Le fonds des hospices de Mâcon : 1202 – XXe siècle

Le fonds des hospices de Mâcon (Saône-et-Loire) est aujourd’hui conservé dans son intégralité aux Archives municipales de Mâcon (http://www.macon.fr/Votre-mairie/Archives-municipales), dans la série GG (documents classés à la fin du XIXe siècle) et sous la cote H Dépôt (se référer au répertoire numérique Fonds des hospices de Mâcon, XVe-1901, H Dépôt, ainsi qu’à l’inventaire sommaire des Archives municipales de Mâcon, série GG). Ces archives, conservées pêle-mêle dans différents lieux de stockage – citons les Archives départementales de Saône-et-Loire et l’Hôtel-Dieu – sont aujourd’hui réunies. Désormais accessible dans son intégralité (excepté les documents soumis aux délais de communicabilité des archives), ce fonds comprend les archives de six établissements hospitaliers mâconnais : l’hôpital Notre-Dame du Bourgneuf, appelé dès le XVIIe siècle Hôtel-Dieu, dont le plus ancien document remonte à 1202 ; l’hospice de Joug-Dieu, situé dans l’actuel village de Crêches-sur-Saône ; l’hôpital Saint-Jacques, dont la vocation était d’accueillir les pèlerins de Compostelle ; la léproserie Saint-Clément ou Saint-Clair, située hors des murs de la ville ; la Charité, fondée en 1620 par Vincent de Paul ; la Providence ou hospice des Incurables, fondée en 1733 par l’abbé Louis Agut.

Au fil des siècles, un regroupement des structures hospitalières a eu lieu, conduisant à la mise en commun des archives. L’histoire des hospices de Mâcon, encore peu connue, révèle pourtant bien des particularités : l’immixtion des échevins dans l’administration d’établissements à vocation religieuse (loci religiosi) ; l’ancienneté de la Charité, qui demeura longtemps exemplaire ; la fondation d’une école d’accouchement dès 1782 par l’évêque de Mâcon, Mgr Moreau, à la Providence ; le rôle exemplaire de Mère Henri Causse, supérieure de la Charité, qui cacha des enfants juifs durant la Seconde guerre mondiale.

Ce fonds, composé de documents de diverses natures (parchemins médiévaux, plans et cadastres, lois et règlements, registres de population, registres comptables, correspondance) présente non seulement un intérêt pour l’histoire hospitalière, mais aussi pour l’histoire socio-culturelle, l’anthropologie, l’histoire locale, la généalogie (enfants trouvés, legs), l’histoire militaire (les hôpitaux mâconnais possédaient un nombre variable de lits militaires selon les besoins), ou encore l’archéologie du bâti (l’Hôtel-Dieu et la Charité ont été bâtis sur les plans de Soufflot au XVIIIe siècle).

Le hasard a voulu qu’en cette année où fut classé ce fonds, l’hôpital des Chânaux décida de la vente des bâtiments de la Charité, vente qui suscite bien des débats. Les hospices de Mâcon n’ont donc pas cessé de faire parler d’eux.


coralinerey

Doctorante en Histoire médiévale, Centre Georges Chevrier, UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

3 réflexions au sujet de « Le fonds des hospices de Mâcon : 1202 – XXe siècle »

  1. Bonjour,

    Dans le cadre de mes recherches généalogiques, il apparaît dans l’acte de naissance de mon Arrière Grand Père, Jean Marie PROST qu’il est né à l’hospice de la Providence le 27 mars 1863 de Claudine PROST sa mère née le 8 novembre 1836 à SUIN (71).
    De plus dans son livret militaire il est mentionné qu’il est pupille de l’hospice de la Providence.
    Avez vous une trace sur Jean Marie PROST qui puisse faire avancer mes recherches ??
    Je me tiens à votre disposition pour tous renseignement complémentaire

    Cordialement

    • Bonjour,
      Malheureusement, les fonds des hospices de Mâcon (Hôtel-Dieu, Charité et Providence) présentent de grandes lacunes : il n’y a presque aucun registre de population (malades ou personnels). J’ai vérifié dans l’inventaire : pour la Providence, les seuls registres d’enfants assistés que nous conservons (à ma connaissance), concernent les années 1791-1797 (cote Q 15, du fonds des Hospices H dépôt, Archives municipales de Mâcon), puis 1830, et enfin 1847 (cote Q 16).
      Dans ce même fonds, il y a par contre des registres militaires. Q 18, pour les années 1863-1867 ; Q 19, 1877-1885. Il y a aussi des « feuilles d’état de journées de traitement » Q 27, 1823-1883 ; Q 29, 1870-1871, etc.

      Ne travaillant pas aux Archives municipales de Mâcon, je ne peux vous aider d’avantage. Je sais que depuis mon travail d’inventaire, en 2010, un employé a également classé un fonds de registres (dont des registres militaires), concernant essentiellement le XXe siècle.
      Le mieux pour vous serait de rentrer en contact avec quelqu’un des Archives municipales. Voici le lien Internet de la page dédiée aux AM : http://www.macon.fr/Votre-mairie/Archives-municipales. Voux y trouverez le numéro de téléphone pour les contacter, ainsi que leurs horaires d’ouverture.

      Cordialement,

      Nota : Au XIXe siècle, la plupart des Pensionnaires de la Providence étaient des adultes. Il y avait quelques enfants assistés ou abandonnés, soignés parce qu’incurables. Depuis la fin du XVIIIe siècle, il y avait également une maternité (jusqu’en 1898). Les soeurs du Saint-Sacrement s’occupaient également d’une petite école gratuite, ainsi qu’une école de jeunes filles. Elles étaient aussi en charge des « salles d’asile communales », sans doute des foyers d’enfants avec garderie et école.

  2. Ping : Le fonds des hospices de Mâcon : 1202 – XXe siècle | Armaria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *