « technologies numériques », qui pourraient apporter au projet une solution nouvelle, en ligne, pour l’édition des actes pontificaux. Les programmes allemands et français – les plateformes de retronumérisation et de mise en ligne des éditions en format image et texte, mais aussi de reproductions photographiques des documents manuscrits, la constitution de bases de données réunissant des masses de textes, des éditions nouvelles en ligne, l’encodage des textes en vue de leur affichage et de leur exploitation… – qui ont été présentés à l’occasion donnent un bon aperçu de l’état actuel des initiatives prises, de leur évolution et de leur assise institutionnelle. Car la première question qui se pose est celle da la division du travail : comment conjuguer les attentes des diplomatistes et des historiens avec la réalisation informatique des outils envisagés. Si la meilleure solution semble encore celle du travail dans une équipe stable, avec des emplois suffisants et financements pérennes, réunissant des compétences diverses, la formation des jeunes et moins jeunes chercheurs capables de dominer, ou du moins de comprendre, l’ensemble du processus de « mise au numérique » est indispensable et urgente. A l’inverse de ce que l’on pourrait penser, la technique mise en œuvre n’est pas sans conséquence sur les résultats scientifiques, et il faut être apte à en prendre la mesure. La deuxième question est effectivement la façon d’accéder et ensuite d’analyser la masse d’actes mis en ligne. Si on ignore la révolution en cours apportée par la numérisation de milliers de textes (pas seulement diplomatiques ou datant du Moyen Âge, il faut toujours se le rappeler !), si on se contente d’interfaces de consultation calquées sur le modèle (ou qui donnent les mêmes résultats) que les anciens index, si on ne s’intéresse pas à ce qui se fait dans d’autres disciplines en ce moment même, si on accumule simplement pour accumuler, l’énorme effort de mise en numérique déployé actuellement ne servira qu’à orner des vitrines. La force du numérique est qu’il nous presse obligatoirement à penser les « documents », nos classifications, nos méthodes, nos attentes autrement. L’enjeu est de taille, d’autant plus qu’il n’est pas facile de briser les inerties. Mais le défi est aussi enthousiasmant !

Un compte rendu de cette 7e table ronde de la Gallia Pontificia est disponible ici.

Liens :
http://www.papsturkunden.gwdg.de/Pius-Stiftung/Geschichte/geschichte.html
http://www.dhi-paris.fr/index.php?id=462&L=0&FSize=kebybjwwfkdeq
http://www.enc.sorbonne.fr/l-apport-des-technologies-nume-riques-a-la-diplomatique-me-die-vale.html

 

Métatypologie…

Parmi les trente communications présentées dans le colloque Normes et hagiographie dans l’Occident médiéval, Ve-XVIe siècles, qui vient de se tenir à l’université Jean Moulin – Lyon 3, les 4-6 octobre 2010 (http://lyon2010.perso.sfr.fr/), plusieurs interventions ont traité, de façon directe ou indirecte, du rapport entre hagiographie et les actes dits de la pratique. Si la mention des donations faites par les saints aux pauvres, aux églises et aux monastères est un topos hagiographique courant et ancien, voire structurant du récit, de la norme, hagiographique, la présence de syntagmes caractéristiques de l’écriture diplomatique et, surtout, l’insertion même de testaments, d’actes de donation et de diplômes à l’intérieur des vies des saints semblerait n’être attestée qu’à partir du Xe siècle (?) (alors qu’elle est pratiquée  depuis plusieurs siècles par d’autres compositions de type biographique et historiographique, songeons au Liber Pontificalis ou ses « dérivés », les gestae episcoporum et abbatum…). L’échantillon observé au fil du colloque, allant du royaume franc à l’Italie centrale, en passant par la Bretagne et la Bourgogne, pointe les Xe, XIe et XIIe siècles comme période de floraison d’une forme de composition qui n’est sans doute pas étrangère aux mouvements de renovatio et à la constitution des seigneuries monastiques et ecclésiastiques. La réalisation à cette même époque de cartulaires-chroniques et l’apparition au cours du XIe siècle des premières figurations iconographiques d’actes et diplômes, voire de cartulaires et chroniques « illustrés », sont autant d’indices qui appellent à préciser davantage la typologie documentaire et sa chronologie, à réfléchir sur sa complexité et son rôle de révélateur des transformations sociétales. Un chantier qui est loin d’avoir été déblayé… Des idées ?