Compte-rendu « Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe- milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver ».

Colloque international organisé les 28-30 octobre 2015 par les Archives départementales de l’Aube.

Compte-rendu par Marlène Helias-Baron et Coraline Rey

Journée du mercredi 28 octobre

Benoît-Michel TOCK, ouvrant le colloque, a rappelé que le phénomène de l’écrit cistercien devait être pris dans sa globalité : les mêmes moines géraient toute l’écriture dans un même monastère. La production écrite, très diversifiée, peut être appréhendée, catégorisée selon deux critères : livres et archives, ou textes indispensables (textes bibliques, diplomatiques, spirituels ou théologiques) et textes seulement utiles (textes hagiographiques, historiques). Si nous dressons un inventaire des sources narratives cisterciennes du XIIsiècle, nous remarquons que les hagiographies ou les textes historiques sont peu nombreux. Cependant, à partir du début du XIIIe siècle, les cisterciens semblent s’intéresser davantage à leur passé. La question des pertes reste très importante : les pertes sont variables selon les genres documentaires et textuels. Par exemple, les textes réglementaires et les statuts auraient subi le plus de pertes. Chaque abbaye devait théoriquement avoir un exemplaire des statuts, or nous ne disposons aujourd’hui que de dix-neuf manuscrits des Usus conversorum et une poignée d’Ecclesiastica officia. Les fonds diplomatiques ont également subi des pertes, mais il est difficile de proposer des chiffres précis. Pour les bibliothèques, le problème est le même : 50 manuscrits du XIIe siècle sont actuellement conservés pour Clairvaux, mais il y en avait sûrement plus de 100. Des découvertes restent à faire dans les fonds d’archives, des travaux doivent être menés notamment sur les XIIIe-XVsiècles, sur les textes liturgiques, historiographiques etc., même si des ressources électroniques sont à présent disponibles pour travailler sur les écrits cisterciens : Chartae Galliae[1], CBMA[2], CartulR[3], CartReg[4], les projets Scripta[5] et Charcis[6].

Benoît Tock a rappelé que l’écrit diplomatique connaît une grande diversité au XIIe siècle. Par exemple, les pancartes cisterciennes représentent la mise par écrit de nombreuses actions juridiques qui ne sont pas suffisamment « importantes » pour avoir leur propre charte. Les chirographes peuvent parfois être nombreux comme dans le fonds de Beaupré, où jusque vers 1165, les actes sont écrits en deux exemplaires. Le Petit cartulaire de Cercamp (Arras, AD Pas-de-Calais, 12 H 2) commence par un récit concernant un bien contesté par Saint-Martin-des-Champs : ce récit s’appuie sur les actes eux-mêmes. Il est suivi par des notices concernant les donateurs d’une grange, dont nous ne retrouvons pas de trace dans les autres actes de Cercamp. Le cartulaire d’Igny (BNF, ms lat. 9904), composé dans les années 1180, comporte, dans les marges, des résumés des actions juridiques. Dans les marges du cartulaire de Signy (AD Ardennes, H 203), nous trouvons des systèmes de renvoi vers des actes évoquant la même action juridique. Benoît Tock a également rappelé l’usage des notes dorsales et leurs liens avec les notes marginales des cartulaires.

Enfin, un point a été consacré à la circulation de l’écrit. Le cartulaire de Valloires (Amiens, AD Somme, 30H2), composé au milieu du XIIIe siècle, commence par des bulles pontificales dont certaines étaient conservés à Cîteaux ou à Clairmarais. Par exemple une mention est faite lorsque l’original bullé était conservé à Clairmarais : ces mentions prouvent que le cartulariste a fait une recherche pour constituer son bullaire. L’étude des bulles de la fin du XIIe siècle garantissant l’exemption de la dîme (audivimus et audientes) montre que les actes sont accordés à une abbaye et peuvent être recopiés d’une abbaye à l’autre. Les textes diplomatiques circulent également, tout comme les lettres de Bernard de Clairvaux ou les coutumiers (les chanoines d’Arrouaise ou les Prémontrés se sont largement inspirés des statuts cisterciens).

Pour conclure, Benoît Tock a demandé s’il existait une spécificité du rapport des Cisterciens à l’écrit ? Pour le découvrir, il ne faut pas seulement étudier les Cisterciens. En effet, il n’y a pas de cloison imperméable entre les Ordres, ni entre les monastères. Et sans doute n’y a-t-il pas de diplomatique cistercienne particulière.

Richard ALLEN nous a présenté ses recherches sur le scriptorium de l’abbaye de Savigny. Savigny, fille de Clairvaux, a été incorporée en 1147 à l’Ordre cistercien. Nous disposons aujourd’hui de quelques épaves de la bibliothèque (alors qu’elle devait être riche d’au moins 1 000 ouvrages) et de 1 700 chartes des XIIe-XIIIe siècles, dont 980 chartes originales pour les années 1112-1202. La rédaction du cartulaire, le Liber cartarum, à présent perdu, est intervenue en 1202. Cependant, le scriptorium n’a pas été localisé et les conditions physiques de la production restent mal connues. Le travail des scribes peut néanmoins être étudié. Entre 1180 et 1209, apparaît régulièrement un scribe, Hugues de Creully. Il a produit quinze chartes. Richard Allen s’est demandé si certains scribes s’occupaient de régions ou de personnes spécifiques. Il semblerait plutôt y avoir un éparpillement sans concentration, à de rares exceptions près. Pour huit actes produits par un scribe actif jusqu’en 1174, les documents portent essentiellement sur la Bretagne. Un autre scribe a mis par écrit une quarantaine de chartes jusque vers 1240. Ce sont des actes concernant des biens concentrés autour de la ville de Mayenne.

L’identification des scribes permet de se pencher sur l’activité du scriptorium savignien et sur la constitution d’un réseau d’abbayes. À l’abbaye Blanche (abbaye de femmes), les chartes sont peu nombreuses et plusieurs mains interviennent dans une écriture livresque. Dans le chartrier de Mortain apparaissent quelques actes produits par le scriptorium de Savigny. Certains actes ont également été rédigés pour des abbayes non cisterciennes.

Richard Allen s’est également demandé quelle a été l’influence cistercienne sur les pratiques du scriptorium de Savigny après 1147 ? L’incorporation à l’Ordre cistercien s’est accompagnée de l’arrivée de quelques moines de Clairvaux. Nous remarquons un changement dans l’écriture des chartes après 1147, sans savoir sous quelle influence elle est née. À travers cette étude des caractères diplomatiques apparaît une image imparfaite de la production diplomatique. Il faudrait mener une étude critique sur les actes des autres monastères normands et de la chancellerie archiépiscopale.

Thomas ROCHE nous a ensuite présenté le cas de l’abbaye de Mortemer, fondée vers 1130. Cette abbaye dispose d’un fonds modeste, mais selon lui, représentatif de l’écrit cistercien : un cartulaire produit à la fin du XIIe siècle avec une préface sur l’histoire de l’abbaye, une vingtaine de chartes du XIIe siècle conservées, une pancarte, 160 documents du XIIIe siècle. Les pertes peuvent être estimées grâce à un inventaire fragmentaire du XIVe siècle, à des relevés de chartes du XVIIIsiècle, ainsi qu’à deux autres cartulaires, perdus : un premier composé vers 1484 et un « vieil cartulaire » (qui ne correspond pas à celui du XIIe siècle). Un corpus d’environ 75 actes pour le XIIe siècle a pu ainsi être établi.

Le cartulaire-chronique (BNF, ms lat. 18369) a une double structuration intellectuelle et matérielle. Plusieurs chapitres distincts peuvent être étudiés : chronique, six chapitres, dont le premier rassemble les actes royaux, pontificaux et épiscopaux, puis viennent des chapitres consacrés aux granges. Le cartulaire actuel ne couvre pas toutes les possessions de l’abbaye et le dernier feuillet se termine par un acte incomplet. Certains chapitres concernent plusieurs espaces géographiques. Si la chronique se trouve sur les deux premiers cahiers, le manuscrit n’est cependant pas homogène. Quatre scribes sont intervenus. Le document a été composé en deux étapes : dans les années 1170-1180, puis une continuation à la fin du XIIe siècle. Comment les chartes ont-elles été utilisées par le chroniqueur dans sa narration ? Celui-ci cite entièrement la grande charte de l’archevêque Hugues rattachant Mortemer à l’Ordre cistercien, ainsi que la notification de ce rattachement par Hugues à l’abbé de Cîteaux, deux documents très importants pour l’histoire de Mortemer. La grande charte n’est connue que par cette copie, tandis que la notification est connue également par le cartulaire d’Ourscamp. Cependant, le chroniqueur a ajouté des détails qui ne figurent pas dans les chartes, s’appuyant peut-être sur la mémoire monastique.

T. Roche s’est ensuite demandé comment fonctionnait le scriptorium de Mortemer ? Un scribe est identifiable dans une charte de 1169, la pancarte de 1169-1179 et un chirographe : il s’agirait du deuxième scribe du cartulaire. La pancarte est une agglomération de notices copiées par plusieurs scribes et n’a jamais été validée par une autorité. Un lien existe entre la pancarte et le cartulaire : la structure et la longueur des notices se ressemblent. Si nous comparons Mortemer avec Savigny ou avec les autres abbayes cisterciennes de Normandie, nous nous apercevons qu’il existe une culture propre à chaque scriptorium.

Maria do Rosário BARBOSA MORUJÃO a choisi d’évoquer les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes féminines du Portugal. Après une nationalisation au XIXe siècle, les chartriers des institutions religieuses portugaises ont été versés aux Archives nationales dans les années 1830. Faute d’études, nous ne savons pas ce qui a été perdu lors des transferts.

Les abbayes cisterciennes du Portugal ont été protégées au début du XIIIe siècle par trois princesses. L’abbaye de Lorvão, dont la fondation remonte à l’époque wisigothique, disposait d’un scriptorium. Les moines noirs ont été remplacés par des moniales, dont la présence est attestée vers 1205-1206. Elles sont affiliées à l’Ordre cistercien en 1211. L’abbaye possède un cartulaire, mais écrit avant l’arrivée des cisterciennes. L’abbaye de Celas a été fondée par Sancha de Portugal († 1229) qui s’y fit moniale. C’est elle-même qui demanda l’affiliation à l’Ordre cistercien. Un petit cartulaire est également conservé. L’abbaye d’Arouca regroupait à l’origine une communauté double, masculine et féminine. À la fin du XIe siècle, seule la communauté féminine reste, avant d’être affiliée à l’Ordre cistercien en 1220. Un cartulaire du XIIIe siècle comporte 226 actes. Ce cartulaire est dit « de Maior Martins », du nom de l’homme qui l’a écrit. Dans ces communautés féminines, les hommes s’occupaient de conserver la mémoire écrite. Les princesses sont souvent les auteurs moraux des actes, tandis que les moniales sont quasiment absentes des actes. À Celas, des scribes travaillant pour les tabellions de la ville de Coimbra interviennent pour la rédaction des actes. À Arouca, les tabellions viennent des environs du monastère. Des documents notariaux coexistent avec des documents produits par des scribes, qui ne sont pas des notaires publiques, mais des clercs ou des moines liés aux abbayes. Les chartes sont élaborées par des hommes qui se rendent auprès des abbayes afin de produire les actes, sans toutefois passer la clôture : un acte évoque les moniales se réunissant près du porche, au son de la cloche les prévenant de la venue du tabellion. Dans des cas exceptionnels, il semble que les hommes étaient admis à passer la clôture, puisque deux actes mentionnent la présence de l’abbesse, malade et dans son lit.

La validation repose sur les listes de témoins, toujours des hommes liés aux abbayes (tailleurs, charpentiers, prieurs, simples habitants), les moniales n’étant jamais appelées à être témoins, sans doute plus à cause de leur statut de femmes qu’à leur statut de moniales. Les autres moyens de validation sont le chirographe, le seing manuel des notaires publiques, les sceaux (sceaux des princesses, puis ceux des abbesses), les signatures.

Ghislain BAURY[7] a présenté les jalons et les premiers résultats d’une recherche en cours sur la culture écrite dans les monastères du Nord-Ouest de la péninsule ibérique aux XIIe et XIIIe siècles. Il s’agit de la présentation d’un projet de recherche commencé en 2014 (LEMACIST) qui s’interroge sur le rapport des cisterciens à la culture écrite. L’étude porte sur un corpus de dix-huit abbayes cisterciennes (seize abbayes d’hommes) situées majoritairement en Galice. Les chartriers de ces institutions sont en partie inédits. Les objectifs de ce projet sont de réaliser un inventaire des chartes et des manuscrits, de faire l’édition critique d’une sélection de textes, de publier en ligne les archives du projet, d’analyser les modes et les moyens de production des actes et des livres en comparant avec les écrits locaux, d’étudier la « mémoire de la mémoire » à savoir les logiques archivistiques. Quatre cartulaires sont connus : deux cartulaires constitués au XIIIe siècle pour Sobrado, un pour Fiaes et un à Castañeda, ainsi que des fragments à Oseira.

L’acte de fondation de Sobrado date de 1142. C’était un monastère abandonné qui a été transmis à Clairvaux. Les cartulaires consignent 1 100 textes, d’une transcription fiable, et nous conservons encore 140 actes originaux. Ces deux cartulaires ont trois spécificités : nous y trouvons d’abord deux pièces littéraires d’un grand intérêt, une croix graphique connue par dix copies (invocation divine et validation puisqu’elle ressemble à une rota), une grande complexité dans leur organisation. Le premier cartulaire compte quatorze unités, et le deuxième neuf parties différentes. Les scribes ont essayé de reproduire les signes graphiques des originaux. Ils ont été écrits afin de conserver la mémoire de tout ce qui s’est fait avant et pendant la période cistercienne.

Quant aux monastères féminins, quel est leur rapport à l’écrit ? Les moniales écrivaient-elles elles-mêmes ou dépendaient-elles des hommes ? Deux monastères de femmes (Ferreira et Moreira) sont concernés par l’étude. Ferreira possède encore 200 originaux, dont une copie informe de 1108 qui garde la trace du passé pré-cistercien. L’inventaire du XVIIIe siècle mentionne un manuscrit de petite taille contenant des copies d’actes, avec le nom du scribe sans mention de fonction : il s’agit d’un homme, Petrus monachus. Les moniales ont également recours aux notaires royaux.

Journée du jeudi 29 octobre 2015

Anne-Marie TURCAN-VERKERK a d’abord présenté une communication intitulée « Les Cisterciens et les outils d’aide à la rédaction : un premier aperçu ». Elle a divisé sa présentation en deux parties, la première nous présentant les outils d’aide à la rédaction, la seconde évoquant le rôle des Cisterciens dans la diffusion de l’ars dictandi (ou ars dictaminis) hors d’Italie à partir du XIIe siècle. A.-M. Turcan-Verkerk est partie d’un constat : on ne trouve guère, dans les bibliothèques cisterciennes, d’instruments d’apprentissage de la grammaire et de la rhétorique avant le XIIIe siècle. Elle a étudié pour cela de nombreux catalogues de bibliothèques en France (Chaalis, Cheminon, Clairmarais, Haute-Fontaine, etc.), dans la péninsule ibérique (Poblet, Santes Creus), en Italie, en Autriche, en Allemagne, ou encore en Angleterre (Rievaulx, etc.). L’intérêt des Cisterciens s’est tourné très tôt vers l’ars dictandi. La plupart des listes de manuscrits témoignent de l’existence d’ouvrages de lecture collective, de modèles de déclaration ou de prosodie. Comment les Cisterciens ont-ils pu entrer en contact avec l’ars dictandi, un art d’écrire né en Italie, sans doute sous l’influence de la chancellerie du pape Grégoire VII ? A.-M. Turcan-Verkerk a mis en évidence le rôle de Nicolas de Montiéramey, moine entré à Clairvaux en 1145, dans la rédaction des lettres officielles à l’abbaye[8]. Nicolas a également composé des florilèges, des recueils de formulaires, une édition de ses propres lettres (BNF, latin 3012). Nous pourrions qualifier Nicolas de Montiéramey de « premier professionnel » de l’ars dictaminis en France, ayant servi d’exemple à beaucoup d’autres auteurs après lui. À la suite d’A.-M. Turcan-Verkerk, il faut admettre que l’ars dictandi cistercienne est très peu connue et qu’elle mériterait de plus amples études. De plus, nous ne connaissons pas l’utilisation qui a été faite de ces ouvrages, les traités théoriques n’ayant que très peu été confronté à la réalité.

À la suite d’A.M. Turcan-Verkerk, Chantal SENSÉBY nous a présenté ses travaux en cours sur les chirographes, en comparant les usages des Cisterciens, des Fontevristes et des Bénédictins au sein d’un espace ligérien élargi[9]. Dans le Val de Loire, les chirographes apparaissent dès la fin du Xe siècle. Les Cisterciens ont donc hérité de cette pratique. C. Senéby s’est interrogée sur l’évaluation de la part des chartes-parties dans les fonds des différentes communautés, sur les modalités et les agents de transmission des chirographes, sur les étapes et les rythmes d’appropriation de cet outil par les Cisterciens, enfin sur la question de l’originalité cistercienne en matière de pratique chirographaire. Dans le corpus constitué, le chirographe cistercien conservé en original s’avère être assez rare, en partie parce que l’emprise cistercienne sur le territoire considéré est assez faible (existence d’importantes abbayes bénédictines, d’un mouvement érémitiques vigoureux, de fortes communautés de chanoines réguliers, de Fontevristes, de Grandmontains protégés par les Plantagenêts, etc.). Voici quelques chiffres à titre d’exemple. Pour les Cisterciens : 7,4 % de chirographes pour la période 1100-1225 ; et à Cîteaux 3 %, à Clairvaux 3 %, à Maizières 12,8 %, à Morimond 10 %, à Beaupré 23 %, pour la période 1100-1200. Pour les Bénédictins : Saint-Julien-de-Tours 29 %, Saint-Aubin d’Angers 34 %, Saint-Martin de Marmoutier 16 %, pour la période 1100-1225 ; et à Anchin 19 %, Jumièges et Fécamp 7 %, pour la période 1100-1200. Il faut bien avouer que les chirographes cisterciens ne se démarquent pas franchement de ceux des Bénédictins ou des Fontevristes quant à leurs caractéristiques formelles, les moines blancs se conformant plutôt à des usages locaux. Nous pouvons tout de même noter que la devise chirographique des Cisterciens reste monochrome, en noir, et peu ornée, à la différence des Bénédictins (devise parfois en encre rouge). De plus, les Cisterciens ont une tendance plus grande à diversifier leurs devises, porteuses d’un idéal de paix ou de charité (C. Senséby a réuni une liste de près de 120 libellés différents, toutes communautés confondues). Les Cisterciens ont également eu recours plus systématiquement au scellement de leurs chartes-parties.

L’intervention de Jean-Luc BENOÎT était dédiée aux formules en vigueur à l’abbaye de Pontigny au cours du XIIe siècle. J.-L. Benoît a remarqué l’existence de formules qui semblaient spécifiques à cette abbaye. Pour cette communication, il s’est focalisé sur les formules de notification, suffisamment abondantes et révélatrices de l’activité d’une chancellerie pour permettre une étude poussée. Il a composé un corpus d’abbayes cisterciennes et bénédictines dans un rayon de 60-70 km autour de l’abbaye : Vauluisant, Dilo, Saint-Marien d’Auxerre, Saint-Germain d’Auxerre, Crisenon, Reigny, Fontenay, Morimond, Clairvaux. Il a aussi fait des comparaisons avec les chartes des évêques de Troyes, et les chartes d’Henri Le Libéral, comte de Champagne. Des bases de données comme CBMA[10], ou Chartae Galliae[11] lui ont permis d’étendre ses recherches. L’ensemble de sa documentation se compose de plus de 2 500 actes, mais les fonds présentent de grosses disparités. Il a retenu des formules ayant trois occurrences minimum, deux seulement dans le cas des établissements de plus petite taille. Au total, il a dégagé soixante-quinze formules, certaines très rares, d’autres très fréquentes. Par exemple, à Pontigny, la formule la plus fréquente est « notum fieri volo omnibus hominibus presentibus et futuris quod » (dix fois) ; elle est absente du corpus local, mais elle apparaît sept fois dans CBMA (les occurrences de Pontigny) et 12 fois dans Chartae Galliae (en réalité les dix occurrences de Pontigny, à une exception près, une charte de l’abbaye de Quincy, fille de Pontigny). Une formule comme « notum facio presentibus et futuris quod » est diffusée dans presque tous les fonds, sauf dans ceux de Saint-Marien et de Reigny. « tam futuris quam presentibus notum facio quod » se trouve douze fois dans le fonds de l’abbaye de Fontenay, une seule fois dans celui de Pontigny, et dans nul autre fonds. J.-L. Benoît a finalement dressé un tableau récapitulant ces formules, en inscrivant leur datation, permettant ainsi de dégager des tendances. Il existe des formules caractéristiques, souvent écrites par une même main. Certaines formules peuvent également être rattachées à des chancelleries extérieures, comme à celle du comte de Champagne ou à celle des archevêques de Sens. Pour conclure, J.-L. Benoît a rappelé qu’il n’avait pas réussi à démontrer l’existence d’une originalité cistercienne, mais sans doute l’existence d’une originalité régionale.

Arnaud Baudin a ouvert l’après-midi en présentant une communication consacrée aux usages et aux pratiques archivistiques dans quelques abbayes champenoises de la lignée claravalienne, principalement Trois-Fontaines[12], Larrivour[13], Argensolles[14], Clarmarais[15] et le Val-des-Vignes[16]. Il s’interroge « sur les moyens mis en œuvre pour conserver la mémoire du patrimoine » entre le XIIe et le XVe siècle. Il nous a présenté les différents systèmes de classement archivistique mis en place : notes de lecture, noms de lieux, analyses, mentions dorsales chiffrées. À Trois-Fontaines, sur les 654 originaux conservés pour tout le Moyen Âge, nous repérons neuf campagnes d’apposition de mentions, les premières remontant au début du XIIIe siècle. À Trois-Fontaines et à Larrivour, les actes sont classés topographiquement, souvent par centre d’exploitation / grange, mais pas seulement : A. Baudin a en effet montré que l’organisation topographique pouvait répondre à une gestion des conflits, par exemple le conflit opposant Trois-Fontaines à Cheminon, ou le conflit qui opposa l’abbaye de Larrivour à quatre de ses granges dans les années 1230 (un chapitre spécifique de cartulaire a d’ailleurs été réservé à la gestion de ce conflit)[17]. Les classements des archives ont également souvent été de pair avec la constitution d’un cartulaire. Ainsi, dans les abbayes d’hommes, une gestion raisonnée du temporel était-elle menée.

Dans les abbayes de femmes, en revanche, les mentions dorsales restent rares et non systématiques. Nous assistons souvent à une structuration assez tardive des archives, parfois en lien avec leur transformation en prieurés d’hommes à la fin du XVe siècle (Clairmarais, le Val-des-Vignes).

A. Baudin a achevé son intervention sur la question des sceaux : dans les fonds champenois, il faut noter l’abondance des sceaux conservés dans les fonds cisterciens : pour Clairvaux quelques 1 200 empreintes, Trois-Fontaines 337, Larrivour 226, Clairmarais 222, Le Val-des-Vignes 162[1]. De toute évidence, les sceaux ont été très bien conservés, soit placés dans l’acte quand celui-ci était plié, soit cousus dans de petites pochettes de parchemin depuis la fin du XIIIe siècle. Plus étonnamment, A. Baudin nous a montré quelques sceaux de cire neutre recouverte d’un vernis coloré : selon lui cette pratique pourrait être médiévale, même si, dans l’état actuel de sa recherche, il s’interroge encore sur le but de cette pratique.

[1] Si l’on excepte le cas de deux abbayes bénédictines, dont Saint-Denis de Reims qui a conservé quelques 700 empreintes.

Jean-Baptiste Renault nous a ensuite présenté une communication portant sur le traitement des archives héritées au sein des abbayes rattachées à l’ordre de Cîteaux en Champagne, du XIIe au début du XIVe siècle. Avec cette communication, il a voulu nous éclairer sur la manière dont les cisterciens ont géré le passé non-cistercien des établissements rattachés à l’Ordre. Après avoir inventorié les actes antérieurs au rattachement des abbayes à l’Ordre, il s’est focalisé sur la tradition des actes et sur la place qu’ils ont tenue dans le chartrier et dans les compilations. Il a réuni autant d’informations tirées des notes dorsales que des indications fournies par des inventaires d’archives médiévaux. Il a fait porter son étude sur deux abbayes en particulier : Montiers-en-Argonne et Cheminon[19], dans la Marne. Ces deux abbayes possèdent un fonds généreux en originaux, un cartulaire du XIIe siècle et des inventaires d’archives des XIVe et XVe siècles. Il a bien sûr comparé ses résultats avec des exemples puisés dans les fonds d’autres monastères cisterciens rattachés, Orval, Lisle-en-Barrois, Boulancourt, Longuay, etc., et avec des abbayes de Prémontrés, ordre qui a également absorbé plusieurs abbayes de chanoines réguliers, et cela afin de voir s’il existait une spécificité cistercienne. À Cheminon, les actes de l’inventaire sont classés soit topographiquement soit par auteur, et un chapitre spécifique a été accordé au conflit opposant l’abbaye à celle de Trois-Fontaines[20]. Les actes pré-cisterciens (avant le rattachement à l’ordre) ont été intégrés à cet inventaire. À Montiers-en-Argonne, le cartulaire du XIIe siècle ne retient que deux des sept actes pré-cisterciens, et un dossier introductif documente le passage à l’Ordre cistercien. Entre ces deux abbayes, nous notons donc une différence de traitement des actes pré-cisterciens : la situation à Cheminon semble cependant répondre à l’urgence due au conflit l’opposant à l’abbaye de Trois-Fontaines.

La suite de l’après-midi a été consacrée à la lecture de la communication de Mathilde Geley, qui, absente, a eu l’amabilité de transférer son travail consacré à la conservation des actes et à leur traitement archivistique dans l’abbaye des Vaux-de-Cernay, au XIIe et au XIIIe siècle. L’abbaye savinienne des Vaux-de-Cernay a été fondée en 1118 ; elle est entrée dans l’Ordre de Cîteaux en 1147. Le fonds d’archives de l’abbaye comprend aujourd’hui près de 1 200 actes originaux ou vidimés du XIIe au XIVe siècle : cette bonne conservation s’explique en partie par la très bonne gestion archivistique du Moyen Âge. Les premiers signes d’un classement sont révélés dans une pancarte de 1142 de Louis VII, alors que l’abbaye était encore savinienne : les pieds-de-mouche marquent le classement topographique et non les transactions. Les notes dorsales sont d’abord des notes de lecture ou d’identification apposées au XIIe siècle, dans le contexte d’un chartrier en cours de constitution. 85,7 % des actes du XIIe siècle portent une mention dorsale. Le XIIIe siècle voit s’intensifier les appositions de notes au verso des actes, tandis qu’au XIVe siècle on note un désintéressement de la communauté pour la gestion des archives, au moment où les transactions se font moindres. Mathilde Geley voit l’annotation dorsale comme un signe de vitalité de l’abbaye, surtout si elle est très détaillée. Pour le XIIIe siècle, elle trouve prématuré de parler de cotation des actes, et préfère utiliser les termes de proto-cotation ou plus simplement de signa : la première campagne d’annotation du XIIIe siècle est faite de petits chiffres romains, la seconde campagne avec de grands chiffres romains à la fin du XIIIe siècle. Elle note parfois le regroupement de plusieurs actes sous un seul chiffre, preuve d’une véritable pensée réflexive sur l’archivage. Les numéros portés au dos des actes permettent en outre d’établir un système de renvoi avec les chiffres des deux inventaires médiévaux. Il semble qu’une véritable pratique optimale des archives ait été mise en place dès le XIII  siècle. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour retrouver une telle attention portée aux archives.

Quant à Guido Cariboni, il nous a présenté une intervention sur les livres capitulaires des abbayes italiennes au XIIe et au XIIIe siècle. Au cours du XIIe siècle, la prière pour les vivants et la commémoration des défunts prirent une forme particulière, distinguant les Cisterciens des autres institutions religieuses. L’Ordre cistercien a tenté de contenir les demandes de commémorations individuelles en les contrôlant et en les soumettant à l’approbation du Chapitre général. Les commémorations collectives furent célébrer pendant le chapitre quotidien, après la lecture de la Règle.

Les livres capitulaires sont des compilations de codes appelées Liber Capituli, Liber ou Regula. Ces codes étaient utilisés après l’office des matines lors du chapitre monastique et comprenaient en général le Martirologium et la Règle de saint Benoît, ainsi que quelques textes hagiographiques. Ces textes étaient constamment mis à jour suivant les directives du Chapitre général. Dans ces manuscrits se trouvent souvent des textes établissant des préceptes liturgiques, des définitions statutaires, des annotations à la mémoire des bienfaiteurs. Ces notes peuvent être très succinctes (le nom seul d’un bienfaiteur) ou très détaillées (relations avec la communauté, nature des bienfaits, etc.). Dans les fonds d’archives, des testaments, des codicilles et des donations sont souvent à mettre en parallèle avec toutes ces notes. En étudiant et en comparant les nombreuses notes des Libri Capituli, G. Cariboni a conclu que ces manuscrits avaient une fonction symbolique, rituelle, mémorielle, et une fonction beaucoup plus utilitaire, économique et administrative. Ces livres pouvaient être utilisés comme support de transmission de la mémoire écrite des actes juridiques de l’abbaye. Ces deux fonctions, symbolique et instrumentaire, ne peuvent pas être dissociées, la perspective instrumentaire étant intimement liée à la perspective rituelle. Le Liber pouvait être utilisé comme liste des membres de la familia monastique ; comme support de transmission de la mémoire écrite des actes juridiques ; comme registre de paiement afin de constituer un cadre comptable. Les enregistrements entrent presque dans une sphère sacrée (cf. Henrich Fichtenau et Peter Johanek, Elke Goez).

Vendredi 30 octobre

Benoît ROUZEAU et Stéphane LAMASSÉ ont présenté une communication sur le recueil d’analyses de Bourbonne-les-Bains, un outil de gestion du temporel de l’abbaye de Morimond. Ce manuscrit a souvent été utilisé par les historiens (cf. Hubert Flammarion, Benoît Chauvin, Marlène Helias-Baron), mais il n’a jamais été étudié pour lui-même. Le recueil a été numérisé, transcrit et enregistré dans une base de données relationnelle élaborée par leurs soins. Le manuscrit Bourbonne-les-Bains, Bibl. mun. n°1 (Stein n° 2606) mesure 220 sur 150 mm. Il peut être daté des années 1476-1486, c’est-à-dire qu’il est contemporain des travaux de Jean de Cirey à Cîteaux ou de Pierre de Virey à Clairvaux. Il compte 251 pages avec une double foliotation. 771 actes y sont rassemblés, sous forme de simples renvois, d’analyses ou d’actes transcrits en entier. Un index des noms de lieux, suivant un classement alphabétique, débute le registre. Deux mains sont intervenues, la première s’arrêtant en 1476 et la seconde reprenant vers 1486. Il a été utilisé plus ou moins régulièrement jusque vers 1690, c’est-à-dire jusqu’à la réorganisation des archives. Une note d’un abbé de Morimond, vers 1600, indique qu’il a longtemps cherché ce recueil et qu’il a eu du mal à le retrouver. Le registre est le témoin de classements multiples, indiqués dans les marges ou en fin de chapitre : des chiffres arabes, des chiffres romains qui renvoient à des numéros au dos des chartes (mais il n’y a pas de suites continues), des noms de lieux, des notes de bas de page, un système d’indexation par chapitre type « A I », « A II », « A III ».

En utilisant le logiciel de statistiques « R », ils ont mis en évidence la logique d’agrégation des classements successifs, la gestion de la mémoire de l’abbaye, le classement des archives, tout en menant une analyse codicologique précise. La base de données leur a permis de modéliser la source, de concevoir la source dans sa globalité en enregistrant toutes les données (textes, signes, position des signes dans et hors du texte, etc.).

Mike SPENCE a ouvert sa communication sur une citation de Georges Orwell : « qui contrôle le passé contrôle l’avenir, qui contrôle le présent contrôle le passé ». Par cette phrase, il souhaitait mettre en lumière l’importance de la mémoire institutionnelle et de la « mémoire des archives » (concept développé par Patrick Geary). Il a choisi l’exemple du « President Book » de l’abbaye cistercienne anglaise de Foutains, devenue fille de Clairvaux vers 1133. Lorsque cette abbaye devint propriété de la couronne anglaise en 1539, c’était le monastère cistercien le plus riche du pays. Cette richesse est perceptible à travers ses documents. Ces derniers ne se sont pas accumulés passivement mais nous sont parvenus à travers une série de filtres, à la fois accidentels (humidité, feu, rongeurs, etc.) et intentionnels (manipulations humaines).

M. Spence s’intéresse surtout aux manipulations d’archives qui peuvent être mises en évidence dans le « President Book » (Leeds, West Yorkshire Archive Services, WYL 150/5383). Ce livre est une sorte d’aide-mémoire, qui ne présente pas de continuité apparente entre ses neuf chapitres. La nature de cet ouvrage est difficile à établir, et sa dénomination n’est apparue qu’en 1758. Ce manuscrit de papier mesure aujourd’hui 293 sur 204 mm (304 sur 227 mm en 1845, ce qui implique un rognage des feuillets). Il se compose de 81 feuillets. Les neuf chapitres sont incomplets, et le manuscrit a subi un dégât des eaux important. Quatre scribes contemporains sont intervenus au cours du XVe siècle. Le manuscrit contient par exemple des indices de lieux dont l’un renvoi vers le manuscrit connu sous le nom de Rentes de Fontains (Londres, British Library, Add ms 40 010), un catalogue descriptif des biens de l’abbaye dans la région du Yorkshire, un calendrier, une brève chronique des abbés de Foutains. Cet ouvrage présente des renvois à d’autres manuscrits (chiffre, annotations), notamment à des cartulaires, mais avec des discordances et, semble-t-il, une volonté de réécrire les événements passés. L’ensemble montre en fait que le « President Book » est le résultat d’une sélection et d’une transformation des informations antérieures.

Annick PETERS-CUSTOT a ensuite présenté une communication intitulée « Manipulations archivistiques et modalités d’insertion dans un espace original : la gestion des archives des nouveaux établissements cisterciens de la Calabre méridionale normande et Souabe, 1150-1200 ». L’Italie méridionale reste en marge de la chrétienté. Elle est un espace multiculturel, où cohabitent des populations italo-grecque, arabe et juive. Elle est surtout un royaume où domine un pouvoir politique, où domine l’idéologie impériale. Les Cisterciens de la filiation claravalienne s’y sont implantés avec l’appui du roi de Sicile. Ils se sont adaptés aux logiques locales, mais ils n’ont fait aucune fondation ex-nihilo.

Santo Stefano del Bosco était à l’origine une chartreuse fondée par Bruno. Cette puissance foncière de premier ordre est passée à l’Ordre cistercien en 1192, avant de revenir dans le giron cartusien au XVIe siècle. Un cartulaire a été conçu au début du XIIIe siècle, mais il a aujourd’hui disparu. De la même manière, la majorité des originaux a été perdue. L’abbaye a été détruite par un tremblement de terre et les archives, transférées à Naples, ont été brûlées en 1943. Il ne reste que des éditions anciennes partielles et partiales et quatorze photographies faites au début du XXe siècle. Santo Stephano était un centre de falsification documentaire connu et actif, même si tous les actes connus ne sont pas faux, par exemple les documents grecs. Les manipulations concernent les premiers temps de la fondation ; nous ne trouvons plus de faux après 1101 (excepté un document daté de 1144). La manipulation des faits a donc concerné majoritairement les événements liés à la fondation de l’abbaye et à la mémoire des origines. Les faux se distinguent difficilement des actes authentiques. Les manipulations et les interpolations restent cohérentes par rapport aux actes non suspectés. Les formes et les contenus sont copiés, certains passages comme les listes de témoins, sont entièrement recopiés, prouvant que les faussaires connaissaient très bien les archives et avaient les documents sous les yeux. Les falsifications sont à peu près contemporaines de la confection du cartulaire, vers 1198-1200, au moment de la minorité de Frédéric II.

Il semble cependant que les falsifications n’aient pas été faites pour créer des droits ou s’approprier des biens, mais pour pallier des manques documentaires. Ces actes n’étaient donc sans doute pas considérés comme des faux. En général, un contenu vrai était inséré dans un acte faux.

Éric DELAISSÉ a choisi de nous parler de l’autorité des documents diplomatiques et de l’efficacité du récit cistercien à travers l’exemple des abbayes danoises. Dans les années 1130, de nombreux établissements monastiques sont fondés au Danemark et des moines français sont appelés pour contrecarrer l’influence germanique. Des moines de Cîteaux fondent en 1144 l’abbaye d’Herrisvad, des moines de Clairvaux, vers 1151, fondent une abbaye à Esrum. Ainsi onze abbayes cisterciennes d’hommes ont-elles été fondées, et deux abbayes de femmes.

L’étude a porté sur un dossier de textes narratifs danois des XIIe-XIVe siècles, dans lesquels sont insérés des documents diplomatiques. Les textes narratifs étudiés ici montrent que les cisterciens sont experts dans l’art du récit, créant ainsi un sentiment d’appartenance à une grande famille monastique. Ce type de textes n’est d’ailleurs pas propre au Danemark, et a existé depuis les débuts de l’Ordre : Exordium magnum, Exordium parvum, Liber miraculorum, Vita prima Bernardi, etc. Les documents étudiés sont de nature historique et ne laissent que peu de place à la spiritualité : les textes relatent la fondation d’un monastère, des événements importants ou la vie d’un abbé devenu évêque. Ils contiennent des introductions, expliquant les objectifs poursuivis. L’Exordium de Cara Insula indique vouloir faire connaître aux générations futures l’origine du monastère et les noms des principaux fondateurs, les privilèges reçus, tout cela dans un but très pragmatique : la sauvegarde du monastère et de ses biens. Le récit de fondation d’Aurea Insula souhaite laisser une trace des événements afin qu’ils passent à la postérité, et afin que les descendants aient conscience des difficultés vécues par leurs ancêtres.

Dans ces textes, des chartes sont parfois retranscrites, comme dans l’Exorde de l’abbaye d’Om. Nous y remarquons une alternance entre récits et documents diplomatiques. Cette copie répond notamment au besoin de sauvegarder des documents importants, ainsi qu’au besoin de fournir des preuves dans une lutte de pouvoirs.

C’est sur une conclusion de Laurent Morelle que ce colloque s’est achevé. Il a rappelé que les intervenants ont permis aux participants du colloque de voyager à travers une belle diversité de sources, confrontées les unes aux autres. Les sources pragmatiques ont une efficacité dans l’action et la vie des hommes : ce sont des chartes, des titres, des lettres ou encore des outils de la vie interne de l’administration ; ce sont des instruments de la mémoire liturgique, des outils qui permettent l’accessibilité aux sources et leur mise en relation, des artes lectoriae et dictandi, c’est-à-dire des aides potentiels à la rédaction des actes, etc. Un premier thème a permis de saisir le croisement et la juxtaposition des sources diplomatiques. Dans ce maquis d’écritures, des outils d’interface (indices, notes) permettent des allers-retours, même si certaines techniques d’annotation restent des énigmes. Ce travail a été mené sur un cartulaire-censier, un cartulaire-chronique et sur le « President Book », qui restent des objets énigmatiques dans leur production, leurs usages et leurs fonctions. Cette technicité nous introduit dans la « cuisine » des moines, dans les chartriers, les salles capitulaires, jusque dans leurs poches et dans les fontes de leurs montures. Ce colloque a mis également en lumière la rencontre des moniales portugaises avec les notaires sous le porche de leur établissement, et jusque dans leurs chambres. Il a permis de pister la circulation de l’écrit à l’intérieur du monde cistercien, mais aussi le souci que les moines et moniales avaient de leurs archives, un soin qui passait par des transcriptions de chartes et de notices dans les cartulaires, les pancartes ou les textes narratifs. C’est une réflexion en action qui se traduit par le soin jaloux de la conservation, notamment des sceaux. Les manipulations suspectes voire frauduleuses ont également été évoquées montrant la grande habilité des cisterciens à enjoliver leur passé. Certes, la pratique de la manipulation est partagée par les autres moines, mais le goût du legendum fait partie du bagage intellectuel des cisterciens. Enfin, la question de la réappropriation de l’histoire antérieure à l’affiliation au monde cistercien a été évoquée à de maintes reprises que ce soit pour Savigny, les monastères calabrais ou portugais.

Au terme de ce colloque des questions surgissent : pouvons-nous trouver une spécificité cistercienne de l’écrit ? Existe-t-il une volonté d’uniformiser l’écriture ? Comment les cisterciens se réapproprient-ils des formes et des formules propres à un espace donné ? Les intervenants ont plutôt parlé des abbayes cisterciennes et non de l’Ordre cistercien. Il est nécessaire en fait d’étudier les relations entre la norme et les pratiques des monastères. En effet les pratiques d’écriture sont liées aux pratiques locales dominantes, puisque les écrits diplomatiques sont davantage tournés vers l’extérieur de la communauté que vers l’intérieur. L’écrit est fait pour la société environnante. S’il existe une saveur cistercienne, elle est à trouver à la marge.

PDF du programme : Colloque – Clairvaux_programme

[1] Chartae Galliae est une base de données consacrée aux actes écrits relatifs à la France dans ses frontières actuelles (plus de 40 000 actes à la fin de 2015) : http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/index/.

[2] Le programme CBMA – Chartes bourguignonnes du Moyen Âge, propose une base de données de textes bourguignons, principalement des chartes (plus de 18 000 actes à la fin de 2015) : http://www.cbma-project.eu/.

[3] Le répertoire électronique CartulR est une base de données évolutive dédiée aux cartulaires principalement de France et de Belgique http://www.cn-telma.fr/cartulR/index/.

[4] Le projet CartReg est destiné à mettre en ligne des index onomastiques tirés de 571 cartulaires, cartulaires-chroniques ou bullaires (province de Reims et province de Sens essentiellement) analysés entre 1942 et 1970 par les membres de la section de diplomatique de l’IRHT, ainsi que les reproductions des regestes (analyse acte par acte de chaque cartulaire) et les notices codicologiques des cartulaires.

[5] Scripta est une base de données proposant un vaste corpus de chartes normandes des Xe-XIIIe siècles (plus de 8 000 actes à la fin de 2014) : http://cosme.hypotheses.org/181.

[6] Le projet Charcis propose notamment une base de données de chartes cisterciennes du XIIe siècle : http://ea3400.unistra.fr/index.php?id=13765.

[7] Communication préparée avec Ana Suarez-Gonzalez qui était absente.

[8] Sur Nicolas de Montiéramey, se reporter à cette notice en ligne : http://lamop-intranet.univ-paris1.fr/baudin/intellectuels/montieramey/montieramey.htm (consultée le 05/11/2015).

[9] De la Bourgogne à l’océan, en remontant au nord jusqu’à la Seine.

[10] Pour plus d’informations sur le projet CBMA, voir : http://www.cbma-project.eu/ (consulté le 05/11/15)

[11] Pour plus d’informations sur la base de données Chartae Galliae, voir : http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/index/ (consulté le 05/11/15).

[12] Abbaye d’hommes, première fille fondée au diocèse de Châlons en 1118.

[13] Abbaye d’hommes fondée au diocèse de Troyes en 1140.

[14] Abbaye de femmes, premier établissement de moniales fondé par la comtesse de Champagne au diocèse de Soissons en 1222.

[15] Abbaye de femmes au diocèse de Reims.

[16] Abbaye de femmes au diocèse de Langres.

[17] L’organisation topographique de ces deux abbayes, à un moment donné, a donc répondu à des motivations toutes différentes de celles que nous pouvons voir à Clairvaux.

[18] Si l’on excepte le cas de deux abbayes bénédictines, dont Saint-Denis de Reims qui a conservé quelques 700 empreintes.

[19] Prieuré bénédictin connu par une seule mention en 1096, devenu abbaye de chanoines réguliers entre 1096 et 1100, entré dans la filiation claravalienne en 1173.

[20] Voir communication d’Arnaud Baudin.

NB : Billet également publié sur Armaria.


Coraline Rey

Doctorante en histoire médiévale, Centre Georges Chevrier UMR 7366, Université de Bourgogne-Franche-Comté

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *